Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Paloma Lopez appelle l'UE à oeuvrer pour la protection des droits de l'homme au Sahara occidental
Publié dans Algérie Presse Service le 30 - 01 - 2018

La députée européenne Paloma Lopez a appelé l'UE à oeuvrer pour la protection des droits de l'homme au Sahara occidental, notamment les droits des prisonniers politiques sahraouis du groupe dit de "Gdeim Izik", détenus et jugés sur le territoire du Maroc en violation du droit international, dénonçant les violations constantes des droits fondamentaux du peuple sahraoui.
Déplorants les conditions de détention de ces prisonniers, notamment d'Abdallahi Abbhah et Ahmed Sbaai, placés à l'isolement, Paloma Lopez a souligné, dans des questions adressées à la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, que les détenus sahraouis se sont même vus refuser l'accès à des soins médicaux d'urgence.
L'eurodéputée a exhorté l'UE à veiller à ce que les droits de ces détenus soient pleinement respectés en prenant les mesures nécessaires, plaidant pour l'identification de mesures susceptibles d'inciter le Maroc à respecter ses engagements en matière de droits de l'homme qu'il a pris avec l'UE et à se conformer au droit international.
Selon la députée européenne, l'UE doit agir pour encourager le Maroc à permettre aux organisations internationales de surveiller la situation des prisonniers sahraouis.
Elle a rappelé, dans ce contexte, que le Maroc a été condamné en 2014 par le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire et en 2016, par le Comité contre la torture de l'ONU pour la torture de Naâma Asfari, un des prisonniers du groupe de Gdeim Izik, ainsi que pour son emprisonnement sur la base d'aveux forcés et pour avoir refusé d'enquêter sur les allégations de torture.
De plus, ce défenseur des droits de l'homme condamné "arbitrairement" à 30 ans de prison a été arrêté la veille du démantèlement du camp de protestation de Gdeim Izik, ce qui remet en question sa participation aux émeutes ayant conduit à l'arrestation de 23 autres militants sahraouis.
L'eurodéputée Paloma Lopez a dénoncé, en outre, les pratiques des autorités marocaines qui empêchent "systématiquement" l'épouse de Naâma Asfari, Claude Mangin de nationalité française, d'exercer son droit de visite.
Selon Paloma Lopez, Naâma Asfari est "gravement malade" et "ne reçoit pas les soins médicaux dont il a besoin".
Elle a appelé, par conséquent, Federica Mogherini à veiller à ce que les droits de Naama Asfari et de son épouse, Claude Mangin "soient pleinement respectés" et à faire pression sur le Maroc pour appliquer le droit humanitaire international au Sahara occidental comme l'exige la quatrième Convention de Genève, ratifiée par le Maroc.
Considéré par les Nations unies comme un territoire non autonome, le Sahara occidental est occupé par le Maroc depuis 1975. Le Maroc n'étant pas reconnu par les Nations unies comme la puissance administrante c'est donc le droit international humanitaire qui s'applique à ce territoire, selon les juristes.
Ce droit fixe des règles impératives pour la puissance occupante dont l'interdiction de la torture, de la détention arbitraire, l'obligation de respecter les droits de la défense et de détenir et juger les Sahraouis dans le territoire occupé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.