Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les déclarations de Zemali font polémique
Dépenses des diabétiques et difficultés de la CNAS
Publié dans El Watan le 04 - 08 - 2018

Dans une déclaration rapportée par les médias, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale considère que les diabétiques consomment beaucoup de médicaments et leur recours aux bandelettes pour l'automesure du taux de glycémie est exagéré.
Depuis quelques années déjà, la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) des travailleurs salariés connaît un véritable déséquilibre financier. Même si des experts citent plusieurs facteurs, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale évoque une nouvelle hypothèse : le gaspillage.
Dans une déclaration rapportée par les médias, Mourad Zemali, en marge d'une visite de travail à la wilaya de Boumerdès, considère que les diabétiques consomment beaucoup de médicaments et leur recours aux bandelettes pour l'automesure du taux de glycémie est exagéré. «Un diabétique n'est pas censé mesurer son taux de glycémie chaque matin. Mesurer deux fois par jour est extrêmement exagéré et c'est la source de ce grand gaspillage.
Le chapitre des bandelettes dans le budget des remboursements de la CNAS dépasse les 10 milliards de dinars. C'est beaucoup ! Où va-t-on avec ces dépenses ?» s'interroge le ministre dans une vidéo qui a fait polémique sur les réseaux sociaux. L'indignation des diabétiques sur la Toile est palpable, considérant que le recours aux bandelettes et à l'autocontrôle de glycémie ne sont pas un luxe mais une nécessité vitale.
Dans le groupe «Diabétiques Algériens Diabète» comptant plus de 26 000 adhérents, la colère a atteint son summum, au point où une lettre ouverte, rendue publique, a été adressée à M. Zemali. «Des propos qui font mal au cœur venant d'un haut commis de l'Etat. Je vous invite dans ce cadre à vous préoccuper du grand gaspillage qui se fait au niveau de votre département ministériel, comme l'affaire des 20 milliards de dinars qui ont été déposés auprès de la banque Khalifa par M. Sidi Saïd à l'époque où il occupait le poste de président du conseil d'administration de la CNAS.
Examinez de même les dépenses des prises en charge médicales à l'étranger dont ont bénéficié les membres influents du système pour se soigner dans des cliniques européennes (France, Suisse) tandis que nous diabétiques, nous continuons à utiliser des moyens archaïques (stylos à insuline, glucomètres, etc.). Dans des pays qui ont une réelle considération pour leurs malades, les diabétiques ont droit aux moyens de haute technologie, tels que le freestyle libre et la pompe à insuline.
Des équipements qui devraient être mis à notre disposition, si l'Etat voulait assurer une prise en charge correcte de ses malades au lieu de les accuser gratuitement d'une situation qui, en vérité, a été plus provoquée par une mauvaise gestion et l'absence d'une politique sanitaire à la hauteur des exigences actuelles», lit-on dans ce message.
Où faire des économies ?
Signalons, qu'il est recommandé, par le commun des endocrinologues et diabétologues, pour les diabétiques de type 1, de faire deux prises de glycémie avant et après chaque repas. Selon ces spécialistes, ce sont ces mesures qui déterminent le dosage d'insuline.
Pour les diabétiques de type 2, le malade mesure son taux de glycémie 2 à 3 fois par jour. Une boîte de bandelettes, cédée à 1500 DA, contient 50 unités. Le besoin de 2 boîtes par mois est alors inévitable. Est-ce une déclaration voulue pour que ces bandelettes ne soient plus prises en charge par la CNAS ?
Pour Djilali Hadjadj, spécialiste de la question de la sécurité sociale, le gaspillage est une triste réalité, mais qui touche bien d'autres pathologies et branches de dépenses de la CNAS. «Des études ont démontré que ce qui est acheté en médicaments dépasse le besoin réel et le volume différentiel n'est pas consommé, explique-t-il.
Le tort n'est pas celui des malades mais des fournisseurs, tels que les laboratoires pharmaceutiques, qui se sucrent sur le dos des diabétiques et des malades en général. Sur un budget annuel de dépenses estimé à 450 milliards de dinars, la CNAS dépense 200 milliards de dinars pour le remboursement.
Un pays comme la France, à titre d'exemple, ne dépense que 25% de ses recettes pour ce volet. Si la CNAS veut vraiment faire des économies, elle a beaucoup de chapitres à revoir, tels que la nomenclature qui dépasse les 2000 médicaments. Un chiffre qui dépasse largement nos besoins. Il en est de même pour les importations de médicaments.» Signalons que selon la Fédération internationale du diabète (FID), l'Algérie comptait environ 1,8 million de personnes atteintes de diabète en 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.