PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de psychotropes    Covid-19 : Nécessite d'adopter de "nouveaux modes d'enseignement" dans le Monde arabe    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Neghiz face à la presse    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Prorogation des promotions au 30 septembre    Les souscripteurs AADL protestent    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Enfin l'électricité et le gaz    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 08 - 2020

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a instruit fermement les walis et responsables locaux, jeudi, d'œuvrer à la mise en œuvre urgente des projets de développement inscrits dans les zones d'ombre en vue d'en changer le visage d'ici la fin de l'année en cours.
Intervenant à la clôture des travaux de la Réunion Gouvernement-Walis, M. Djerad a souligné que les programmes de rattrapage dans les zones d'ombre qui sont l'un des piliers du programme du Président de la République accusaient un retard notable dans leur mis en œuvre.
Admettant que ce retard peut être justifié par les répercussions de la pandémie Covid-19 et les problèmes économiques du pays, il estimé néanmoins que ce retard, "au demeurant inacceptable" est dû aussi à la logique bureaucratique de certains gestionnaires locaux qui entravent le processus du gouvernement et le programme du Président en la matière.
Selon les chiffres présentés aux 2e jour des travaux de la réunion, qui ont débuté mercredi, le nombre des opérations achevées dans le cadre des programmes de développement des zones d'ombre s'élève à 1.256 projets pour un montant de à 15, 95 Mds de Da au niveau de 1.014 zones d'ombre et au profit de 716.000 citoyens, et ce, sur un total de 11.815 projets inscrits pour une enveloppe de 207 mds de Da portant sur 9.502 zones.
A ce propos, M. Djerad a ordonné l'élaboration d'un calendrier précis pour les projets de développement dans les zones d'ombre et du suivi périodique de leur réalisation, préconisant des évaluations mensuelles pour atteindre les objectifs dans les délais fixés.
Les objectifs du programme tracé devront être concrétisés d'ici la fin de l'année en cours, notamment en matière de raccordement aux réseaux (électricité, gaz, eau potable et assainissement) et désenclavement à travers la réalisation des routes", a affirmé M. Djerad.
Le Premier ministre a également affirmé que quiconque faisant obstacle au développement au niveau local fera l'objet d'enquêtes.
Lire aussi: Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA
Soulignant, l'impératif de "lutter contre la corruption, sous toutes ses formes" et de "moraliser le pouvoir public", M. Djerad a précisé que l'enjeu de cette démarche est de garantir l'intégrité et l'objectivité des personnes assumant des responsabilités au niveau du pouvoir public".
"Il s'agit là d'une importance cruciale, non seulement pour l'Etat de droit mais également et surtout pour rétablir la confiance perdue du citoyen en les institutions de son pays", a-t-il ajouté.
"Nous devons sans tarder lancer un projet global de réformes radicales qui aboutit à la mise en place d'un nouveau mode de gouvernance nouveau et moderne sous-tendant la nouvelle République en vue d' une "rupture totale" avec les pratiques du passé qui ont conduit et continue, a-t-il dit, à "des dérives graves et inacceptables".
Il a en outre exigé de la rigueur dans la gestion des projets locaux et des dépenses publiques, notant que "le moment est venu de rationaliser les dépenses publiques, d'adopter une gestion rigoureuse des affaires de l'Etat et d'éviter toute forme de gaspillage".
Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a ordonné également la mise en place d'un plan d'urgence de numérisation au niveau local, soulignant que les Douanes et Impôts devraient être les secteurs prioritaires de cette entreprise au vu de leur importance dans la lutte contre la corruption.
Et d'ajouter "cet objectif ne sera pas facile à atteindre car il s'agit de toucher à de grands intérêts".
Ces recommandations ont été formulées au terme de la présentation des conclusions des cinq ateliers, dont les travaux se sont déroulés mercredi et jeudi. Ces ateliers ont porté sur l'évaluation des étapes de mise en œuvre du développement des zones d'ombre, l'évaluation de la mise en œuvre des mesures de prévention contre la propagation de la pandémie Covid-19, le développement économique local, la numérisation, les statistiques et la lutte contre la bureaucratie, les préparatifs de la prochaine rentrée sociale et la sécurité des biens et des personnes.
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a indiqué mercredi à l'ouverture de la rencontre Gouvernement-walis que garantir l'alimentation des zones d'ombre en eau et en électricité était une priorité absolue des programmes d'action du Gouvernement, prévenant que l'Etat sévira contre les responsables négligents et les saboteurs.
Il a, également, annoncé que les décisions de mettre fin aux fonctions d'un certain nombre de responsables locaux représentent "le début" d'un processus consistant à exiger des comptes à ceux qui ont fait montre de "passivité" en matière de prise en charge des préoccupations et des problèmes des citoyens dans les zones d'ombre.
Lire aussi: Zones d'ombre : mettre en place un calendrier précis des projets de développement
A rappeler que le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune a signé le 08 aout courant des décrets portant fin de fonctions de plusieurs de chefs de Daïras et suspension pour enquête de nombre de présidents d'Assemblée populaire communale (P/APC) pour non réalisation de projets tracés en Zones d'ombre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.