Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Les Harambee Stars depuis hier au Caire    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi revient chez les Crabes    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    "La transition politique est une nécessité"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Début des inscriptions le 20 juillet    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accélérer la mise en place des "auxiliaires de vie" pour une meilleure prise en charge des personnes âgées
Publié dans Algérie Presse Service le 27 - 11 - 2016

Les pouvoirs publics doivent accélérer le processus de mise en place et de formation des "auxiliaires de vie", pour mieux prendre en charge les personnes âgées sur les plans social et sanitaire, a suggéré, dimanche à Oran, Pr Badra Moutassem-Mimouni, enseignante au département de psychologie à l'université d'Oran et chercheuse au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC).
Dans une déclaration à l'APS en marge d'une journée d'étude intitulée "des marqueurs biologiques aux marqueurs psycho-anthropologiques, cas des personnes âgées entre les deux rives", organisée au siège du CRASC, Pr Moutassem-Mimouni a mis en exergue la difficulté de la mission de l'entourage d'une personne âgée malade, en matière de prise en charge sociale et sanitaire.
"Le taux des personnes âgées représentant actuellement près de 10 pour cent de la population algérienne atteindra 20 pc à l'horizon 2040, soit une personne sur 5 âgée et donc d'énormes problèmes à craindre", a-t-elle souligné faisant savoir que l'espérance de vie est passée de 45 ans avant l'indépendance à 76 ans actuellement.
Pour elle, la prise en charge de cette frange devient très lourde pour la famille de la personne âgée surtout lorsque celle-ci souffre d'une pathologie comme Alzheimer ou Parkinson, "d'où l'urgence pour les politiques publiques d'être plus engagées dans ce sens et d'accélérer le processus de mise en place des auxiliaires de vie pouvant fournir une aide spécifique aux personnes concernées".
"Une telle action permettra aux familles à leur charge des personnes vieilles ou grabataires de trouver une aide précieuse d'une personne compétente et qualifiée", a-t-elle affirmé.
Lors de cette journée d'étude, plusieurs thèmes ont été abordés, principalement la retraite. A ce titre, Pr Mostéfa Mimouni, responsable du projet de recherche "les personnes âgées entre les deux rives, regards croisés en France et en Algérie" et enseignant à l'université de Mostaganem a traité, dans une communication, de la retraite dans le secteur de l'éducation en Algérie, estimant que "tous les enseignants n'ont pas la même conception de la retraite. Chacun la vit différemment".
"Vivre bien sa retraite dépend de beaucoup de facteurs chez l'enseignant.
De la nature des besoins de sa famille, du montant mensuel de sa pension et aussi de l'état dans lequel il a quitté l'enseignement. Autant de facteurs pouvant définir la qualité de sa retraite", a-t-il présumé.
Autrefois, les enseignants vivaient bien leur retraite avec d'une grande considération de la part de la société. Ils activaient dans des associations au profit de leur métier et de leurs élèves, a-t-il regretté.
De son côté, Dr Konstanze Lueken de l'Ecole supérieure du professorat et de l'éducation de Toulouse (France) a abordé les facteurs physiologiques et environnementaux influençant le vieillissement.
"En premier lieu, il faut prévenir du vieillissement du système nerveux en préservant l'autonomie, en favorisant l'estime de soi et les relations sociales, et aussi par un travail de mémoire comme la lecture, les jeux (scrabble, puzzle, ...), a-t-il souligné conseillant aussi de faire du sport, voyager, sortir avec des amis, avoir des relations avec les gens et éviter la solitude.
Plusieurs communications ont été présentées abordant, entre autres, "le vécu des personnes âgées veuves entre isolement et esseulement" et "les retraités, pratiques et défis".
Cette journée a été organisée dans le cadre du projet de recherche "les personnes âgées entre les deux rives, regards croisés en France et en Algérie: approche psycho-socio-anthropologique" du Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.