Production locale d'insuline: 50% des besoins nationaux couverts dès 2023    Commerce: 897 tonnes de bananes saisies en 11 mois    Partenariat algéro-américain pour la production de câbles électriques    Lutte contre le terrorisme: L'Algérie intensifie ses initiatives en Afrique    L'Allemagne face à son histoire    Pendules à l'heure africaine    ASO Chlef: L'entraîneur Lyamine Bougherara démissionne    Mondial foot 2022: le bal des nouveaux «hypocrites»    Ligue 2 - Centre-Ouest: Déplacement favorable pour l'ESM, les dauphins en péril    Tribunal de Dar El Beida: Ferhat M'henni condamné à la perpétuité    Ouargla: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Biskra: 2,3 kg de cocaïne saisis    Xi Jinping a rencontré, hier, des dirigeants arabes    26000 combattants à réintégrer    Le président béninois appelle à une action concertée    Le récit d'un duel alimentaire    Loukal poursuivi encore pour «espionnage»    Les engagements de Bouslimani    Mercato, le rétropédalage    Début des travaux intérieurs    Nuit de peur à Oued Smar    Les jeunes du FFS reprennent le flambeau    Mobilisation autour de l'Etat national    «L'Algérie a dépassé l'étape critique»    Fauché par un train    Le «thon»...c'est de l'argent!    Tebboune «unit» l'Afrique    Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental    Documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel    Des monologues présentés en «hors compétition»    M. Benabderrahmane reçu à Riyad par le président chinois    Le Président Tebboune appelle à poursuivre le combat contre la corruption    Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural reçu par le vice-président de la République de Côte d'Ivoire    Le FFS tient son 6e congrès national    Foot/ Ligue 2 : l'AS Khroub chute à Skikda, l'USM Annaba rejoint l'US Souf au 2e rang    Le renforcement des relations entre le Monde arabe et la Chine contribuera à l'émergence d'un monde multilatéral    Lamamra s'entretient avec le Commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'UA    Coup d'envoi samedi de la 10e édition de la coupe d'Algérie de football des détenus    Pluies orageuses sur l'est du pays à partir de vendredi soir    Tribunal de Dar El Beida : le chef du mouvement terroriste "MAK" condamné à perpétuité    11e FICA: projection du long métrage "Argu"    Tamanrasset : importance des médias de proximité dans la transmission d'une information exacte    Lycée "Dar El Hirfi" de Dellys (Boumerdes): monument de la formation vieux de 140 ans    Le Président Tebboune préside la réunion de travail périodique au siège du MDN    Alfred Berenguer, l'Algérie au cœur    Le chemin est encore long    «Samahna si l'Hadj» !    Tebboune: «Je suis pleinement conscient des aspirations du peuple»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les manifestations du 11 décembre 1960 ont "brisé net" la conviction des "ultras" de l'Algérie française
Publié dans Algérie Presse Service le 10 - 12 - 2021

, a affirmé l'historien, Fouad Soufi, soulignant l'impact positif de ces événements dans l'adhésion internationale à la cause libératrice du peuple algérien, du joug colonial français.
"Les manifestations du 11 décembre 1960 ont brisé net une conviction bien ancrée dans l'opinion des ultras de l'Algérie française, à savoir que les villes étaient calmes parce qu'elles étaient sous contrôle", a déclaré à l'APS, le chercheur en histoire, la veille de la commémoration du 60éme anniversaire de ce tournant de la glorieuse révolution algérienne.
Les Algériens, rappelle-t-on, étaient sortis, ce jour-là, manifester "pacifiquement" dans des quartiers de la capitale et d'autres villes, pour réaffirmer le principe d'autodétermination, sur fond de visite du général Charles de Gaulle en Algérie, du 9 au 12 décembre 1960.
Il a rappelé, à ce propos, que quelques mois plus tôt, en juillet de la même année, le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) avait appelé à une "grande grève" en réaction aux projets de "partition" de l'Algérie par l'ancienne puissance coloniale. Une action qui, précisera-t-il, avait "renforcé l'unité nationale et convaincu les pays indécis de la justesse du combat du GPRA ".
Mieux, ces "manifestations urbaines ont convaincu les observateurs internationaux de l'adhésion du peuple algérien aux mots d'ordre du GPRA", poursuit-il, avant de revenir sur les contextes national et international ayant conduit à ces événements. A savoir, sur le plan interne, l'offensive militaire française qui se poursuivait contre l'Armée de Libération nationale (ALN), note-t-il.
De même qu'il évoquera les "Pourparlers de Melun", ayant réuni des représentants du GPRA avec des délégations du gouvernement français, mais qui s'étaient soldés par un échec, la partie algérienne ne voulant rien céder sur ses revendications d'indépendance totale du pays.
"L'évocation même d'une +Algérie algérienne+ par le président français ayant provoqué les violentes réactions de la population européenne", lesquelles avaient conduit à "toute une série d'affrontements", souligne-t-il, citant "'l'émeute" à laquelle avait abouti, le 8 décembre, la grève générale déclenchée par les Européens hostiles à la politique de de Gaulle en Algérie et à la perspective du référendum sur l'autodétermination des Algériens.
L'intervenant fait observer que "si ces manifestations étaient, à l'origine, spontanées, les militants des cellules de base du Front de Libération nationale (FLN) en ont, assez vite, pris le contrôle, le 9 décembre à Aïn-Témouchent, puis le 10 à Oran et à Alger (le soir) avant qu'elles ne culminent, dans la capitale, le lendemain", rappelant les dizaines de martyrs dénombrés, ce jour-là.
Ce chapitre de la révolution algérienne, ajoute-t-il, a été également précédé d'un contexte international marqué par "la solidarité active" de pays arabes et musulmans ainsi que par "l'appui d'une majorité" de pays de l'Organisation des Nations-Unies (ONU).
A ce propos, il a salué le soutien et l'aide dont avait bénéficié le GPRA de la part des pays socialistes d'Europe et d'Asie ainsi que la solidarité des pays africains nouvellement indépendants, anglophones notamment. Ceci, en plus, de l'apparition déjà, dès 1958, d'un mouvement "critique" à l'endroit de la France coloniale aux Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.