Tebboune présente ses vœux au peuple algérien    Football / Ligue 1 algérienne : le NC Magra et le RC Arbaâ se neutralisent (0-0)    Sahara occidental: de Mistura à Moscou pour rencontrer Lavrov    Formation professionnelle: plus de 300.000 nouvelles places pédagogiques à la prochaine rentrée    Pneumologie : faire bénéficier l'Algérie de l'expérience de sa diaspora    Fédération algérienne de football (FAF) : "Le nouveau DTN sera connu au plus tard mi-décembre"    Cérémonies et activités religieuses à travers les différentes mosquées à l'occasion du Mawlid Ennabaoui    Man United : Ten Hag voit du positif dans la prestation de Ronaldo    Le président palestinien Mahmoud Abbas souligne l'importance du prochain Sommet arabe d'Alger    «Les engagements du Président concrétisés à 80%»    L'Algérie plébiscitée pour représenter l'Afrique au Bureau de l'Assemblée générale de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Foot/ équipe nationale : "Belmadi va prolonger son contrat jusqu'au Mondial 2026"    Belaabed appelle les enseignants à s'acquitter de leurs rôles et contribuer à la promotion du système éducatif    Batna : réalisation d'une station mobile de transformation d'électricité "avant mars prochain"    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs d'Aousserd et Mahbes    Opéra d'Alger: le spectacle "Djazair zinet el bouldane" présenté au public    14e FIBDA : Rencontre à Alger avec Frédéric Ciriez, auteur du roman graphique, "Frantz Fanon"    Le processus de réforme auquel s'est engagé le Président Tebboune en vue du renouveau est désormais une réalité palpable    Des groupes organisés à l'origine de la spéculation illicite et la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation    Benabderrahmane: Le Gouvernement oeuvre à trouver des solutions aux problèmes soulevés par les députés dans le cadre d'une approche participative    Visite de courtoisie chez Goudjil    L'Etat frappera d'une main de fer    Le Gouvernement œuvre à des solutions radicales    Chadli Bendjedid a consacré sa vie au service de son pays et de sa relance    Le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie    Tebboune adresse une invitation au président du Conseil de direction présidentiel au Yémen    L'Algérie gagne quatre places    Saisie de 7.143 unités de produits pyrotechniques    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    In memoriam Octobre 88    Embrouille    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    L'UGTA se rebiffe    Le président Tebboune félicite les enseignants    Le MSP menace d'une «motion de censure»    Alerte à l'instabilité!    Fin imminente des travaux    Goudjil instruit la délégation parlementaire    Une semaine chargée pour l'ANP    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La guerre de Libération reste pour les jeunes, un motif de fierté»
Le point de vue d'Amar Mohand-Amer *
Publié dans El Watan le 05 - 07 - 2018

Les jeunes, aujourd'hui, utilisent de plus en plus les réseaux sociaux pour s'exprimer. Ils font usage également de terminologies qui leur sont propres. C'est ce terrain qu'il faut explorer pour comprendre et analyser la perception du fait commémoratif par les jeunes.
Néanmoins, une recherche en cours au Crasc sur la question de la mémoire ou des mémoires montre que la guerre de Libération nationale (1954-1962), dans toutes ses dimensions, constitue chez les jeunes enquêtés un motif de fierté, notamment pour ce qu'elle représente : une victoire.
Ces jeunes considèrent que la guerre et l'indépendance sont des jalons d'une histoire dont ils s'identifient, d'autant qu'ils estiment que depuis cette période, le pays est toujours en attente d'autres modèles auxquels ils se rattacheraient. Ce constat nous amène à nous interroger sur ce que sont devenus les grands moments de la période post-indépendance, comme par exemple les dynamiques développementistes et la promotion d'une politique étrangère très active dans les deux premières décennies de l'indépendance.
C'est une époque qui est complètement passée à la trappe ? Par ailleurs, la période du terrorisme elle aussi est occultée, car elle renvoie à une situation qui est en porte-à-faux avec cette idée de victoire, de défi relevé et de prestige du pays. Maintenant, est-ce aux jeunes d'aujourd'hui qu'incombe la responsabilité de rendre nos fêtes nationales des moments de fierté et de souvenir ? Je ne le pense pas.
Est-ce-que également il y a eu un processus de transmission inter-générationnel. Autant de questions auxquelles il faille répondre, sans oublier bien sûr de prendre en considération la grande violence symbolique de la période de terrorisme, où la notion de nation algérienne a été remise violemment en cause. (...) Aujourd'hui, nous sommes rentrés dans un usage routinier de la célébration des hauts faits de notre histoire, d'où un désintérêt, semble-t-il, de la majorité de la société pour ces commémorations et non pour l'histoire.
Des études plus fouillées et récurrentes permettront de nous renseigner sur cette problématique. Des recherches existent, mais restent parcellaires (...)Il est à noter par ailleurs qu'à l'indépendance, la fabrication du roman national en Algérie s'est naturellement appuyée sur la vision de l'histoire héritée de la résistance et de la guerre contre le colonialisme.
Cependant, pour des raisons fondamentalement politiques et de légitimation, une hiérarchisation de cette séquence de l'histoire nationale est établie d'autorité. Ainsi, si dans la doxa officielle, il est reconnu que depuis le 5 juillet 1830, date du début de la colonisation, les Algériens se sont vaillamment opposés aux armées françaises, il n'en demeure pas moins que dans la littérature historique officielle, il est bien précisé et consacré que c'est une génération de nationalistes, en particulier, qui est à l'origine directe de l'indépendance nationale. Il s'agit des acteurs de la geste de novembre.
Ce parti pris est assumé avec force et consacré par les différents textes officiels et chartes. Le roman national est ainsi construit sur deux niveaux. Le premier renvoie à la résistance contre le colonialisme dans la longue durée, de 1830 à 1954. Le second, quant à lui, la circonscrit à un moment historique bien délimité et à une catégorie d'Algériens : celles et ceux ayant rejoint le Front de libération nationale (FLN) après le 1er novembre 1954.
Nous sommes donc dans une hiérarchisation de l'histoire nationale où la guerre de Libération nationale (1954-1962) constitue le socle du roman national.
*Historien, chercheur au CRASC


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.