Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Real : Ceballos va prendre une décision    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Surfer prudent, surfer intelligent    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Loukal rattrapé par la justice    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Ces obstacles à franchir    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Industrie: prioriser le rendement économique lors de l'importation des chaînes et équipements de production rénovés
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 05 - 2022

Le ministre de l'Industrie, Ahmed Zeghdar a affirmé dimanche à Alger que le nouveau cadre juridique régissant l'importation des chaînes et équipements de production rénovés "priorisait" le rendement économique, les capacités effectives des lignes devant être désormais évaluées par la définition de leur durée de vie minimale après l'opération de rénovation au lieu du critère en vigueur auparavant reposant sur la durée d'utilisation avant la rénovation.
Le ministre s'exprimait lors de l'ouverture d'une journée d'information consacrée au lancement effectif du régime d'importation des chaînes de production rénovées et du régime d'exemption de droits de douane et de la taxe sur la valeur ajoutée, les composants et matières premières, importés ou acquis localement par les sous-traitants, dans le cadre de leurs activités.
A cette occasion, M. Zeghdar a précisé que ces deux régimes s'inscrivaient dans le cadre de "la politique adoptée par le Gouvernement en vue de la création d'un environnement propice et offrir des avantages pour le développement, la relance et la diversification de l'économie nationale".
Les deux régimes viennent également dans le cadre des objectifs tracés par le ministère de l'Industrie pour le développement de l'industrie nationale à travers le soutien et l'accompagnement des entreprises pour améliorer leur compétitivité, et partant accroître leur contribution au produit intérieur brut (PIB) et au remplacement des importations, a-t-il ajouté.
M. Zeghdar a en outre souligné que le régime d'importation des chaînes et équipements de production rénovés revêt "une importance extrême" en matière de renforcement des capacités de la production nationale et de la relance et la diversification des activités industrielles en saisissant les occasions offertes sur les marchés internationaux, notamment ceux qui ont été impactés par la crise économique mondiale qui a entrainé la fermeture des usines et leur mise à la vente à des prix attractifs.
Le cadre juridique régissant ce régime a été révisé dans cet objectif afin de "simplifier et faciliter" les démarches et d'adopter de nouveaux critères d'octroi de l'autorisation de dédouanement fondés sur des considérations visant à protéger les intérêts de l'économie nationale et à favoriser la compétitivité des entreprises.
Lire aussi: La loi sur l'investissement permettra aux constructeurs automobiles de s'installer en Algérie
Ce nouveau cadre juridique, initié par le ministère de l'Industrie, repose sur plusieurs axes principaux, dont la priorité accordée au rendement économique lors de l'acquisition des chaînes de production rénovées à travers l'évaluation des capacités effectives de ces chaînes, une durée de vie minimale, après rénovation, de dix (10) années étant exigée, selon M. Zeghdar.
Pour les équipements de production, c'est le critère de l'âge qui prévaut, a-t-il dit, précisant que ces équipements ne doivent pas avoir plus de dix (10) ans à partir de leur date de fabrication.
Le nouveau cadre repose également sur l'évaluation de conformité des chaînes et équipements de production avant importation par la vérification de leur état général, leur exploitabilité, leur maintenabilité et la disponibilité des pièces de rechange, du mode d'emploi, outre un essai à vide concluant.
L'évaluation de conformité est réalisée par des bureaux d'expertise accrédités par l'Organisme algérien d'accréditation (ALGERAC) ou d'autres organismes analogues dans les pays signataires d'un accord de reconnaissance d'accréditation mutuelle avec ALGERAC, a fait savoir le ministre.
Le nouveau cadre prévoit aussi le contrôle a posteriori de l'importation des chaînes et équipements de production rénovés, en exigeant de l'opérateur un certificat d'entrée en exploitation de l'équipement ou de la chaîne importé(e), établi par un expert assermenté résidant en Algérie afin d'éviter l'importation anarchique et l'apparition d'intermédiaires et de spéculateurs sur le marché national, a-t-il ajouté.
Le cadre a été étendu au secteur agricole à travers une autorisation de dédouanement des équipements agricoles afin de permettre aux professionnels du secteur d'exploiter les possibilités qui s'offrent sur les marchés mondiaux pour ramener des équipements agricoles "pouvant renforcer les capacités de production et contribuer à la promotion d'une agriculture moderne en accord avec la vision stratégique du gouvernement".
Créer un tissu de PME pour développer les filières des activités industrielles
Quant au deuxième régime relatif à l'exemption des droits de douane et de la TVA sur les composants et matières premières importés ou localement acquis par les sous-traitants et producteurs, M. Zeghdar a affirmé que ce système avait pour objectif de "créer un tissu de petites et moyennes entreprises (PME) comme condition sine que non pour le développement des filières des activités industrielles et la réalisation de l'intégration locale".
Une démarche qui contribue au remplacement des importations et encourage les exportations, a-t-il précisé, relevant la nécessité de mettre en valeur les matières premières nationales, de hisser le niveau technologique requis pour développer la production et de promouvoir la recherche scientifique et l'innovation.
Les bourses de sous-traitance et de partenariat ont joué un rôle "important", en tant que partenaire efficace, dans le développement de ce segment d'activité, en mettant en contact les sous-traitants et les donneurs d'ordre, c'est-à-dire en assistant les industriels à trouver les sous-traitances idoines, et en aidant les sous-traitants à trouver de nouveaux marchés, a-t-il expliqué.
Cet accompagnement se traduit par la conclusion d'accords entre les donneurs d'ordre et les sous-traitants dans les secteurs de la mécanique, de l'automobile, de l'électronique, de l'électroménager, de la métallurgie et de la sidérurgie, à l'instar des accords signés entre les groupes industriels et Sonatrach, avec ses différentes filiales, ou encore avec Sonelgaz.
C'est pourquoi, les bourses de sous-traitance et de partenariat ainsi que les parties prenantes sont appelées à "redoubler d'efforts pour asseoir une sous-traitance industrielle forte et pérenne", a plaidé le ministre, invitant par la même les grands industriels et les opérateurs économiques à aller au-delà des relations commerciales et à s'engager dans une démarche intégrée, afin de construire dans le temps un partenariat au mieux du tissu industriel national.
Les industriels et les opérateurs économiques devront ainsi contribuer à "la protection de la production nationale, la substitution des importations en matière de pièces de rechange et de composants industriels, à la création d'offres d'emploi et à l'apport de valeur ajoutée à l'économie nationale.
La rencontre a été rehaussée par la présence de cadres de la tutelle, de représentants des secteurs ministériels concernés, de P-dg d'établissements publics, de responsables de divers corps et établissements, ainsi que de représentants de plusieurs associations professionnelles et patronales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.