Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le CPS lève la suspension du Mali de l'UA, les institutions de transition mises en place
Publié dans Algérie Presse Service le 09 - 10 - 2020

BAMAKO – Les progrès "positifs" réalisés au Mali ont amené le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA) à lever, vendredi, la suspension du pays de l'organisation panafricaine, quelques jours après que la Cédéao a pris la décision de mettre fin à son embargo qui pesait sur les Maliens depuis les événements du 18 août.
En effet, le changement non constitutionnel au Mali qui a débouché sur la démission forcée de l'ex-Président Brahim Boubacar Keita, a été suivi de "journées de concertations nationales organisées les 10, 11, et 12 septembre et qui ont abouti à l'adoption d'une charte de la transition. Un Président de la transition a été désigné, un Premier ministre a été nommé et un gouvernement a été formé.
Vu cette avancée politique qu'il qualifie de "positive", le Conseil de Paix et de sécurité de l'UA a annoncé vendredi la levée de la suspension qu'il avait imposée contre le Mali le 19 août dernier. A cet effet, "la République du Mali est autorisée à participer pleinement à toutes les activités de l'Union africaine", a affirmé l'organe décisionnel permanent de l'UA.
Peu après cette annonce, le Commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine (UA), Smail Chergui, a salué la décision du CPS, affirmant que " l'UA avec ses partenaires sera résolument au côté du Mali pour relever les défis sécuritaires, économiques et humanitaires".
Mardi, c'était les dirigeants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui avaient annoncé la levée de l'embargo sur le Mali au lendemain de la satisfaction de leur principale condition, à savoir, la nomination d'un gouvernement de transition.
Pour soutenir ce processus de transition, le représentant spécial de l'ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, a appelé jeudi le Conseil de sécurité de l'ONU à "accompagner le pays dans la phase de transition, en coordination avec l'Union africaine et la Cédéao".
"Cette avancée est pleine de symbole et de signification", a-t-il noté, soulignant que "c'est le résultat de bonnes prédispositions des nouvelles autorités et des mouvements signataires" de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger.
Lire aussi: Chergui salue la levée de la suspension du Mali de l'Union africaine
"Grâce à cette confiance, l'Accord pour la paix figure dans le préambule de la charte, et sa mise en œuvre est consacrée comme une de ses missions", a-t-il soutenu.
"La paix est à portée de main et la balle demeure encore dans le camp des Maliennes et Maliens. La MINUSMA est plus que jamais engagée à leurs côtés", a-t-il conclu.
Dans son allocution à la 3ème réunion du Conseil de paix et de sécurité sur le Mali, le Président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki s'est réjoui des avancées enregistrées au Mali.
M. Faki, rappelé que les institutions de transition sont en train d'être mises en place, et dans les prochains jours, le Conseil national de transition devrait être installé. L'ex Président Ibrahim Boubacar Keita a été libéré et autorisé d'aller se faire soigner dans un pays de son choix. Mercredi, des personnalités politiques et militaires, dont l'ancien Premier ministre, ont été également libérées. "Ce sont là des avancées dont il faut se réjouir", a-t-il déclaré.
Il a ajouté que " durant les 18 mois à venir, un certain nombre de défis doivent être relevés, des programmes prioritaires doivent être réalisés".
Moussa Faki a rappelé aussi que " le Mali, en plus de la crise socio politique qui l'a déstabilisé depuis le mois de juin, est restée confronté aussi à une crise sécuritaire, mais également sanitaire. Aussi, la Covid-19 a eu des conséquences négatives sur la vie socio-économique des populations".
En plus de ces "urgences incontournables", le responsable a évoqué les consultations électorales prévues au Mali en vue de se doter d'institutions définitives.
Il a averti, à ce titre, que "la transition va être conduite dans des conditions matérielles, financières et psychologiques particulièrement difficiles, mais il faudra avancer".
"La contribution de l'Union africaine à l'accomplissement de ce vaste chantier est sans doute attendue", a-t-il assuré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.