Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'agriculture priorité de l'Anade, surtout dans le Sud
Publié dans Algérie Presse Service le 07 - 02 - 2021

L'agriculture constitue "la plus grande des priorités" dans le programme de l'Agence nationale d'appui et de développement de l'entrepreneuriat (Anade, ex Ansej), "surtout dans le Sud algérien", a indiqué samedi à Alger son directeur général, Mohamed Chérif Bouaoud.
S'exprimant au forum du quotidien Echaab, le directeur général de l'Agence a justifiée cette importance par "le grand potentiel" que recèlent les régions du Sud du pays, notamment en matière de ressources humaines et naturelles qui "favorisent l'investissement" dans ce secteur.
M.Bouaoud a fait remarquer dans ce sens que sa visite dans la wilaya d'Adrar, au cours de la semaine passée, lui a permis de sillonner plusieurs de ses localités et de constater un "énorme potentiel", tout en regrettant, néanmoins, que les jeunes ne soient pas emballés par l'investissement dans cette activité.
Il a affiché, toutefois, la disponibilité de l'Anade à accompagner les porteurs de projets dans les différents segments, soulignant que l'Agence était même en mesure de demander au Centre national du registre de commerce (CNRC) de créer de nouveau codes d'activité si, bien sur, le projet était "viable et créateur de richesse".
Le directeur général de l'Anade a affirmé également que le gel sur certaines activités avait été levé, précisant, toutefois, que le financement de projets dans certains secteurs, tel que le transport, "exigeait une demande formulée par la tutelle".
Le responsable a réitéré, en outre, l'engagement de l'agence à améliorer les qualifications des jeunes promoteurs en leur assurant une formation gratuite dans le domaine de la gestion de l'entreprise pour une meilleure viabilité de leur projet.
Il a rappelé l'élargissement du dispositif à "toutes les personnes ayant une qualification" évoquant la possibilité pour ceux qui exercent une activité sans avoir obtenu de diplôme, d'obtenir une "validation des acquis professionnels" auprès des centres de formation professionnelle, les rendant éligibles au dispositif de l'Anade.
Lire aussi : Dispositif de l'ANADE: la micro-entreprise, levier du développement local
Selon M. Bouaoud, les nouvelles mesures adoptées par l'Anade ont suscité un "grand engouement" de la part des candidats qui se sont enregistrés en grand nombre depuis le lancement de la plateforme élaborée par l'Agence il y a de cela une quinzaine de jours.
Répondant à une question relative à la revue à la hausse du montant de l'apport personnel, M. Bouaoud a indiqué que les entrepreneurs "doivent faire un effort" pour financer leur projet.
Sur ce point, il a fait observer, que l'Ansej enregistrait un taux de remboursement de crédit appréciable, estimé à 80% des entreprises lorsque l'apport personnel atteignait les 20%, mais quand cet apport avait été revue à la baisse pour atteindre 1 à 2%, le taux des entreprises en difficultés a augmenté à 70%.
Le responsable a estimé, à ce titre, qu'il fallait donner du temps à cette nouvelle formule avant de pouvoir l'évaluer, sans exclure l'éventualité de réviser le montant de l'apport personnel si cette évaluation le préconisait.
L'Anade crée des bureaux itinérants
Evoquant le sujet des entreprises en difficulté, M. Bouaoud a indiqué qu'environ 8.000 nouvelles demandes ont été reçues, sur la plateforme de l'agence, depuis septembre dernier de la part d'entreprises qui sollicitent le rééchelonnement de leur dette, assurant que l'opération se poursuit.
Le directeur de l'Agence a, d'autre part, fait état du recensement de 135 entreprises en mesure d'exporter, dont 35 qui exportent déjà, spécifiant qu'elles activent essentiellement dans l'agroalimentaire et l'artisanat.
D'ailleurs, une demande a été adressée à toutes les antennes de l'Anade afin de recenser les entreprises pouvant avoir des produits exportables répondants aux normes requises pour cela.
Lire aussi : Agriculture: relance du recensement du secteur en 2021
M.Bouaoud a fait aussi état de l'accompagnement du ministère du Commerce qui a créé une structure chargée de former les entrepreneurs à l'exportation tout en les aidant à établir une feuille de route qui leur facilitera l'opération d'exportation.
Le seul problème qui subsiste encore, selon lui, est celui de l'absence d'antennes des banques algériennes à l'étranger qui rend "difficile" le rapatriement des devises. Une entrave à laquelle le ministre des Finances s'est engagé à prendre en charge, a-t-il ajouté.
Le directeur général a annoncé la création de bureaux itinérants de l'Anande pour couvrir les zones qui ne disposent pas d'antennes afin de réduire les dépenses des entrepreneurs et leur faciliter au maximum les procédures, avec l'utilisation, notamment, de la visioconférence pour former les jeunes porteurs de projets.
Les encadreurs de l'Anade seront formés à l'export
Le conseiller à la coopération internationale auprès du ministre délégué chargé des Micro-entreprises, Zakaria Maghni, a indiqué, en marge du forum, que le ministère du Commerce se chargera de former les encadreurs de l'Anade dans le domaine de l'exportation à travers des sessions de formation concernant les aspects juridiques et logistiques de l'acte d'exporter pour en faire profiter les porteurs de projets dont les produits sont exportables.
Lire aussi : Ghardaïa: l'ODAS, un instrument pour redynamiser le secteur agricole
De plus, les deux départements ont convenus de permettre aux PME de participer aux foires nationales et internationales organisées sous la tutelle du ministère du Commerce et des les accompagner pour réussir leurs participations.
D'autre part, le responsable a fait savoir que le ministère des Micro-entreprises avait engagé des discussions avec celui des Finances afin de faire bénéficier les jeunes entreprises des programmes de financement des banques internationales telles que la Banque africaine de développement (BAD) et de la Banque Mondiale (BM).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.