OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: les électeurs continuent d'affluer vers les urnes dans les wilayas du Sud    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    «Des incidents insignifiants ont émaillé l'opération de vote»    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Brèves    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique" fondateur de "l'Algérie nouvelle"    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Marche contre la tenue des élections    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les députés européens dénoncent le chantage exercé par le Maroc sur l'UE
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 09 - 2017

De nombreux eurodéputés ont exprimé leurs "vives préoccupations" face aux atteintes aux libertés publiques au Maroc, aux violations des droits de l'homme au Sahara occidental, à l'accentuation des inégalités sociales et à la régression constatée en matière de respect des droits des femmes, dénonçant le chantage exercé par les autorités marocaines qui n'ont toujours pas accrédité la nouvelle chef de la délégation de l'UE à Rabat, plusieurs mois après sa nomination.
Qualifiant l'attitude marocaine concernant l'accréditation de l'ambassadeur de l'UE de "mauvais signe", l'eurodéputé espagnol, M. Jordi Solé qui s'exprimait lors d'une réunion consacrée à la présentation d'un compte rendu d'une mission au Maroc de la commission des Affaires étrangères (AFET) au Parlement européen, a estimé que cette attitude "ne va pas dans la bonne direction" pour l'avenir des relations UE-Maroc.
Après plusieurs mois d'attente, la nouvelle chef de la délégation de l'UE au Maroc, Claudia Wiedey n'a toujours pas reçu l'agrément pour prendre ses fonctions officiellement à Rabat.
Le Président de la Commission des Affaires étrangères (AFET), M. David McAllsiter était contraint d'annoncer en séance le report d'un échange de vues à huis clos prévu le jour même (le 30 août dernier) avec Mme Wiedey, faute de son accréditation par le Royaume chérifien.
Le Maroc veut utiliser cette carte pour exercer une pression supplémentaire sur l'UE dans le contexte de négociations entre les deux parties sur l'adaptation de l'accord d'association UE-Maroc aux
dispositions prévues dans l'arrêt de la cour de justice de l'Union européenne (CJUE) du 21 décembre 2016 qui a conclu que les accords d'association et de libéralisation UE-Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, considéré par la Cour de justice comme un territoire "distinct et séparé" .
Le Maroc utilise également la carte migratoire comme levier de pression et de chantage sur l'UE, comme le relève les chiffres en constante augmentation de migrants clandestins transitant par le territoire marocain vers l'Europe, via l'Espagne.
Le député européen a souligné, d'ailleurs, que la visite de la délégation de la Commission AFET au Maroc en juillet dernier est intervenue dans un contexte de "crise dans le Rif, qui persiste encore", insistant sur l'impératif du respect des droits de l'homme, ainsi que de l'arrêt de la CJUE du 21 décembre 2016 et du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.
Abondant dans le même sens, l'eurodéputé Klaus Buchner a rappelé la nécessité d'appliquer l'arrêt de la CJUE, conformément aux principes qui régissent l'UE, et a dénoncé par la même occasion les violations des droits de l'Homme et les "actions marocaines extrêmement brutales" contre les sahraouis dans les territoires occupés, exhortant l'UE à "ne pas adopter la politique de l'autruche".
====Attaques terroristes en Europe : connexion avec la filière marocaine====
De son, coté l'eurodéputée française, Patricia Lalonde a relevé lors de sa visite au Maroc un recul notamment en matière du respect des droits des femmes, et a dénoncé la pratique grave de mariages précoces qui prévaut encore dans certaines régions du Maroc, que les autorités marocaines justifient, par la pauvreté et la situation difficile de certaines catégories sociales.
Elle a également mis en garde contre la radicalisation et les activités terroristes, rappelant au passage les derniers attentats de Barcelone et les liens avec la filière marocaine .
L'eurodéputé espagnol Javier Nart a soutenu, de son côté, que "la plupart des terroristes sont marocains ou d'origine marocaine", estimant qu'il s'agit d'une situation "extrêmement grave qu'il faut prendre en compte, notamment le fait que de nombreux marocains ont rejoint les rangs du groupe autoproclamé EI/Daech.
Environ 1.600 marocains combattant dans les rangs de Daech de retour de Syrie et d'Irak ont été enregistrés par les autorités marocaines, dont un quart sont des enfants, selon l'eurodéputé roumain, Cristian Dan Preda, qui reprenait des chiffres qui ont été communiqués à la délégation AFET par le ministre de l'intérieur marocain à l'occasion de la visite.
Par ailleurs, Javier Nart a dénoncé les inégalités sociales "criantes" au Maroc où le roi "brasse un pouvoir très large, qui vaut également pour le pouvoir économique", relevant que "la plus grande fortune marocaine est aux mains de la dynastie alaouite".
Qualifiant le système marocain de "schizophrénique" dans lequel le roi joue un rôle "quasi théocratique", M. Javier Nart a mis en garde l'UE contre le fait d'être purement dans la "contemplation et de se pencher sur des réformes cosmétiques".
De son coté, l'eurodéputée croate, Dubravka Suica, a déploré le nombre réduit de femmes occupant des postes de décisions. D'autres eurodéputés, à l'instar du Président de la sous-commission des droits de l'Homme, l'italien Pier Antonio Panzeri a mis l'accent sur la nécessite de demeurer vigilant par rapport à la situation qui prévaut au Maroc en accélérant le processus de réformes et en oeuvrant à la résolution de la question du Sahara occidental.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.