Coronavirus - Ancelotti : "J'espère que cela nous changera tous"    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Egypte. Le président Sissi survivra-t-il au coronavirus et aux soubresauts de l'économie ?    PROTEGER C'EST ASSERVIR.    L'AIE tacle l'Arabie Saoudite et la Russie    Hamid Bessalah désigné président du conseil d'administration    Injection de 5 000 milliards de dollars dans l'économie mondiale    Algérie Telecom : Modification des horaires    Lancement d'un bureau de poste itinérant    A propos d'Alger !    "Karim Tabbou souffre d'une paralysie partielle"    Le président de la Commission de l'UA mis en quarantaine    Pour cause de la pandémie du Covid-19 : Le trafic aérien suspendu à 95% en Afrique    Tunisie : Le coronavirus n'a pas empêché les tensions entre les trois présidences    "C'est un acharnement politico-judiciaire"    Athlétisme-Covid19: les Championnats d'Afrique entre mai et juin 2021    Madoui appelle au rapatriement des Algériens établis en Arabie Saoudite    NA Hussein Dey : Le Cas de l'entraîneur Bouali en stand-by    L'Union des ordres des avocats dénonce "une violation flagrante des lois"    Le personnel médical de l'hôpital de Boufarik en colère    La direction de la santé d'Oran lance un appel au bénévolat    Expositions et concours en un clic !    "Night in Zeralda", un tube immortel    À la découverte de l'Opéra de Paris    Evènement marquant de la révolution à Constantine : Le procès du groupe des 21    Maison de la culture de Aïn Témouchent : Création d'une plateforme électronique pour les enfants    Parution. «Le bonheur d'être algérien» de Fadéla M'rabet : Une terre, une fierté    Bousaâda: Cinq membres d'une famille tués dans une collision    Oran: 4,5 milliards en fausse monnaie interceptés    Pour ceux qui le souhaitent: Un vol pour rapatrier «des citoyens américains» d'Algérie    USMB - Testé positif au Covid-19 - Sofiane Nechma : «Je suis revenu de loin»    Procès en appel de Karim Tabou: Une vague d'indignation et des réponses    Blida en confinement: La peur commence à s'installer    INSTINCT ET SOLIDARITE    Entré en vigueur aujourd'hui: Le confinement partiel élargi à neuf autres wilayas    Pandémie Covid-19: the year after!    Elan de solidarité avec Bilda, la confinée    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    Belfodil partira en finde saison    Le président Tebboune salue les efforts des professionnels du secteur de la santé    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Covid-19/Sahel: attaques terroristes et conflits,une "trêve sanitaire" au second plan    Illustration d'activités gouvernementales: les médias instruits d'"éviter" les archives    Covid-19: Chorfi appelle les citoyens au respect des règles de prévention    Affaires de montage automobile et financement occulte: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 ans pour Sellal    QUAND LA VIE ET LA MORT SE PRENNENT LE BRAS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nécessité pressante d'un réseau d'assainissement pour la zone industrielle de Hassi Ameur
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 02 - 2020

La zone industrielle de Hassi Ameur (Oran), s'étendant sur une superficie de 319 hectares, nécessite la réalisation d'un réseau d'assainissement qui se fait attendre depuis une quinzaine d'années.
Le constat est affligeant. La zone fait l'objet de rejets d'eaux noirâtres aux odeurs nauséabondes. Une situation qui perdure, a-t-on expliqué au wali d'Oran, Abdelkader Djellalou lors d'une visite jeudi dernier.
Réalisée au cours des années 1980 sans être dotée d'un réseau d'assainissement, cette zone industrielle est confrontée quotidiennement au rejet de centaines de mètres cubes d'eaux usées depuis une trentaine d'années.
Le directeur local des ressources en eau, Djelloul Tarchoune a affirmé lors de la visite qu'il s'agit de rejets industriels, déversés dans la nature sans le moindre traitement. "Une véritable catastrophe écologique", a-t-il souligné.
Les autorités locales ont pourtant tenté de régler le problème et chaque responsable tente de démontrer qu'il a tenté d'agir sans succès.impératif de décentraliser l'opération pour régler les problèmes locauxC'est le ministère de l'Industrie qui gère les projets de réhabilitation de la zone. Les responsables locaux s'en lave les mains. Une enveloppe d'avenant, d'un projet de réhabilitation datant de 2006, n'arrive toujours pas, a-t-on fait savoir.
Le wali d'Oran a préconisé de décentraliser l'opération en application des recommandations du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune lors de sa récente rencontre avec les walis.
Pour résoudre le problème de manière définitive, le directeur de l'hydraulique explique qu'il est nécessaire de réaliser un réseau d'assainissement et une station de relevage.
Une conduite pour acheminer les eaux usées vers le lac Télamine a déjà été réalisée dans le cadre du projet de réhabilitation de 2006. Il suffira de la raccorder avec le futur réseau d'assainissement.
Des mises en demeure à l'encontre des industriels
En attendant la réhabilitation de la zone industrielle qui compte 192 unités, les industriels sont responsables de leurs déchets. Chaque unité doit être équipée d'une petite station pour épurer ses eaux de rejets, a-t-on recommandé.
La directrice locale de l'environnement, Samira Dahou a rappelé, lors de cette visite, qu'une commission chargée de contrôler les rejets des industriels, constituée il y a plusieurs mois, a déjà adressé 49 mises en demeure aux industriels qui ne disposent pas d'un système interne d'épuration, affirmant que le travail de contrôle se poursuit pour toucher le reste des unités.
Selon le directeur de l'hydraulique, les eaux usées stagnantes représentent un risque de pollution de la nappe phréatique. D'autant qu'il s'agit de rejets industriels pouvant renfermer des métaux lourds, dangereux pour la santé.
Les puits ne sont pas rares dans cette zone riveraine, ce qui soulève de nombreuses questions quant à l'usage de leurs eaux et les risques que peuvent présenter, a-t-il fait savoir.
La responsable de la communication à la Direction de l'environnement, Aicha Mansouri a tenté de rassurer que les eaux des puits de cette zone riveraine, ce qui soulève de nombreuses questions quant à l'usage de leurs eaux et les risques que peuvent présenter, a-t-il fait savoir.
La responsable de la communication à la Direction de l'environnement, Aicha Mansouri a tenté de rassurer que les eaux des puits de cette zone sont saumâtres, donc impropres à la consommation.
"Ces eaux sont généralement utilisées pour l'irrigation et le nettoyage", a-t-elle avancé, assurant que les analyses effectuées par les laboratoires de l'Observatoire régional de l'environnement et de la Société de l'eau et de l'assainissement d'Oran (SEOR) confirment que les eaux souterraines sont contaminées par des résidus organiques et que les métaux lourds ne traversent pas les sédiments du sol pour arriver jusqu'à la nappe phréatique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.