L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    L'apport de l'agriculture à la croissance    Bâtiment et Construction : Nécessité de transformer les idées innovantes en produits industriels    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Coupes africaines (16es aller) : Bons résultats des clubs algériens    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    Concours de recrutement à Sonatrach: Plus de 6.000 inscrits à Ouargla    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Une victoire et beaucoup de regrets    Boudebouz a hâte de rejouer    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Bedda en rassembleur    Je suis présidentielle 2019 !    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Filière ovine: La préservation des souches nobles et rares au cœur du débat    Blida: Pluies, neige et inondations    15 morts sur les routes en 48 heures    Chantage aux sentiments    Les travaux de réhabilitation en phase d'achèvement: La salle Marhaba livrée cet été    ONU : Adoption de 36 résolutions dont une relative au conflit du Sahara occidental    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Barrage de Douéra (Alger): un immense plan d'eau pour l'irrigation et les activités nautiques
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 03 - 2014

Agriculteurs et amateurs de sports nautiques seront les grands bénéficiaires de la mise en exploitation prochaine du barrage de Douera (sud-ouest d'Alger), un immense plan d'eau de 1.000 hectares, qui devrait irriguer à terme quelque 17.200 hectares de terres agricoles des wilaya d'Alger et de Blida.
Le barrage de Douéra, dont le site chevauche trois communes, Douera, Mahelma et Tessala El Merdja, pourra être enfin exploité après la résolution du dossier d'expropriation de propriétaires de terres agricoles et d'habitations, qui a retardé sa mise en exploitation depuis 2011.
D'une superficie de 10 km2 (1.000 ha), l'exploitation du barrage, construit sur une cuvette haute de 80 m et longue de 820 m, nécessitait l'expropriation de plusieurs agriculteurs dont les terres sont appelées à être complètement inondées.
La capacité de stockage du barrage est de 87 millions de m3 d'eaux, qui seront puisées de l'Oued de Hammam Melouane, où l'oued El Harrach prend sa source, selon des responsables du ministère des Ressources en eau.
En plus de l'expropriation, les autorités doivent procéder au relogement de 287 familles dont les maisons sont situées dans la zone inondable: 100 familles seront relogées par la wilaya d'Alger tandis que le reste sera pris en charge par le ministère des Ressources en eau, après un accord intervenu entre le wali d'Alger et le ministre en charge de ce département, M. Hocine Necib.
La coordination des efforts du ministère et de la wilaya d'Alger a ainsi permis de lever les contraintes, qui bloquaient jusque là l'exploitation du barrage.
Le ministère des Ressources en eau a même annoncé que dans trois mois débutera le remplissage du barrage où sont actuellement stockés près de six millions de m3 d'eau.
Cette étape est importante : le barrage, une fois rempli, verra le lancement des travaux d'aménagement autour de la retenue destinés à créer des zones de loisirs et de détente. La fiche technique du projet mentionne la réalisation notamment de piscines flottantes aux bords du réservoir, qui sera en fait un immense lac au milieu de vastes terres agricoles, près d'Alger.
Les véliplanchistes y trouveront tout autant leur compte que les adeptes des sports nautiques. Les études de ces aménagements, desquels est attendu ''l'amélioration des conditions de vie des populations et le développement des villes de la région, particulièrement Sidi Abdellah et Douéra'' sont terminées, assurent des responsables au ministère des Ressources en eau.
Les activités de loisirs n'ont été intégrées au projet que récemment. Quand le chantier a été ouvert en janvier 2005, le barrage avait en effet trois objectifs : stocker l'eau à des fins d'irrigation, alimenter en eau potable une partie de la wilaya de Blida et réalimenter par infiltrations la nappe phréatique de la Mitidja.
En l'absence d'un bassin versant, le barrage sera alimenté essentiellement grâce au transfert d'une partie des eaux de Hammam Melouane et de l'oued Mazafran, tout proche.
L'ouvrage de dérivation Hammam Melouane-Douéra a été mis en service en novembre 2009, tandis que la première partie de celui de Mazafran-Douéra le sera en 2018, selon les études techniques du projet.
Pour l'irrigation, le projet sera doté, d'ici juin prochain, d'un réseau de canalisations alimentant dans un premier temps des exploitations agricoles sur une surface de 7.000 ha (sur les 17.200 ha prévus) du centre de la Mitidja (Boufarik, Ouled Chebel, Mazafran, Koléa, Douéra...), en plus de petits réseaux de drainage à l'intérieur même de ces exploitations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.