NAAMA : Près de 5000 candidats au baccalauréat    Le FLN insiste toujours sur la démission de Bouchareb    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Les idées sont au chevet des actions    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le programme Averroès est lancé : Des bourses d'excellence pour les étudiants maghrébins
Publié dans El Watan le 13 - 09 - 2008

Le programme d'échange réciproque entre les universités des deux rives de la Méditerranée, Averroès, financé à concurrence de 5,2 millions d'euros chaque année par la Commission européenne, est lancé par l'université de Montpellier 2 qui a organisé pour cela, du 4 au 6 septembre, les premières rencontres universitaires euro-méditerranéennes.
Il mettra en partenariat 11 universités de la rive nord de la Méditerranée et 9 autres de la rive sud dont trois universités algériennes, Abderrahmane Mira de Béjaïa, Mohamed Mentouri de Constantine et Es Sénia d'Oran. Il offrira 326 bourses de mobilité chaque année pour les étudiants (6 à 10 mois pour les majors de promo), enseignants et chercheurs des trois pays du Maghreb que sont l'Algérie, le Maroc et la Tunisie et quatre pays de l'Europe (France, Belgique, Espagne et Italie). Priorité est cependant donnée à la coopération Sud-Nord, puisque 78% des bourses sont destinées aux étudiants et enseignants du Maghreb. Effective à partir du 1er octobre prochain, cette première étape s'étalera jusqu'à 2010 et se veut dans l'esprit du projet de l'Union pour la Méditerranée. « Tandis qu'est relancé le grand chantier de l'Union pour la Méditerranée, le programme Averroès souhaite participer à la construction d'une Euro-Méditerranée du savoir dans l'esprit du processus de Barcelone » expliquent ses concepteurs.
Le programme Averroès, qui apporte une nouveauté en faisant bénéficier les personnels universitaires, principalement les secrétaires généraux des rectorats, entend accompagner les universités maghrébines dans la mise en place du système LMD en prévoyant des échanges des personnels académiques et administratifs et des sessions de formation à la gouvernance des universités au profit de ces derniers. Aux universités maghrébines d'arrêter les thématiques et les disciplines qui leur sont prioritaires. Les universités tunisiennes l'ont fait, elles souhaitent développer une politique de « management par objectifs ». 33 bourses de courte mobilité (1 mois) sont prévues dans ce chapitre. Le partenariat entre les écoles doctorales et laboratoires de recherche des deux rives pour le développement de nouveaux cursus, la multiplication des co-diplômes et des thèses en cotutelle seront pris en charge par 98 bourses de niveau doctorat et post-doctorat. Pour favoriser le retour des candidats dans leur pays d'origine, ce programme prévoit que les étudiants obtiennent leurs diplômes dans leurs universités d'origine où ils finaliseront leur cursus après transferts de leurs crédits et validation de leur période de mobilité. Les thèses de doctorat, elles, se feront en cotutelle avec la délivrance d'un double diplôme par les deux universités, d'accueil et d'origine. 10 co-diplômes et 40 co-tutorats sont prévus annuellement.
Tous les étudiants titulaires de bourses bénéficieront de formations à l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Les titulaires de bourses pour les mastères, doctorats et post-doctorats recevront, quant à eux, des formations à l'entrepreneuriat et au transfert d'innovation. 66 bourses de stage en entreprise sont également au programme. « Le programme Averroès va œuvrer efficacement à la reconnaissance internationale des diplômes, cette reconnaissance sera notre atout majeur d'où notre intérêt pour ce grand chantier de coopération » a déclaré Djoudi Merabet, recteur de l'université Abderahmane Mira de Béjaïa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.