L'Algérie est parvenue à construire un Etat d'institutions    Le Sénégal s'impose grâce à Mané et Boulaye Dia    Atelier sur la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement    Ligue 1 (5e j): le CSC prend les commandes, l'ESS sombre    Espagne: saisie de plus de 14 t de haschisch en provenance du Maroc, 49 personnes impliquées    RND: la consolidation de la place de la femme requiert un environnement sociopolitique concurrentiel    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    La manifestation scientifique "Semaine de la traduction" à Oran    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Tebboune préside l'ouverture    CHAN 2022: le compte à rebours du tirage au sort a commencé    Fédérations sportives: les médaillés olympiques et mondiaux intègrent la composante de l'AG    Relations bilatérales: le MAE sahraoui se félicite des déclarations du président kenyan    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    L'AARASD veut garantir à Sultana Khaya un retour au Sahara occidental sans crainte de représailles    Lamamra reçu par le président de la Guinée-Bissau    Le SG de l'ONU appelé à mettre fin à l'occupation sioniste    Algérie/Mauritanie: un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    6e RGPH: fournir une base de données pour couvrir les besoins de la population    Football - Ligue 1: Une journée favorable au CSC    Sahara Occidental: L'Algérie remet les pendules à l'heure !    ONU: L'Algérie se replace    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    Commune d'Oran: 5.000 trousseaux scolaires pour les enfants démunis    Djanet: Un minibus se renverse, 9 morts et 4 blessés    En l'espace de huit mois: Refus d'admission aux frontières de 495 cargaisons    Discordances    Prix à plafonner    Réunion du Gouvernement: Vers le plafonnement des tarifs des hôtels    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Sanchez lâche Mohammed VI    Goudjil salue «l'homme d'Etat»    Ça recommence ou ça continue?    Le Cnese confirme    Alger et Moscou se concertent    L'université a besoin de sérénité    L'Etat de droit en point de mire    La nouvelle bombe de Mathias    Brèves Omnisports    L'heure de la retraite?    Un destroyer US accoste à Djen Djen    La justice, au singulier    Tamazight dans l'administration    Une délégation de l'Alecso à Alger    Des taurillons exportés de France, refusés de débarquer en Algérie, devront être euthanasiés .    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le communiqué de Bourita sur l'agression contre Ghaza, une mascarade
Publié dans Algérie Presse Service le 11 - 08 - 2022

L'écrivain marocain, Ali Anouzla a qualifié de mascarade le communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères concernant l'agression sioniste contre Ghaza, soulignant que les communiqués "improvisés" de la diplomatie marocaine "résument l'état de confusion dans lequel se trouve le ministère depuis qu'il a été confié à un ministre dont la seule préoccupation est de satisfaire les sionistes pour maintenir son poste".
Dans un article publié, mercredi, dans le journal "Al-Araby Al-Jadid", Ali Anouzla a écrit que "le langage utilisé dans le communiqué du ministère marocain des AE a pour objectif de satisfaire les sionistes et leurs alliés occidentaux, un objectif que la diplomatie marocaine œuvre à consacrer depuis la décision de normalisation".
En se référant aux archives des communiqués du ministère marocain des Affaires étrangères, et à ceux émis, ces dernières années, par le Cabinet Royal, nous constatons qu'ils qualifiaient les attaques sionistes contre les Palestiniens d'"agression", d'"attaques", d'"agression flagrante", de "barbares", de "lâches" ou encore d'"actes inacceptables", un langage officiel qui, a-t-il fait remarqué, a changé depuis la signature par le Maroc des accords de normalisation avec l'entité sioniste fin 2020.
"Si la vision que porte le gouvernement marocain à la question du conflit palestino-sioniste a changé depuis la signature des accords de normalisation, la position populaire marocaine sur ce conflit est restée quant à elle inchangée, dans la mesure où l'opinion publique marocaine soutient fortement dans sa majorité la cause palestinienne, une question qui est encore capable de mobiliser de larges franges au Maroc", poursuit Anouzla.
"Si ce n'est les décisions d'interdiction des activités en faveur de la cause palestinienne au Maroc, des marches auraient été organisées pour soutenir le droit palestinien et condamner l'agression sioniste", ajoute l'auteur marocain.
"En dépit de toutes les décisions de normalisation qui sont imposées au peuple marocain, la cause palestinienne maintient une grande influence sur de larges franges de l'opinion publique au Maroc, étant une cause juste", considère-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.