Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Nouvelles d'Oran    Rabah Bouarifi élu président jusqu'à la fin du mandat olympique en cours    Le comportement «inélégant et pitoyable» de Mohamed Raouraoua    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    L'avis de trois personnalités    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Prochainement sur Google traduction    25 affaires traitées par la Gendarmerie nationale lors du 1er trimestre 2019    Explosions au Sri Lanka : le bilan s'aloudrit à 207 morts et plus de 450 blessés    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    L'US Akbou-NRB Hammamet en finale…    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Rihane éliminé au deuxième tour    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    En hommage aux 126 martyrs    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Leurs récits ne me quitteront jamais»
Cate Blanchett témoigne à l'ONU pour les Rohingyas
Publié dans El Watan le 01 - 09 - 2018

C'était mardi, à l'ONU. Cate Blanchett a livré un discours de dix minutes en faveur de la cause rohingya. Plusieurs pays ont demandé la collecte de preuves sur les exactions.
Une justice internationale pour les Rohingyas. C'est ce que sont venus plaider, mardi à l'ONU, plusieurs pays, dont l'Australie.
Le pays pouvait compter sur une ambassadrice de choix, l'actrice Cate Blanchett. Cette dernière a partagé sa propre expérience après la visite d'un camp de réfugiés au Bangladesh.
«Je suis allée au Bangladesh en mars dernier comme une ambassadrice de bonne volonté de l'UNHCR [Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies]. Rien ne pouvait me préparer à la profonde souffrance que j'ai vue».
Cate Blanchett a conté plusieurs histoires de familles rohingyas qui ont vu leur maison brûler, leurs enfants se faire tuer et leurs femmes violées.
Elle dit avoir découvert «une routine choquante» «Je suis une mère et j'ai vu mes propres enfants dans les yeux de chaque enfant réfugié que j'ai rencontré. Je me suis vue à la place de tous ces parents. Comment une mère peut-elle supporter de voir son propre enfant jeté au feu ?
Leurs récits ne me quitteront jamais», a-t-elle déclaré. L'actrice a également tenu à saluer Kofi Annan, décédé récemment, pour son travail et sa vision.
Une justice similaire au Rwanda
Les enquêteurs onusiens demandent un traitement similaire à celui réalisé pour le Rwanda et l'ex-Yougoslavie. Ils ont donc appelé le Conseil de sécurité à saisir la Cour pénale internationale (CPI) ou à créer un tribunal international ad hoc.
L'enquête réclame également de poursuivre plusieurs responsables militaires birmans pour «génocide», «crimes contre l'humanité» et «crimes de guerre» contre les Rohingyas.
Nikki Haley, ambassadrice américaine à l'ONU, a déclaré que «les faits de nettoyage ethnique contre les Rohingyas doivent être décrits et entendus». Elle a ajouté, en visant le Conseil de sécurité : «Nous devons tenir pour responsables ceux qui sont à l'origine des violences.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.