Le dossier du journaliste Saïd Boudour renvoyé    La copie prête dans quinze jours    "Sonatrach est une équipe et changer de P-dg n'a pas d'impact"    Entente totale entre l'Algérie et le Qatar    Rezig pointe du doigt les accords commerciaux    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    Le Doyen met la pression sur le Chabab    L'épidémie continue de s'étendre    Liverpool : Alexander-Arnold bat son propre record    Le Président Tebboune et l'Emir du Qatar se félicitent de l'évolution des relations bilatérales    Manchester City vise un latéral argentin    Logement: Nasri ordonne l'accélération de la cadence de réalisation des projets en cours    Noureddine Khaldi, nouveau directeur général des Douanes    ATTEINTE AUX SYMBOLES DE LA REVOLUTION : Appel à l'application des lois de la République    Constitution: le Comité d'experts achèvera sa mission vers le 15 mars prochain    FAUTE DE TRANSPORT DES ELEVES SCOLARISES : Le programme de vaccination risque l'échec à Mostaganem    SIDI BEL ABBES : 29.000 demandes de logements à la daïra    Le Coronavirus poursuit sa propagation faisant des victimes et des dégâts collatéraux    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    Attention, le Mouloudia arrive !    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    Objectif : La relance du cinéma algérien    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pétrole algérien a perdu près de 7 dollars en 2019
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 01 - 2020

Les cours du brut algérien, le Sahara Blend, ont perdu près de sept dollars en 2019, s'établissant à 64,49 dollars le baril, en raison du ralentissement de la demande sur les marchés internationaux sous l'effet notamment de la guerre commerciale.
Selon le dernier rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), la moyenne annuelle des prix du brut algérien est passée de 71,44 dollars/baril en 2018 à 64,49 dollars en 2019, soit une baisse de 6,95 dollars/baril (-9,72%).
Le Sahara Blend a été le sixième brut le plus cher en 2019, après l'Angolais Girassol (66,11 dollars/baril), le Guinéen équatorial Zafiro (65,74 dollars/baril), le Nigerian Bonny light (65,63 dollars/baril), le Saoudien Arab light (64,96 dollars/baril), et l'Emirati Murban (64,72 dollars/baril).
Le prix du brut algérien est établi en fonction des cours du Brent, brut de référence de la mer du Nord, côté sur le marché de Londres avec une prime additionnelle pour ses qualités physico-chimiques appréciées par les raffineurs.
La baisse du Sahara Blend intervient dans un contexte de repli général des prix au marché pétrolier mondial en 2019. Le prix moyen du panier de l'Opep a baissé de 5,74 dollars (-8,2%) par rapport à 2018, pour s'établir à 64,04 dollars/baril. Il s'agit du niveau le plus bas en trois ans pour le panier de l'Opep, selon la même source.
"Les prix du pétrole ont subi une pression sur l'année en raison du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, qui a contribué à affaiblir l'économie mondiale et à ralentir la croissance de la demande de pétrole en 2019", est-il noté dans le rapport de l'Opep.
En outre, la croissance rapide de l'offre de pétrole hors Opep, en particulier de la production de schiste américain, qui a augmenté plus que la croissance de la demande mondiale de pétrole au cours de l'année, a également pesé sur les prix du pétrole, souligne l'organisation.
Sur le mois de décembre seul, le prix du pétrole algérien a progressé toutefois de 4,24 dollars pour atteindre 68,10 dollars/baril contre 63,96 dollars en novembre.
Cette hausse de 6,6% s'explique notamment l'optimisme affiché fin 2019 quant aux perspectives des fondamentaux du marché pétrolier, à la suite de l'apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et de la poursuite des efforts de stabilisation du marché menés par l'Opep et ses alliés.
Ces évolutions ont tiré le prix du panier de l'Opep à la hausse pour atteindre en décembre 66,48 dollars le baril, le prix le plus élevée depuis avril 2019.
Le rapport de l'Opep indique, par ailleurs, que la production de l'Algérie en 2019 a atteint 1,023 million de barils par jour (Mbj), soit une légère baisse de 17.000 barils par rapport la production moyenne de 2018 (1,040 Mbj).
Globalement, les pays de l'organisation ont produit 29,860 Mbj en 2019, contre 31,860 Mbj en 2018, selon des sources secondaires.
Ainsi, l'Opep a retiré effectivement du marché 2,004 millions des marchés internationaux, en application de l'accord de baisse signé avec dix producteurs non-membres de l'Organisation, à leur tête la Russie. Sur le mois de décembre seul, l'Opep a produit 29,444 Mb, en baisse de 161.000 barils/jour comparativement à novembre.
Concernant ses prévisions pour l'année 2020, l'Opep a révisé à la hausse la croissance de la demande de pétrole de 0,14 Mbj par rapport aux estimations du mois précédent. La croissance devrait s'établir à 1,22 Mbj, reflétant principalement une amélioration des perspectives économiques pour 2020.
En conséquence, la demande mondiale totale de pétrole devrait passer de 99,77 Mbj en 2019 à 100,98 Mbj en 2020, selon le rapport mensuel de l'Opep.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.