Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Real : Ceballos va prendre une décision    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Surfer prudent, surfer intelligent    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Loukal rattrapé par la justice    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Ces obstacles à franchir    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines
Publié dans Algérie Presse Service le 23 - 05 - 2022

Le prisonnier sahraoui du groupe Gdeim Izik, le journaliste Mohamed Lamine Haddi, est soumis aux formes de torture "les plus cruelles" dans les geôles de l'occupant marocain, qui poursuit sa politique de répression inhumaine à son encontre, en violation flagrante des droits de l'Homme, a annoncé sa famille.
Mohamed Ali Haddi a indiqué dans une déclaration à l'APS, que son frère Mohamed Lamine, qui se trouve à la prison de Tiflet 2, "a été victime d'une agression de la part de l'administration pénitentiaire et de son directeur, en aspergeant sa cellule d'insecticides toxiques, alors qu'il se trouvait à l'intérieur".
Et de poursuivre : "Il a été forcé de rester dans sa cellule rien que pour le dissuader de s'engager dans une grève de la faim qu'il avait l'habitude de faire périodiquement, ce qui l'a conduit à s'évanouir pendant des heures, en raison de l'odeur d'une substance toxique, entraînant des complications de santé pour lesquelles il n'a reçu ni premiers soins ni traitement".
Mohamed Ali Haddi a également indiqué que l'occupant marocain, qui continue de commettre de graves violations contre son frère avec diverses méthodes de torture et d'abus, "a falsifié les faits de cette agression, affirmant que le prisonnier Mohamed Lamine Haddi a été sorti comme les autres prisonniers des cellules avant de les asperger de pesticides".
Il a également fait savoir dans sa déclaration que sa famille a publié un communiqué à cet égard, dans lequel elle a réfuté les mensonges rapportés par les médias du régime makhzénien, et mentionné les actes de torture et de violences pratiqués "de façon cruelle et inhumaine" par les autorités d'occupation à l'encontre de son fils.
Par ailleurs, Mohamed Ali Haddi a souligné que l'état de santé de son frère "se détériore en raison des négligences médicales et des mauvais traitements qu'il subit", précisant dans ce sens que le prisonnier "n'est pas autorisé à quitter la cellule, même pour de courtes périodes".
Il a ajouté dans le même contexte : "Lors de ma dernière visite chez lui, j'ai remarqué un net changement dans ses traits et son corps, des ecchymoses, blessures et signes de torture sont clairement visibles, ce qui indique que mon frère vit dans les conditions les plus sombres et subit les pires tortures physique et psychologique".
Pour rappel, le prisonnier du groupe Gdeim Izik avait déjà fait l'objet d'agressions à répétition dont celle menée le 15 mars 2022 par les employés de l'administration pénitentiaire "alors qu'il envisageait d'informer celle-ci de sa décision d'observer une grève de la faim", selon son frère qui a précisé que la plus longue grève de la faim observée par Mohamed Lamine Haddi a duré 69 jours au cours de laquelle il a souffert de négligence médicale et de plusieurs maladies chroniques, dont l'asthme.
A cet effet, Mohamed Ali Haddi a souligné que les souffrances quotidiennes de son frère "ne le dissuaderont pas de poursuivre son combat pour la liberté, ni sa famille et le peuple sahraoui de continuer la lutte pour l'indépendance, et d'arrêter le pillage par le régime marocain des richesses du Sahara occidental".
Et de conclure par un appel à "la libération de tous les prisonniers sahraouis, civils et politiques, détenus dans les geôles de l'occupant marocain".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.