L'agression féodale et le Hirak.    AG élective de la FASSAS: Samir Karim Chaouche élu nouveau président    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    LIBYE : L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    Série A: la Sampdoria s'offre l'Atalanta    Clasico: encore un record pour Fati !    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un clasico devant 100 000 sièges vides, une première    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Le chef de l'ONU s'inquiète d'une «situation tendue»    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Par-delà l'image    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les travailleurs célèbrent le 1er mai dans le contexte d'un Hirak appelant au Changement
Publié dans Algérie Presse Service le 30 - 04 - 2019

La célébration de la journée internationale des travailleurs est marquée, cette année en Algérie, par un Hirak populaire fusionnant l'ensemble des catégories des travailleurs, à l'instar de toutes les franges de la société, pour l'édification d'une Algérie nouvelle, où sera respectée la volonté du peuple souverain et consacrée la justice sociale.
En ce 1e mai inédit, la contestation populaire pacifique se poursuit depuis plus de deux mois, revendiquant la consécration d'une rupture définitive avec le système et tous ses symboles, une dynamique à laquelle se sont jointes toutes les catégories de la société, et à leur tête la classe ouvrière
Dans ce contexte, les syndicalistes de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) ont affiché leur rejet catégorique du maintien du Secrétaire général (SG), Abdelmadjid Sidi Saïd, à la tête de la Centrale syndicale, estimant qu'il était temps de "se réapproprier l'UGTA et de la remettre sur la voie tracée par les défunts Aïssat Idir et Abdelhak Benhamouda".
La décision de Sidi Saïd d'avancer la date du 13e congrès de l'UGTA (le mandat actuel prend fin le 10 janvier 2020) et son engagement à ne pas briguer un nouveau mandat n'ont pas suffit pour calmer la colère des travailleurs qui revendiquent son départ de la tête de la Centrale syndicale qui a "dévier de son chemin" et "qui est devenue, depuis qu'il est à sa tête, au service du patronat".
D'autre part, plusieurs organisations syndicales autonomes, à l'exemple du Conseil de l'union nationale des organisations des avocats algériens, le collectif des syndicats de la santé et les syndicats autonomes de l'Education nationale, avaient adhéré, dès le début, au mouvement populaire à travers des sit-in et des grèves nationales.
En effet, 13 syndicats autonomes affiliés à la Confédération des syndicats algériens (CSA) ont appelé à des marches gigantesques, demain mercredi, en célébration de la Journée internationale des travailleurs, qui sera une occasion pour faire entendre la voix des forces travailleuses, réitérer leur attachement à opérer un changement global et répondre à la volonté du peuple souverain.
A ce propos, la CSA a fait état, dans un communiqué, de "son attachement à l'option de la poursuite du mouvement populaire pacifique et à ses revendications pour la construction d'un nouvel Etat algérien", avec "le rejet des symboles du système".
En solidarité avec le Hirak, le Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (SNAPAP) avait appelé à une grève nationale de tous les secteurs relevant de la fonction publique, les 29 et 30 avril, dans le cadre des mouvements de protestation organisés par les travailleurs des différents secteurs depuis le lancement des protestations.
Dans le cadre de sa contribution à la recherche d'une approche de sortie de la crise qui vit l'Algérie, ce syndicat s'était dit prêt à entamer des contacts avec les partis politiques, les associations, les personnalités nationales ainsi que l'institution de l'Armée nationale populaire (ANP) en vue de cristalliser des propositions à cet effet dans le but de préserver l'unité du pays.
L'accréditation de nouveaux syndicats de travailleurs, un nouvel acquis grâce au Hirak
La sphère syndicale devrait se consolider par de nouvelles organisations suite aux dernières décisions du conseil du Gouvernement, réuni début avril, concernant l'étude des dossiers déposés auprès du ministère du Travail, de l'emploi et de la sécurité sociale pour l'accréditation des syndicats.
Sur cette base, 13 syndicats ont entamé l'actualisation de leurs dossiers pour "consacrer la pluralité syndicale que possède le pays qui compte actuellement 109 organisations syndicales, dont 67 organisations des travailleurs et 42 autres des employeurs (patronat)".
Cette pluralité syndicale "aura un impact positif dans le renforcement du dialogue social et l'instauration d'un climat social serein et stable qui permet de poursuivre les efforts de développement socio --économique du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.