La bataille des listes n'est pas terminée    Réactions mitigées des partis politiques    Rezig face au test de la permanence    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Appel à l'unité des rangs jusqu'à l'indépendance    Israël et l'ONU au banc des condamnés    Pour qui roulent-ils?    Un casting XXL pour la succession de Pirlo    Mané vit sa pire saison    Cavani officiellement prolongé    52% des projets concrétisés    La Sittelle de Kabylie et la Genette ont réapparu en 2020    Beldjoud au Portugal    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    "Nous sommes déterminés à affronter l'armée sioniste"    Un bilan à la hausse    Placer la cause palestinienne en tête des préoccupations de la Communauté internationale    Réunion du gouvernement: l'Etat prendra en charge les frais de transports de 28 produits distribués au Sud    Le peuple sahraoui poursuit sa lutte pour arracher son droit à l'autodétermination    Coronavirus: 195 nouveaux cas, 149 guérisons et 8 décès    Rassemblements de soutien des partis politiques et de la société civile avec les Palestiniens    Classique au sommet à Tizi-Ouzou    3,3 millions de retraités bénéficieront d'une augmentation entre 2 et 7%»    «Repêchage» de listes électorales    Seuls 16% du programme national achevés    Sablés aux beurre, amandes et noisettes    Le désarroi des parents d'élèves    Des entreprises mises en garde par Tebboune    Libye : après le conflit fratricide, la paix est-elle de retour ?    «Il n'y a aucune mise à l'écart de joueurs et personne ne me dicte mes choix»    15 000 livres pour les zones d'ombre    Retour de l'homme du professionnalisme    La mauvaise leçon    Convention de partenariat et de coopération entre le ministère des affaires religieuses et les SMA    Prémices d'un retour à la case départ    Pour la libération des détenus    L'instruction du dossier de Lounès Hamzi reportée    Rabah Karèche passera l'Aïd derrière les barreaux    Jean-Claude Fournier revient avec deux ouvrages historiques    "Comptabilité générale et analyse financière", de Mohamed Zaâtri    Réconciliation des téléspectateurs avec les productions algériennes    Education nationale: Calendrier des examens de fin de cycle pour les trois paliers    Faire des prochaines élections un "moyen pour le changement"    Ahmed Hafsi. Moudjahid à Skikda : L'humilité d'un brave    Hirak : la nouvelle donne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouargla-aquaponie: résultats "encourageants" à la station d'aquaculture
Publié dans Algérie Presse Service le 12 - 01 - 2021

Des résultats jugés "encourageants" ont été obtenus d'une expérience pilote à Ouargla pour développer l'aquaponie ou l'aqua-agriculture (un système qui unit l'agriculture et l'aquaculture), a-t-on appris dimanche de cadres de la station expérimentale de l'aquaculture saharienne.
L'aquaponie, appelée aussi l'Intégration Aquaculture-Agriculture (IAA), est une technique combinant la culture de végétaux dans l'eau et l'élevage de poissons, sans utilisation du sol, a indiqué le chef de la station, Mohamed Hamidat.
Considérée comme une synergie entre poissons et plantes, l'IAA est une solution intelligente basée sur les poissons pour produire de la nourriture aux plants, en utilisant des ressources limitées et peu d'eau, a expliqué Hamidat en précisant que cette technique permettra de faire face à la rareté de l'eau et à la mauvaise qualité des sols, surtout en régions arides et semi-arides.
Depuis son intégration il y a près de deux ans à la station précitée, l'aquaponie, qui utilise moins de 10 % de l'eau nécessaire pour l'aquaculture et la production végétale, a enregistré des résultats "positifs" en matière de plantation de certains légumes, la laitue (Lactuca sativa) notamment, a-t-il poursuivi.
Dans le cadre le cadre la promotion de la femme rurale, la station a organisé une session de formation sur l'aquaponie, dans le but de contribuer aux efforts menés pour généraliser cette technique qui repose sur l'utilisation des déchets de poissons en tant que solution nutritive
organique pour cultiver des légumes, a-t-il révélé.
L'IAA est une technique qui permet aux pays de la région du Moyen Orient et Afrique du nord (MENA) de faire face à la rareté de l'eau et à la mauvaise qualité des sols, a indiqué l'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans un rapport publié sur son site web.
L'IAA est devenue une tendance, en citant certains pays de la région qui ont déjà tenté l'expérience tels l'Algérie, l'Egypte et Oman, a-t-on souligné.
L'un des principaux avantages de cette technique est qu'elle est un excellent moyen de produire des aliments riches en protéines, comme le poisson et les légumes, à la fois dans les régions les plus pauvres (soutien à la sécurité alimentaire) et dans les zones où existe une forte
demande pour des produits de bonne qualité, selon la même source.
L'aquaponie, solution face à la rareté de l'eau et la mauvaise qualité des sols
Dans un tel système, l'eau s'écoule du réservoir de poissons vers un filtre biologique où des bactéries décomposent les déchets de poisson en une solution nutritive organique notamment pour la culture des légumes, a-t-on expliqué.
Les plantes absorbant alors les éléments nutritifs de l'eau qui est ainsi nettoyée avant d'être remise en circulation pour un retour dans les bassins à poissons, indique-t-on.
Les bactéries jouent un rôle fondamental dans ce processus et convertissent l'ammoniaque, qui est un composant majeur des déchets de poisson, en nitrate (une forme plus accessible de l'azote pour les plantes), ce qui évite que l'eau ne devienne toxique pour les poissons
(cette transformation de l'ammoniaque en nitrate est connue comme le processus de nitrification), a-t-on fait savoir.
Située dans la commune de Hassi-Benabdallah (périphérie d'Ouargla), la station expérimentale de l'aquaculture saharienne, filiale du Centre national de recherche en pêche et aquaculture (Cnrdpa) basé à Bousmail (Tipaza), a pour missions principales d'encourager l'aquaculture et la pisciculture artisanale dans le Sud du pays.
Il s'agit entre autres, d'effectuer des recherches et expérimentations sur la culture aquatique, la fabrication d'aliments à partir de différentes espèces, telles que la Spiruline, l'Azolla et la Lentille de l'eau, la reproduction des poissons d'eau douce, en plus de mettre à la disposition
des agriculteurs locaux les alevins nécessaires pour la mise en production en bassins, et d'assurer l'accompagnement technique aux agriculteurs investisseurs et porteurs de projets dans ce domaine et l'appui pédagogique aux étudiants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.