Coronavirus : exploiter des produits alternatifs pour consacrer un équilibre entre les produits agricoles    Coronavirus: Djerad insiste sur l'implication de la société civile, la bonne gouvernance et la lutte contre la spéculation    Lutte contre le Coronavirus: Madar Holding engage plusieurs actions de solidarité    Zoubida Assoul parle de l'état de santé de Tabbou et Nekkaz    Le général-major Chanegriha en visite de travail mardi à la 1ère Région militaire à Blida    FC Barcelone: Coronavirus, salaires... Messi et les autres joueurs taclent la direction !    Coronavirus: Ferhat Aït Ali instruit les groupes industriels publics d'augmenter leur production    REFUS DE SOINS, DE DEPISTAGE OU DE CONFINEMENT : De 6 mois à 2 ans de prison contre les personnes insoumises    DETECTION DU COVID-19 : L'Institut Pasteur autorise les laboratoires à faire le dépistage    ALGER : Les pharmaciens d'officine appelés à assurer un service de nuit    Perturbations dans l'approvisionnement en produits de base : appel à la révision des lois régissant les activités commerciales    Real Madrid: contact entre Zidane et Aubameyang ?    Covid-19 : Contribution financière du groupe parlementaire RND au Conseil de la Nation pour endiguer la pandémie    Coronavirus : 73 nouveaux cas confirmés et 4 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    Benzema allume Giroud ... puis argumente    LE PIÈGE DES TRAUMATISMES.    Renouvellement automatique à Blida    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    "Il faut une préparation minimale de 15 jours avant de reprendre la compétition"    Pandémie de coronavirus : L'ONU et le pape appellent à un cessez-le-feu mondial    Palestine : Les Palestiniens pris entre deux feux    L'Algérie condamne les attaques contre la région de Cabo    N'ASSUME SES MISSIONS Aïcha Zinaï claque la porte du cndh    "La situation va rapidement devenir intenable"    La pomme de terre proposée à 35 DA à Tipasa    …CULTURE EN BREF …    Faris Betatache, l'artiste qui allie tradition et modernisme    Des festivals et des concerts animés derrière les écrans    Les Golden Globes 2020 : Assouplissement des règles    Musique- Bob Dylan : Sortie d'une nouvelle chanson    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    Hassi Ameur: Lancement des travaux d'aménagement de la zone industrielle    Un mort et cinq blessés dans trois accidents de la route    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    L'usage de la chloroquine validé par un comité d'experts    Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Les examens vont-ils être maintenus ou reportés?    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Les cygnes blancs de 2020    30e nouveau membre de l'Otan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des peines allant jusqu'à 20 ans de prison ferme requises à l'encontre d'anciens responsables et hommes d'affaires pour corruption
Publié dans Algérie Presse Service le 08 - 12 - 2019

Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed (Alger) a requis, dimanche, une peine de 20 ans de prison ferme assortie d'une amende d'un (1) million DA contre les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, poursuivis dans des affaires de corruption et d'abus de pouvoir, notamment dans l'affaire de montage automobile et le financement de la campagne électorale de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
La même peine a été requise contre l'ancien ministre de l'Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb (en fuite) avec émission d'un mandat d'arrêt international.
Le procureur de la République a requis, en outre, 15 ans de prison ferme et une amende d'un (1) million DA contre les deux anciens ministres de l'Industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, une peine de 10 ans de prison ferme et une amende de 1 million DA contre l'ancien wali de Boumerdès, Yamina Zarhouni, et 10 ans de prison ferme assortie d'une amende d'un million DA contre l'ancien ministre des Travaux publics et des transports, Abdelghani Zaalane.
Le représentant du ministère public a requis également une peine de 10 ans de prison ferme assortie d'une amende de trois (3) millions DA à l'encontre de Ali Haddad, Ferrat Ahmed et Hadj Malek Saïd ainsi qu'une peine de 10 ans de prison ferme assortie d'une amende d'un (01) million DA à l'encontre des hommes d'affaires Mohamed Baïri, Maazouz Mohamed, Achour Abboud, Hassan Laarbaoui et Nemroud Abdelkader.
Une peine de huit (8) ans de prison ferme assortie d'une amende de trois (3) millions DA a été requise à l'encontre de Farès Sellal, fils de Abdelmalek Sellal, Senaï Karim et Senaï Sofiane.
Par ailleurs, le procureur de la République a requis une peine de huit (8) ans de prison ferme assortie d'une amende d'un (1) millions DA à l'encontre de fonctionnaires au ministère de l'Industrie et des mines. Il s'agit de Boudjemea Karim, Agadir Omar, Tira Amine, Alouane Mohamed, Abdekrim Mustapha et Mekraoui Hassiba.
Le procureur de la République a requis "la saisie de tous les biens et fonds illégaux" des accusés, tout en "leur interdisant d'exercer leurs droits civiques".
Le tribunal de Sid M'hamed avait entamé, mercredi dernier, le procès d'anciens ministres et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption.
Le collectif de défense des accusés avait avancé, samedi dans un communiqué, les motifs de "la demande de report du procès jusqu'à ce que les conditions d'un procès équitable soient réunies et que les droits de la défense soient garantis".
Le même collectif avait dénoncé lors d'une conférence de presse le 2 décembre 2019 "des dépassements et des difficultés qui ne leur permettent pas de faire leur travail convenablement", insistant sur la nécessité d'un procès équitable pour faire prévaloir les droits fondamentaux et les libertés individuelles et collectives.
Le juge d'audience au tribunal de Sidi M'hamed (Alger) avait ordonné, samedi, dans le cadre du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans les affaires du montage automobile et du financement illégal de la campagne électorale du 5e mandat de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de faire sortir Saïd Bouteflika de la salle d'audience, car ayant refusé de répondre aux questions qui lui étaient adressées.
Lorsque le tribunal l'a interrogé s'il avait demandé à l'homme d'affaire Ali Haddad de collecter des fonds pour le financement de la campagne électorale du 5e mandat de son frère et de les transférer (plus de 700 milliards de centimes) au siège de la société de Haddad, Saïd Bouteflika a refusé de répondre. Suite à quoi, le président de l'audience a ordonné de le faire sortir de la salle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.