Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les algériens, les revendications et la solidarité : Faut-il diaboliser la rue ?
Publié dans El Watan le 11 - 01 - 2009

La marche organisée vendredi en signe de solidarité avec le peuple palestinien de Ghaza fera encore parler d'elle. Elle ne peut passer inaperçue parce qu'Alger n'a jamais connu pareille mobilisation depuis 9 ans ; parce que jusqu'à avant-hier la capitale était hermétiquement fermée à toute manifestation populaire. En cela qu'elle ait pu violer l'embargo qui frappe l'expression publique à Alger, la marche de vendredi dernier entrera certainement dans le « guinness » des grandes manifestations populaires que le pays a eu à connaître depuis le début des années 1990. Mais par-delà le généreux élan de solidarité au profit de Ghaza, le cri des Algériens ne peut que se répercuter sur le plan interne. Après deux semaines de tentatives infructueuses, les Algérois ont quand même fini par arracher le droit de manifester.
Ils étaient un million selon certaines estimations, 500 000 d'après d'autres, à braver l'interdit et à forcer la citadelle. L'événement est tellement important qu'il a donné des frissons au ministère de l'Intérieur qui a promptement réagi pour rappeler, après coup, que les manifestations étaient toujours interdites à Alger, en mettant en avant les quelques escarmouches, celles qu'on l'habitude de voir dans les expressions de rue même dans les démocraties les plus accomplies, pour valider son verdict. L'argument est fallacieux. L'on évoque les dépassements des manifestants pour lancer une sorte d'avertissement à ceux qui seront tentés un jour de manifester à Alger. Mais au-delà des désagréments qu'aurait causé cette marche, la question qui revient sur toutes les lèvres est de savoir si la manifestation était le fait d'islamistes tapis dans la société et attendent le moment propice pour sortir au grand jour. Rien, absolument rien n'indiquait en tout cas que la marche de vendredi était encadrée ou suscitée par les islamistes. Il y en avait, certes mais ils étaient loin d'être majoritaires.
Portés par un élan extraordinaire de solidarité et de compassion avec Ghaza meurtrie, les marcheurs ont bien scandé des slogans hostiles à Israël. Mais pourquoi s'étonne-t-on du contenu de ces slogans brandis par les manifestants qui soutiennent la résistance contre l'Etat hébreu tueur d'enfants ? La cause palestinienne a toujours eu cette forte charge émotionnelle dans le cœur des Arabes et des musulmans. Il est vrai que l'intrusion de quelques leitmotiv connus au parti dissous, le FIS, suscite des interrogations, mais de là à tirer hâtivement la conclusion que les manifestants étaient des intégristes est vraiment tirée par les cheveux. Mettre sur le compte des islamistes l'énorme mobilisation de vendredi, c'est se perdre en conjectures. S'il n'échappe à personne que certains cercles de cette mouvance, à l'instar de cet inconnu et indélicat prédicateur d'Oran intervenant sur la chaîne qatarie Al Jazeera, tentent d'en engranger des dividendes politiques, il est aussi plausible qu'une telle mobilisation dérangerait les tenants du statu quo national, à telle enseigne qu'il était urgent pour eux de l'entacher de suspicion en brandissant le péril islamiste. Mais quel raccourci ! Les centaines de milliers de jeunes, les familles (femmes et enfants) qui ont battu le pavé de la rue Hassiba Ben Bouali jusqu'à l'avenue Zirout Youcef n'auraient jamais pensé que leur générosité allait faire l'objet d'un tel marchandage et d'une telle manipulation. En réalité, les Algériens auraient répondu à n'importe quel appel de solidarité avec les Palestiniens de Ghaza, qu'il s'organise dans les mosquées ou ailleurs, là n'est pas le problème.
Le problème est qu'on les pousse à ne le faire que dans les lieux de culte où ils pourraient effectivement faire l'objet de viles manipulations islamistes. C'est là que réside en effet le risque de donner une seconde vie à ce mouvement qui a éclos dans les années 1970 et 1980 dans les mosquées. Et Ghaza pourrait, pour la circonstance, être un bon prétexte. Mais à quoi pourrait-on s'attendre lorsqu'on ferme tous les espaces publics à l'expression citoyenne, lorsqu'on verrouille tous les espaces de débat ? A quoi pourrait-on s'attendre aussi lorsqu'on détourne le mouvement associatif et toutes les organisations de la société civile de leur véritable vocation ? Tout laisse comprendre qu'il y a une volonté latente d'alimenter le spectre islamiste qui, faut-il le dire, a gardé intacts ses espaces d'expression, contrairement à l'opposition démocratique qui peine même à sauvegarder les quelques acquis arrachés dans la douleur. Le pouvoir, qui a cassé tous les cadres légaux de la contestation en matant les syndicats autonomes et le mouvement associatif indépendant, semble bien s'accommoder de cette situation. Autant de gages qu'il sert à l'islamisme dont sont innocents les manifestants qui ont marché avant-hier pour Ghaza.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.