El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Football amateur-Fia: la DTN conviée à une réunion par visioconférence    Gouvernement-walis: poursuite à huis clos des travaux des ateliers    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 07 - 2020

L'ancien diplomate algérien, Abdelaziz Rahabi a apporté sa contribution au débat sur l'avant-projet de Constitution qui a porté sur plusieurs questions, dont notamment celles concernant les mandats présidentiels et le rôle de l'armée.
La contribution, rendue publique dimanche, porte essentiellement sur l'opportunité et le contexte du débat sur le projet, les propositions sur les principes généraux, la question de la réélection du président de la République ainsi que sur la représentation populaire dans les pouvoirs et de l'Etat de droit, et l'adaptation des forces armées aux processus de transformation des questions de maintien de l'ordre, de la paix et de la sécurité internationales.
Dans sa contribution, M. Rahabi s'est interrogé : "Sommes-nous aujourd'hui à un moment de rupture et/ou à un niveau de maturation historique de nature à nous permettre de faire un saut qualitatif ? ", tout en estimant qu'"il y a autant d'éléments positifs que d'éléments contraignants".
Il a souligné aussi que "la question qui se pose alors d'elle-même c'est celle de savoir si ce projet de loi suprême s'inscrit dans l'esprit de ses rédacteurs et de ses promoteurs dans la perspective de mettre l'Algérie en rapport avec le temps réel, de faire entrer le pays dans la modernité institutionnelle, de mettre les fondements d'un Etat de droit ou alors d'une opération de stabilisation d'un système politique ébranlé par le Hirak".
Notant que le document soumis au débat "a le mérite de n'avoir pas cédé à la tentation populiste et aventurière des différents animateurs du débat sur l'identité", M. Rahabi a proposé la dénomination du pays dans la Constitution "Algérie" ou "République Algérienne" car, a-t-il expliqué, la dénomination actuelle (République Algérienne Démocratique et Populaire) est "le produit d'une réalité historique donnée, des rapports de forces du moment et de la conjoncture internationale marquée par la division idéologique du monde".
"Notre pays s'accommoderait mieux d'une dénomination qui n'altérerait en rien son ordre politique ou moral, marquerait la période du début d'un nouvel ordre constitutionnel et valoriserait davantage son nom propre", a-t-il argué.
Concernant la réélection du président de la République, M. Rahabi propose que le mandat présidentiel soit "unique et d'une durée de 6 ans".
Pour ce qui est de la représentation populaire dans les pouvoirs et de l'Etat de droit, M. Rahabi a fait remarquer que "le Conseil supérieur de la Magistrature ne peut être envisagé ni comme un prolongement de l'Exécutif ni comme un syndicat de magistrats mais comme une Autorité au service de la loi et du justiciable", proposant que les anciens présidents de la République fassent partie de la composante de la Cour constitutionnelle.
Par ailleurs, il a plaidé, dans sa contribution, pour la suppression du Conseil de la nation.
Pour l'adaptation des forces armées aux processus de transformation des questions de maintien de l'ordre, de la paix et de la sécurité internationales, l'ancien diplomate a estimé que l'adaptation aux nouvelles réalités internationales "requiert en conséquence un haut degré de maitrise et de professionnalisation des forces armées".
"Les conflits ont changé de nature, de guerres classiques à guerres irrégulières, de guerre froide à conflits d'intérêt économique, pour aboutir aujourd'hui à une sorte d'administration internationale des zones de crises. La géopolitique, dans toute sa complexité, s'impose aujourd'hui de façon implacable aux Etats comme la représentation des rapports de puissance", a-t-il fait savoir, soulignant qu' "à ce stade de l'état du monde, notre pays présente quelques particularités, des atouts et des contraintes".
"Cette réalité géopolitique du pays confère certes des atouts mais réclame notamment, en raison du caractère transfrontalier des nouvelles menaces, une adaptation à de nouvelles missions de participation des troupes militaires dans des opérations humanitaires, d'observation et de paix qui
ne sont pas prévues explicitement dans notre ordre constitutionnel", a ajouté M. Rahabi, soulignant que "ces opérations, du fait d'être soumises à la satisfaction de préalable institutionnel interne contraignant et à un mandat Organisation des Nations Unies, de l'Union Africaine ou de la Ligue des Etats Arabes, consacrent le principe du contrôle populaire sur les actions des forces armées hors des frontières nationales".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.