Enseignement supérieur : examen de la coopération bilatérale avec les Emirats arabes unis    Ligue 1 : Tayeb Mahyaoui nouveau président du MC Oran    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Journées nationales du costume algérien sous le thème "Mon costume, ma mémoire, ma culture"    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Chlef: Le nouveau procureur général installé    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Défis et impératifs des urgences    Les cas de Covid-19 en recul    Tlemcen: Motos et quads sous surveillance    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Commerce extérieur: Tebboune veut une évaluation de l'accord avec l'UE    Constantine: Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    Le SNJ réagit à la lourde condamnation du journaliste Khaled Drareni    3 ans de prison pour Drareni, Belarbi et Hamitouche 2 ans de prison, dont 4 mois ferme    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    Plus de 13 ha de forêt consumés par le feu    Les chemins de wilaya réhabilités    Un kilomètre de lignes électriques endommagé    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    Tebboune ordonne l'accélération des enquêtes et la sanction des auteurs    L'Espagne exprime la volonté de développer la coopération avec l'Algérie    "Je ne quitterai Nice que pour un grand club"    Décés de la comédienne Nouria Kazdarli a l age de 99 ans    La mosquée Sidi Ghanem n'a subi aucun dégât    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    Start-up: le Fonds de financement opérationnel dès la semaine prochaine    Sortie de promotions d'officiers de l'ESDAT de Reghaïa    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    ALGERIE-ESPAGNE : Le ministre espagnol de l'Intérieur reçu par le président    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    Les révélations glaçantes de sa famille    13 relaxes et une condamnation avec sursis    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    L'entraineur zeghdoud donne son accord de principe au nahd    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité
Publié dans Algérie Presse Service le 02 - 07 - 2020

La France a annoncé mardi l'envoi au Sahel d'une coalition de forces spéciales européennes, Takuba, pour soutenir les armées de la région, au moment où les doutes pèsent sur la capacité du nouveau groupement à agir dans l'imbroglio sahélien.
Lancée en mars dernier, cette Task force sera placée sous le commandement de l'opération française Barkhane et opèrera dans la région du Liptako, zone frontalière aux confins du Burkina, du Mali et du Niger en appui aux forces maliennes.
Selon le ministère français des armées, elle débutera cet été ses opérations avec une centaine de militaires français et estoniens, qui devraient être rejoints à l'automne par un contingent tchèque d'une soixantaine d'hommes, avant l'arrivée début 2021 de 150 militaires suédois.
Mais la force Tabuka, du nom du sabre des Touaregs, montre des limites, affirment des spécialistes de la région du Sahel, avant même qu'elle entame ses opérations sur le terrain. Au moment où la France espérait engager l'Europe dans sa lutte contre le terrorisme, seulement six sur les 27 pays européens sollicités ont répondu positivement à sa demande.
Au sein de l'Union européenne, la Norvège a opposé un refus à envoyer des soldats, faute de soutien politique interne, alors que l'Allemagne a décliné craignant l'enlisement dans la région. De visu, les trois pays ne partagent pas les mêmes priorités sécuritaires.
La Belgique qui a accepté de participer à cette coalition, a annoncé pour autant une modeste contribution de trois officiers dans l'état-major de Tabuka qui siègera à Gao au Mali.
Dans les faits, selon des observateurs, il s'agit beaucoup plus d'une force avec une dimension politique que militaire, destinée à briser l'isolement de la France sur le théâtre sahélien.
Sur le terrain, le déploiement de forces spéciales à vocation offensive répond en particulier au souci d'atteindre des objectifs stratégiques comme la libération de territoires.
Timing tardif
"Dans le combat face à des forces asymétriques par nature, l'option offensive n'est pas un choix mais une nécessité absolue. Mais l'option offensive après quatre ans d'intervention militaire est tardive ", précise à l'APS Mohamed Said Benazzouz, spécialiste des questions internationales.
Cependant "le timing politique est parfait, il fait suite à un regain de crédibilité au bénéfice des forces françaises après l'opération réussie contre le chef d'AQMI, Abdelmalek Droudkel", commente-t-il.
Un regain, poursuit Mohamed Said Benazzouz, "destiné à asseoir le statut flou et contesté des forces françaises sur le terrain ".
"En associant les ex pays de l'Est, la France vise en effet à partager le coût humain et humanitaire exorbitant de l'opération toute en renforçant son leadership dans la région. Le sabre tergui Takuba est entre les mains de celle-ci ", constate l'analyste.
"Au-delà des considérations sécuritaires, les Etats du Sahel ont surtout besoin de voir leurs capacités de développement se renforcer.
Encore faut-il que cet objectif ne soit pas en contradiction avec les politiques de puissances souvent néocolonialistes", soutient Mohamed Said Benazzouz.
En dépit d'une situation sécuritaire très tendue au Sahel, amplifiée par les violences terroristes et intercommunautaires qui ont fait des milliers de morts, la France espère obtenir une victoire face aux groupes terroristes.
Le président français, Emmanuel Macron qui veut amplifier des gains fragiles a évoqué mardi lors du sommet de Nouakchott sur le Sahel une "possible victoire au Sahel" pour peu que les Etats de la région renforcent leur présence dans les zones échappant à leur contrôle.
Mohamed Said Benazzouz souligne que dans une stratégie militaire, "il faut toujours viser une victoire décisive".
"Les récentes déclarations du président Macron poussent à croire que la France n'a pas la prétention de réaliser une victoire décisive au Sahel.
Apparemment il s'agissait juste de préserver ses intérêts" dans la région, estime-t-il.
Et de s'interroger: "l'essence de la présence française au Mali passe par la question de savoir pourquoi la Cedeao n'est pas intervenue pour stopper le mouvement des groupes extrémistes vers Bamako? ".
La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest ont approuvé en 2013 l'envoi immédiat d'une force d'intervention, conformément à une résolution de l'ONU, pour aider Bamako à reprendre le contrôle du Nord, tombé en mars 2012 aux mains de groupes terroristes, liés à Al-Qaïda.
Entre temps, la France a lancé son opération Serval pour stopper la progression des groupes terroristes vers Bamako.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.