Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    JM-Oran-2022 / Water-polo: la Serbie affiche ses prétentions face à la Slovénie (22 à 6)    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM Oran-2022/Cérémonie: que la fête commence    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Lamamra reçoit à Oran le SG de l'Union pour la Méditerranée    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbès    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    JM-Oran 2022: Vers une cérémonie haut de gamme    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Colonies israéliennes : nouveaux projets d'expansion en Cisjordanie
Publié dans Algérie Presse Service le 13 - 06 - 2013

De nouveaux projets d'expansion de colonies dans le nord de la Cisjordanie occupée attestent une fois de plus de l'absence de volonté politique de l'Etat hébreu de permettre la relance des pourparlers de paix israélo-palestiniens, à l'arrêt depuis fin 2010.
Les autorités israéliennes projettent la construction de 538 nouveaux logements dans une colonie de Cisjordanie, alors qu'une demande de légalisation de 137 unités déjà construites a été transmise aux autorités locales cette semaine, ont rapporté jeudi des médias israéliens.
Avec ce nouveau projet, la taille de cette colonie au sud-est de Naplouse et entourée de villages palestiniens, serait multipliée par cinq. Aussi, l'Etat hébreu examine un projet de construction de 550 autres nouvelles unités dans une colonie sauvage légalisée rétroactivement en avril 2012.
Face à ces atteintes aux droits palestiniens, le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki, a jugé, lors d'un entretien mercredi à Ramallah (Cisjordanie) avec le ministre britannique chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord Alistair Burt, que "les autorités israéliennes répondent aux tentatives des Etats-Unis de relancer le processus de paix israélo-palestinien par l'intensification de ses activités de colonisation sur les territoires palestiniens.
"Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu répond aux tentatives du secrétaire d'Etat américain John Kerry par la multiplication de ses activités illégales de colonisation des territoires palestiniens occupés", a insisté M.al-Maliki.
Pour la communauté internationale, toutes les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés sont illégales, qu'elles aient ou non été autorisées par le gouvernement israélien. Plus de 360.000 colons israéliens vivent en Cisjordanie occupée et quelque 200.000 dans des quartiers de colonisation à El-Qods-Est occupée.
Absence de réelle volonté politique d'Israël pour la relance des négociations
L'annonce de ces nouvelles constructions illégales intervient alors que le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui a annulé une visite prévue cette semaine au Proche-Orient, tente de relancer les négociations de paix israélo-palestiniennes, au point mort en raison de la poursuite des activités de colonisation.
Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki avait affirmé que John Kerry serait "de retour dans la région les 13, 14 et 15 du mois" pour rencontrer les dirigeants israéliens, palestiniens.
Le département d'Etat américain n'avait pas confirmé cette visite, affirmant que le secrétaire d'Etat retournerait dans la région au moment où il le jugerait utile pour favoriser la reprise de négociations de paix, à l'arrêt depuis fin 2010 en raison de la poursuite de la colonisation.
Suite à cette annulation, un membre du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Hanane Achraoui, a estimé que "si Kerry veut influer sur ce qu'il se passe sur le terrain, il doit tenir tête à Israël. Jusqu'à présent il n'y a pas de volonté politique d'empêcher Israël de poursuivre ses actions" de colonisation.
"Si l'on poursuit dans cette voie consistant à exiger davantage de concessions des Palestiniens et des Arabes, tout en faisant des cadeaux à Israël, Kerry échouera comme cela est toujours arrivé", a-t-elle déclaré.
Le président palestinien Mahmoud Abbas pose comme préalable au retour aux négociations avec Israël un gel total de la colonisation israélienne et une référence aux lignes d'avant l'occupation israélienne des Territoires palestiniens en juin 1967 comme base de discussions.
Négociations de paix israélo-palestiniennes : "illusoires" et "inutiles"
Les pourparlers de paix israélo-palestiniens sont "illusoires" et "inutiles", ont jugé les avocats palestiniens du boycottage de l'occupation et la colonisation israéliennes.
Les pourparlers de paix "sont absolument inutiles et servent à Israël d'écran de fumée pour continuer sa colonisation", a déclaré un animateur de la "Campagne internationale BDS" ("Boycott, désinvestissement, sanctions"), Omar Barghouti en marge de la conférence annuelle du BDS tenue samedi dernier à Beitlehem, en Cisjordanie, ajoutant "nous n'avons aucune confiance, et je crois pouvoir parler pour la majorité des Palestiniens, dans les soi-disant négociations".
Des dirigeants du BDS ont appelé la direction palestinienne à "ne pas jouer le rôle de médiateur" mais à œuvrer à l'imposition de sanctions contre l'occupant israélien. Aussi M. Barghouthi, un député indépendant, a ajouté que les militants déplorent les "hésitations" d'acteurs, comme l'Union européenne (UE) et les Etats-Unis, à prendre des mesures concrètes.
Jeudi dernier, l'Organisation internationale du Travail (OIT) a indiqué que la poursuite de l'occupation et de l'expansion des colonies israéliennes empêche l'économie palestinienne de progresser, exhortant Israël à lever totalement les restrictions afin de permettre à l'économie palestinienne de croître et de créer des emplois décents.
En outre, il a estimé que "les Etats-Unis ne font pas pression sur la bonne partie. Ils devraient faire pression sur Israël, sinon rien ne bougera".
Un représentant de l'ONU sur les droits de l'Homme en Palestine, Richard Falk, avait pour sa part dénoncé "46 années de déni des droits palestiniens" et demandé au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU une enquête sur les milliers de Palestiniens détenus ou incarcérés par Israël.
M. Falk, avait en outre affirmé que ni Israël ni ses soutiens ne peuvent justifier les violations des droits des Palestiniens, ajoutant que la tactique utilisée pour détourner l'attention de la communauté internationale consiste à ''fausser et à diffamer''.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.