Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Le Président Tebboune s'entretient par téléphone avec son homologue égyptien    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Chelsea : Une touche en Allemagne pour Marcos Alonso    Ligue 1 (Match avancé/ 21e journée): le MCO domine la JSK (0-1)    Man United : Solskjaer se félicite de la prolongation de Cavani    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    La Juve en péril, Pirlo, Ronaldo et Agnelli sur un fil    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Un dispositif sécuritaire mis en place par la Gendarmerie nationale    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    «Le Real et le Barça, hala» !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Porsche signe un bon début d'année    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Abdelkrim Benyaïche nommé recteur à l'université de Béjaïa    Quels députés pour quelle APN ?    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Cité Guehdour Tahar à Guelma : Rush sur le stade de proximité    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Agence foncière: Plus de 3.000 actes délivrés et plusieurs vieux sites régularisés    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Israël et l'ONU au banc des condamnés    «Au secours M. le président!»    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution du roman d'épouvante "Fayla", de Abdelmoaiz Farhi
Publié dans Algérie Presse Service le 16 - 04 - 2021

Dans son second roman intitulé "Fayla", le jeune auteur Abdelmoaiz Farhi explore l'univers du roman de l'épouvante, un genre peu commun dans la littérature algérienne, témoin d'un imaginaire fécond et prometteur.
Paru récemment aux éditions Casbah, "Fayla relate en 157 pages l'histoire de plusieurs lycéens souffrant d'un stress insoutenable en période de préparation du baccalauréat et qui sont témoin de phénomènes surnaturels et violents, qu'ils sont les seuls à voir, oeuvre d'une créature qui revient d'outre-tombe pour se venger de la descendance de ceux qui lui ont fait du mal.
L'auteur plante la trame de son roman à travers de très courts portraits des différents personnages, des lycéens profitant de la dernière semaine des vacances d'été et se préparant à reprendre le chemin de l'école pour décrocher son billet d'entrée à l'université ou améliorer sa moyenne de l'année dernière.
Durant ces préparatifs quelques adolescents sont témoins de phénomènes surnaturels et d'agression d'une violence insoutenable qui ont pour point commun ce prénom "Fayla" qui se fait entendre ou lire à chaque fois.
Les personnages de ce roman se retrouvent tous à Constantine, dans la même classe de cours particuliers du professeur Lyamine qui est aussi témoin, avec son épouse, d'étranges événements.
Ce récit remonte le temps pour relater l'histoire de Fayla, jeune femme qui a quitté un mari violent et ouvertement infidèle en abandonnant son enfant, pour refaire sa vie dans la maison familiale après la disparition de son père.
Après un deuxième mariage, un autre enfant, Elle se retrouve encore vivant seule dans la maison de son père où elle sera retrouvée morte, assassinée par des voisins qui ont voulu la faire taire à tout jamais pour garder secrète une relation amoureuse entre un lycéen et son professeure particulier.
Des décennies plus tard Fayla revient se venger de ceux qui lui ont fait du mal et de leur descendance.
L'ouvrage restitue, en plus de cette histoire d'épouvante, le quotidien de lycéens épuisés par d'interminables heures de cours et une trop grande pression des leurs entourages exigeant d'excellents résultats. Il dénonce également le volume de cours intenable cumulant le lycée et les cours particuliers, devenus comme une obligation supplémentaire imposée aux élèves.
Né à Annaba en 2001, Abdelmoaiz Farhi est un jeune auteur algérien passionné de littérature qui a signé son premier roman "A 19 heures mon amour" en 2018 à l'âge de 17 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.