Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Elections locales 2017: 2e rendez-vous électoral prévu dans le cadre de la nouvelle loi organique
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 08 - 2017

Les élections locales, prévues le 23 novembre prochain, constituent le deuxième rendez-vous électoral, qui se tiendra dans le cadre de la nouvelle loi organique portant régime électoral, qui définit les préparatifs de ces élections, à commencer par la révision exceptionnelle des listes électorales, prévue du 30 août jusqu'au 13 septembre 2017.
Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui avait appelé récemment les walis à "réunir toutes les conditions favorables" au succès des prochaines élections locales, pour la poursuite de la consolidation de l'édifice démocratique institutionnel, à la lumière des mutations substantielles adoptées par la nouvelle Constitution, mettant l'accent sur l'impératif pour les Assemblées populaires communales (APC) élues d'assumer "pleinement leurs responsabilités" en vue d'améliorer le cadre de vie du citoyen et d'attirer les investissements productifs.
La loi organique portant régime électoral, composée de 225 articles, définit les modalités du déroulement de l'opération de révision des listes électorales au niveau de chaque commune, sous le contrôle de la commission administrative électorale.
A cet effet, l'article 21 prévoit que les parties intéressées peuvent former un recours dans les cinq jours francs, à compter de la date de la notification de la décision. Ce recours est porté devant le tribunal territorialement compétent. Le jugement du tribunal n'est susceptible d'aucune voie de recours.
Dans l'article 22, les pouvoirs en charge de l'organisation des élections sont tenus de mettre la liste électorale communale à la disposition des représentants dûment habilités des partis politiques participant aux élections et des candidats indépendants à l'occasion de chaque élection.
Les listes électorales sont mises à la disposition de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE).
Tout électeur peut prendre connaissance de la liste électorale le concernant. La loi organique renferme plusieurs dispositions relatives à l'élection des membres des APC et des APW, pour un mandat d'une durée de cinq ans au scrutin de liste proportionnel comme prévu dans l'article 65.
Selon l'article 66, les sièges à pourvoir sont repartis entre les listes proportionnellement au nombre de suffrages obtenus par chacune d'elles avec application de la règle du plus fort reste.
Les listes qui n'ont pas obtenu, au moins, sept pour cent (7%) ne sont pas admises à la répartition des sièges.
L'article 70 énonce que dans le cas où aucune liste de candidature n'a obtenu, au moins, 7% des suffrages exprimés, toutes les listes sont admises à la répartition des sièges.
Les restes des voix des listes ayant obtenu des sièges et les suffrages recueillis par les listes n'ayant pas eu de sièges sont classés par ordre d'importance de leur nombre de voix. Les sièges restants sont attribués en fonction de ce classement.
Lorsque pour l'attribution du dernier siège à pourvoir, deux ou plusieurs listes obtiennent un nombre égal de suffrages, le siège revient à la liste dont la moyenne d'âge des candidats est la plus jeune, indique l'article 68.
L'article 72 prévoit que la déclaration de candidature résulte du dépôt, au niveau de la wilaya, d'une liste répondant aux conditions légales.
Cette déclaration, faite collectivement, est présentée par le candidat figurant en tête de liste ou, en cas d'empêchement, par le candidat figurant en seconde position.
Définition des conditions de candidature aux élections locales
La loi organique portant régime électoral définit les conditions de candidature aux élections locales, notamment dans son article 73 qui affirme que la liste pour les élections locales doit être expressément parrainée par un ou plusieurs partis politiques ou être une liste indépendante.
Pour les partis politiques, ils doivent avoir obtenu 4 % des suffrages exprimés lors des élections locales précédentes dans la circonscription électorale dans laquelle la candidature est présentée ou d'avoir, au moins, dix élus au niveau des assemblées populaires locales de la wilaya concernée.
Dans le cas où une liste de candidats est présentée au titre d'un parti politique ne remplissant pas l'une des deux conditions ci-dessus citées, ou au titre d'un parti politique qui participe pour la première fois aux élections, ou lorsqu'une liste est présentée au titre de liste indépendante, cette liste doit être appuyée par au moins cinquante signatures d'électeurs de la circonscription électorale concernée pour chaque siège à pourvoir.
Aucun électeur n'est autorisé à signer pour plus d'une liste. Dans le cas contraire, la signature est considérée comme nulle et expose son auteur aux sanctions prévues dans la loi organique.
Selon l'article 74, les déclarations de candidatures doivent être déposées soixante (60) jours francs avant la date du scrutin.
Apres le dépôt des listes de candidatures, l'article 75 prévoit qu'aucun ajout, ni suppression, ni modification de l'ordre de classement ne peut se faire, sauf en cas de décès ou d'empêchement légal.
Dans l'un de ces cas, un nouveau délai est ouvert pour le dépôt d'une nouvelle candidature. Celui-ci ne peut excéder les quarante (40) jours précédant la date du scrutin.
Dans l'article 76, nul ne peut faire acte de candidature sur plus d'une liste ou dans plus d'une circonscription électorale.
Outre le rejet de plein droit des listes de candidatures concernées, tout contrevenant à la présente disposition s'expose aux sanctions prévues dans l'article 202 de la présente loi organique.
Ne peuvent être inscrits sur une même liste de candidats, plus de deux (2) membres d'une même famille, parents ou alliés au deuxième degré, selon l'article 77.
L'article 78 prévoit que tout rejet d'une candidature ou d'une liste de candidats par le wali doit être dûment et explicitement motivé par décision.
Cette décision doit être notifiée, sous peine de nullité, dans un délai de dix (10) jours francs, à compter de la date de dépôt de la déclaration de candidature.
La décision de rejet peut faire l'objet d'un recours devant le tribunal administratif territorialement compétent dans un délai de trois (3) jours francs, à compter de la date de notification de la décision.
Le tribunal administratif territorialement compétent statue dans un délai de cinq (5) jours francs, à compter de la date d'introduction du recours. Le jugement du tribunal administratif n'est susceptible d'aucune voie de recours. Le jugement est notifié d'office et immédiatement aux parties intéressées et au wali pour exécution.
L'article 79 énonce les conditions que doit remplir chaque candidat à l'APC ou l'APW. Il doit être inscrit dans la circonscription électorale dans laquelle il se présente, être âgé de 23 ans, au moins, le jour du scrutin, être de nationalité algérienne, avoir accompli les obligations du service national ou en être dispensé, ne pas avoir fait l'objet d'une condamnation définitive pour crimes ou délits privative de liberté et non réhabilité, à l'exception des délits involontaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.