L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Quand le bricolage fait des siennes    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune
Publié dans Algérie Presse Service le 10 - 08 - 2020

L'Observatoire des ressources naturelles du Sahara occidental (Western Sahara Ressources Watch) a demandé à l'entreprise française Voltalia, qui s'apprête à lancer cette année un projet de parc éolien à Laâyoune occupée, de s'abstenir de toute activités et/ou coopération avec le Maroc sur les territoires sahraouis occupés, indique une lettre de l'observatoire publiée lundi.
Dans sa missive à Voltalia, WSRW a souligné sa conviction qu'"il n'est dans l'intérêt d'aucune entreprise de s'associer à la poursuite de l'occupation et de la colonisation, et au pillage des ressources".
En conséquence, WSRW demande à Voltalia "de limiter toute coopération avec le Maroc au territoire marocain proprement dit et de s'abstenir de toute coopération avec le Royaume sur des terres sahraouies occupées et/ou d'y entreprendre des activités du genre".
L'observatoire a demandé également à l'entreprise française, de clarifier son évaluation du statut juridique du Maroc vis-à-vis du territoire du Sahara Occidental, lui rappelant la condition sine qua non d'obtenir préalablement l'accord du Front Polisario, seul et unique organe internationalement reconnu en tant que représentant du peuple sahraoui, pour devenir un producteur indépendant d'électricité sur le territoire sahraoui.
En effet, des médias marocains ont rapporté récemment que la société française Voltalia s'apprêtait à lancer cette année, la construction d'un projet de parc éolien de 75 MW à Laâyoune, ville sahraouie sous occupation militaire du Maroc.
Selon des médias, le 28 mai dernier, deux des filiales de Voltalia, à savoir, Voltalia Maroc et VLT Investment 6 BV ont créé une société commune dénommée "Parc Eolien de Ghrad Jrad SAS", pour le développement, réalisation et exploitation dudit parc éolien.
Le Maroc occupe la majeure partie de son pays voisin, le Sahara occidental, de ce fait, la conclusion d'accords commerciaux avec des entreprises ou des autorités marocaines dans les territoires occupés "donne une impression de légitimité politique à l'occupation. Il donne également des opportunités d'emploi aux colons marocains et des revenus au gouvernement marocain", déplore WSRW.
Partant de cela, Western Sahara Resource Watch demande aux entreprises étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution au conflit soit trouvée.
Mi-juillet 2020, un groupe d'organisations internationales des droits de l'homme a averti les gouvernements et les sociétés multinationales qu'en poursuivant leurs activités économiques dans les territoires sahraouis occupés ils soutiennent l'occupation marocaine du Sahara occidental et affectent grandement les intérêts et les droits du peuple sahraoui de disposer de ses terres et ressources naturelles.
D'autres décisions internationales, européennes notamment statuaient "l'illégitimité de telles actions dans les territoires occupés tel que le Sahara occidental.
En février 2018, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) avait statué en février 2018 que l'accord de pêche UE-Maroc n'est pas applicable au Sahara occidental.
Le Sahara occidental a été inscrit à l'ordre du jour de l'Assemblée générale des Nations Unies et, par conséquent, à l'ordre du jour de la Quatrième Commission et du Comité spécial de l'AG de l'ONU sur la décolonisation (C-24), depuis 1963 en tant que territoire non autonome auquel s'applique la Déclaration sur l'octroi de l'indépendance des pays et des peuples coloniaux (résolution 1514 (XV) de l'Assemblée, du 14 décembre 1960), conformément à la légalité internationale et les résolutions de l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.