Laraba défend son projet    Le sujet suscite peu d'intérêt    L'ANP élabore le plan de vigilance    Sans Zeghmati    Hausse attendue des prix des viandes blanches    Le parlement accorde la confiance aux ministres proposés    «L'Afrique doit rester unie pour réformer le Conseil de sécurité»    Deux communautés rivales signent des "accords de paix"    Report des candidatures aux postes de souveraineté en Libye    Zetchi recalé par la FIFA    "Je serai de retour dans une à deux semaines"    Ifticène jette l'éponge    Reprise dimanche après la fin du 2e regroupement    Inquiétante hausse de la cybercriminalité    Cap sur le renforcement de la couverture sécuritaire    Le personnel de la santé prêt pour l'opération    Le plasticien El-Bahi Belkheiri célèbre le berceau de l'humanité    Les rapports franco-algériens entre histoire et mémoire    Le rôle du poète au sein de sa cité    Hommage à cheikh Abdallah Guettaf    Création d'un prix littéraire au nom de la poétesse Oum Siham    Couleurs et douleurs, nouveau recueil de nouvelles de l'écrivain Boubakr Kadri    Walid Sadi candidat à la présidence a la FAF    Conservation foncière de Bab Azzoun : Une année pour la délivrance d'un négatif    Cité AADL 5000 logements (Réghaïa) : Insécurité et manque d'éclairage    Premier League : Défaite surprise de Man United face à la Lanterne rouge    Aouar dans le viseur de la Juventus pour cet été    Oran : L'association des opérateurs économiques tire la sonnette d'alarme    Milan AC : Bennacer de retour à l'entrainement    Sidi Chami, El-Ançor et Bir El-Djir: Près de 36 millions de dinars pour de nouvelles cantines scolaires    Ancien chargé de mission à la présidence: Laagab répond à ses détracteurs    Point de rupture ?    Les «zones d'ombre» sont-elles dans nos têtes ?    Pour booster la filière des agrumes à Misserghine: Vers l'exploitation des sources d'eau dans l'irrigation    Le génie du virus    Ils réclament le droit au logement et aux projets de développement: Les habitants de Tafraoui protestent    Ferdjioua: Le libraire Ferhat Kaoula n'est plus    Le professeur Laraba présente sa copie    Le RND propose des amendements substantiels    Reddition d'un terroriste et arrestation de 3 éléments de soutien    Fin du débrayage, reprise du travail le 31 janvier    6 décès et 262 nouveaux cas en 24 heures    Le FMI prévoit un baril à 50 dollars en 2021    Tinhinane Laceb retrouvée morte    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Pour «incitation à l'insurrection»: L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental : une conférence en argentine appelle l'ONU à assumer ses responsabilités
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 10 - 2020

Les participants à une conférence multi-partisane consacrée à la question du Sahara occidental, ont lancé un appel à la Minurso, et à travers elle à l'ONU, pour assumer leurs responsabilités quant à la mise en œuvre du droit à l'autodétermination, aux violations marocaines des droits de l'Homme et à l'exploitation illégale des ressources naturelles de la dernière colonie d'Afrique.
Cette visioconférence, tenue samedi et intitulée "la situation du peuple sahraoui, devant la poussée de l'agression marocaine", a été animée par M. Nestor Antonio Suleiman, écrivain argentin militant de la cause sahraouie.
Elle a réuni les représentants de 7 partis politiques argentins (dont le parti justicialista, membre principal de la coalition péroniste au pouvoir), regroupés au sein d'un forum baptisé "Mesa (table) Interpartidaria de Relaciones Internationales" de la ville de Rosario (2e ville d'Argentine).
Outre les partis politiques, plusieurs représentants des associations de solidarité avec le peuple sahraoui en Argentine, au Brésil, au Chili, en Espagne et au Portugal, ont pris part à cette conférence, dont la tenue coïncide avec le 10e anniversaire de la mise en place du camp de Gdeim Izik et le 45e anniversaire de la journée de l'Union nationale sahraouie, célébrée le 12 octobre de chaque année.
Les participants ont rappelé "les fondamentaux de la question sahraouie, à savoir la décolonisation du Sahara occidental, territoire non autonome et dernière colonie en Afrique, sous la responsabilité de l'ONU et le droit inaliénable à l'autodétermination du peuple sahraoui qui souffre de l'occupation illégale de son territoire par le Maroc".
Il a été, par ailleurs, convenu d'initier un processus pour fédérer les différentes organisations de la société civile en Amérique Latine et aux Caraïbes au sein d'une instance semblable à l'Eucoco (Coordination Européenne d'appui et de solidarité avec le peuple Sahraoui), "afin de mieux coordonner les actions de soutien à la cause sahraouie".
Des personnalités sahraouies à l'instar de Mohamed Ali Mohamed Salem, Représentant du Front Polisario en Argentine, d'Ahmed Hammad, Vice-Président du Comité de défense du droit à l'autodétermination du Peuple du Sahara occidental et d'Ali Abdelhay (Jalisco), militant sahraoui dans le domaine des droits culturels, ont fait des interventions remarquées, dans lesquelles ils ont notamment mis l'accent sur la situation qui prévaut actuellement dans les territoires occupés du Sahara occidental.
Dans ce cadre, les intervenants ont "condamné l'escalade de la répression marocaine contre les civils sahraouis, particulièrement les membres de l'ISACOM (Instance sahraouie contre l'occupation marocaine)", présidée par l'illustre militante Aminatou Haidar.
Ils ont également "dénoncé le calvaire de plusieurs dizaines de prisonniers politiques sahraouis dans les geôles marocaines ainsi que l'exploitation illégale des ressources naturelles du territoire".
L'accent a été mis également sur la problématique des droits culturels de la population sahraouie dans les territoires occupés, à l'image de l'interdiction d'installer des tentes et les tentatives de marocanisation de l'héritage social et culturel du Sahara occidental.
Les partis politiques argentins qui étaient présents à la conférence multi-partisane sont: Partido Solidario, Partido Intransigente, Partido Comunista Revolucionario, Partido Justicialista, Accion Popular, Nuevo Encuentro et Partido Comunista.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.