L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique
Publié dans Algérie Presse Service le 27 - 09 - 2020

La classe politique au Liban a appelé à s'attaquer aux causes de l'obstruction à laquelle s'est heurté le Premier ministre désigné Moustapha Adib qui s'est excusé samedi de n'avoir pas pu former un exécutif devant mener l'opération de sauvetage du pays en proie à des difficultés économiques accentuées suite à l'explosion de Beyrouth.
Nommé le 31 août, Adib s'était engagé en faveur de réformes réclamées par la communauté internationale pour débloquer l'aide promise au lendemain de l'explosion du 4 août dernier qui a fait 190 morts et 6.500 blessés.
La première tâche du gouvernement aurait été de relancer les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) sur un plan de sauvetage vital. Mais, les efforts du Premier ministre désigné se sont heurtés à des obstacles liés aux exigences du Hezbollah et du mouvement Amal, dirigé par le chef du Parlement Nabih Berri, qui réclamait le portefeuille des Finances.
Selon la Constitution libanaise, le chef de l'Etat doit désormais mener de nouvelles consultations parlementaires contraignantes pour désigner un nouveau Premier ministre.
A présent, les regards sont braqués sur les quatre anciens Premiers ministres Saad Hariri, Fouad Siniora, Nagib Mikati et Tammam Salam pour proposer un nouveau nom. Ils étaient à l'origine de la candidature de Adib.
Les 3 anciens premiers ministres Najib Mikati, Fouad Siniora et Tamam Salam ont demandé aux partis politiques d'"être à l'écoute des besoins nationaux, et qu'ils prennent conscience des dangers de la désintégration et de l'effondrement du Liban sans un gouvernement capable, efficace et non partisan".
Faciliter la formation du gouvernement, loin des comptes étroits
Avec la récusation de M. Adib, " le pays fait désormais face à de multiples dangers, dont notamment l'absence d'un gouvernement pilotant l'opération de sauvetage du pays, participant aux conférences internationales et discutant avec le Fonds monétaire international", a déclaré dimanche le patriarche maronite Béchara Raï.
"De par notre attachement à la Constitution et au Pacte national, nous appelons à ce qu'aucun portefeuille ministériel ne soit définitivement réservé à un camp, formation politique, communauté ou confession, et appliquer la règle de la rotation démocratique (...) Aucun nouvel usage ne peut être imposé sans un consensus", a souligné le patriarche. (...) Quelles que soient les divergences entre les Libanais, le dialogue doit être plus fort que tout".
Dans un tweet, le député Farid Boustani a estimé que " le problème politique dont le pays souffre doit être contenu rapidement". Ce dernier, a considéré "nécessaire d'entamer de nouvelles concertations parlementaires et la nomination d'un nouveau Premier ministre pour la formation d'un gouvernement dont le choix des ministres serait basé sur les critères de la compétence". Selon lui, la solution demeure celle d'"instituer un Etat civil".
Lire aussi: Reconstruction de Beyrouth: l'aide conditionnée à une palette de réformes
Pour sa part, le Chef du Parti Socialiste Progressiste (PSP), Walid Joumblatt, a déclaré : " Il est grand temps de reprendre la feuille du passé, de se baser sur elle pour bâtir et de faciliter la formation du gouvernement, loin des comptes étroits. Chaque minute qui passe n'est pas dans l'intérêt du Liban". Ce dernier, a estimé que les partis responsables de l'obstruction de la formation du prochain gouvernement " ont commis un pêché vis-à-vis du peuple libanais".
Le parti socialiste progressiste (PSP) a espéré que toutes les parties politiques "se rendent compte à quel point la situation en cours au pays est grave et critique et que ceux qui imposent des conditions cessent d'entraver l'unique chance pour sauver le pays avant qu'il ne soit trop tard".
Depuis 2009, le Liban connaît des blocages à répétition de la formation de plusieurs gouvernements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.