Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Covid-19: Des chiffres inquiétants    L'Aïd et une épine dans le pied    «Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha    5 Juillet 1962 - 5 Juillet 2020 - 58ème anniversaire de l'indépendance nationale: La grande fête    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    Un jour sur la plage    Qui veut dénaturer Le Rocher Noir de Boumerdès ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    L'infrangible lien...    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    Vu à Alger    Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Brèves    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie: Fakhfakh chargé de constituer un nouveau gouvernement dans les plus brefs délais
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 01 - 2020

Le président tunisien Kais Saied a confié à Elyes Fakhfakh, ancien ministre des Finances, la mission de constituer un nouveau gouvernement dans "les plus brefs délais", après le rejet par le Parlement, début janvier, de celui présenté par Habib Jemli.
Elyes Fakhfakh, 47 ans, a été désigné lundi soir chef du futur gouvernement par le président Saied, pour constituer dans "un délai d'un mois non-renouvelable" une équipe susceptible de convaincre un Parlement morcelé.
Le président Saied "a chargé M. Fakhfakh de former un gouvernement dans les plus brefs délais", a indiqué la présidence de la République dans un communiqué, publié par l'agence de presse TAP.
Trois mois et demi après les élections, il s'agit de la deuxième tentative pour former un gouvernement. Un premier formé sous la houlette du parti Ennahdha a été nettement rejeté par les députés le 10 janvier.
Le gouvernement sortant, dirigé par le Premier ministre Youssef Chahed, en place depuis 2016, gère actuellement les affaires courantes.
En cas de second échec, le pays s'acheminerait vers de nouvelles législatives, repoussant encore les réformes attendues pour relancer l'économie tunisienne.
Le Futur cabinet doit obtenir la confiance d'un Parlement très fractionné
Les élections générales d'octobre dernier ont débouché sur un Parlement très fractionné. La première force parlementaire Ennahda ne contrôle que 54 des 217 sièges de l'assemblée.
La désignation d'Elyes Fakhfakh intervient au terme d'une série de consultations écrites menées par le président Saied avec les partis, les blocs parlementaires, les coalitions à l'ARP (l'Assemblée des représentants du peuple) et d'entrevues avec des responsables des plus importantes organisations nationales ainsi que de certaines personnalités désignées au poste de chef de gouvernement, selon la TAP.
L'article 89 de la constitution tunisienne donne la latitude au président de la République de choisir la personnalité qu'il estime la plus apte à former un gouvernement.
"Par respect de la volonté des électeurs et des électrices aux législatives et aux propositions des partis, des coalitions et blocs parlementaires, le gouvernement à former ne sera pas celui du président de la République, mais celui qui obtiendra la confiance du parlement étant donné qu'un important nombre de députés ont suggéré le nom du chef de gouvernement, et de ce fait le dernier mot revient seul à l'ARP lors de la présentation de tous les membres du gouvernement devant la séance plénière du parlement", souligne la présidence.
Elyes Fakhfakh a été nommé ministre du Tourisme fin 2011 avant de devenir en décembre 2012 ministre des Finances jusqu'en janvier 2014. Ingénieur et manageur formé en France, il est rentré en Tunisie en 2006 après plusieurs années d'expatriation, et il y a dirigé le groupe automobile tunisien Cortel, devenu Caveo.
Il s'est engagé en politique après la "révolution" de 2011, auprès du parti social-démocrate Ettakatol, qui s'était allié à Ennahha au sein du cabinet de "la troïka", jusqu'en 2014. M. Fakhfakh a été candidat à la présidentielle en 2019 au nom de ce parti, mais n'avait convaincu que 0,34% des électeurs au premier tour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.