Djerad: lutter contre la bureaucratie pour "un avenir meilleur"    Séisme à Mila: plus de 3.100 constructions inspectées à travers les zones sinistrées    Installation de la nouvelle présidente et du nouveau procureur général à la Cour d'Ain Temouchent    Huit ans de prison ferme contre Wassiny Bouazza    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Quatre walis testés positif au coronavirus    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE GRADUELLE DES PLAGES : Toutes les conditions sont réunies à Mostaganem    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le massacre des Rohingyas continue
L'ONU dénonce les violences «atroces» dont ils font l'objet en Birmanie
Publié dans El Watan le 01 - 03 - 2017

L'envoyée spéciale des Nations unies pour les droits de l'homme en Birmanie, Yanghee Lee, a rendu public, lundi, un rapport des plus accablants sur la Birmanie. Yanghee Lee s'est entretenue avec des dizaines de réfugiés rohingyas arrivés ces dernières semaines au Bangladesh. Les Nations unies dénoncent une vaste entreprise de répression «généralisée et systématique» menée essentiellement par l'armée à l'encontre des Rohingyas et ayant abouti à un «nettoyage ethnique» et «très probablement» à des crimes contre l'humanité.
Les Rohingyas qui ont fui les exactions en Birmanie pour se réfugier au Bangladesh ont été victimes de viols et d'assassinats «atroces» perpétrés par l'armée birmane, a rapporté une responsable de l'Onu qui s'est entretenue avec des membres de cette minorité musulmane. A l'issue d'une visite de quatre jours au Bangladesh, où elle les a rencontrés, Yanghee Lee, l'envoyée spéciale de l'Onu en Birmanie, a jugé que les violences subies par les réfugiés rohingyas étaient «bien plus répandues» que ce qu'elle pensait jusqu'alors.
«Tous les récits que j'ai entendus sont atroces, sans aucune exception», a-t-elle déclaré dans un communiqué. Une réfugiée rohingya lui a ainsi raconté que sa maison avait été incendiée, alors que son fils était toujours à l'intérieur. «Elle l'a entendu appeler son nom en hurlant. Elle est parvenue à le secourir, mais des cicatrices sont désormais gravées sur tout son corps — des cicatrices que j'ai vues de mes propres yeux», a expliqué Mme Lee.
Les réfugiés ont aussi évoqué des soldats tuant leurs victimes en leur tranchant la gorge, des viols collectifs et des enfants en bas âge jetés au feu. En un peu plus de quatre mois, environ 73 000 musulmans rohingyas sont arrivés au Bangladesh. Ils ont fui la campagne engagée à leur encontre par l'armée birmane en octobre dernier dans l'Etat Rakhine (ouest) après des raids meurtriers de groupes armés contre des postes-frontières.
Les Nations unies dénoncent une vaste entreprise de répression «généralisée et systématique» menée essentiellement par l'armée à l'encontre des musulmans rohingyas et ayant abouti à un «nettoyage ethnique» et «très probablement» à des crimes contre l'humanité. Les Rohingyas sont sans aucun doute actuellement la minorité la plus persécutée au monde.
La minorité la plus persécutée au monde
Sur le terrain, les soldats et les policiers, qui sont déployés dans l'ouest de la Birmanie, obéissent au chef de l'armée et non pas au gouvernement d'Aung San Suu Kyi. En revanche, la prix Nobel de la paix et son équipe dirigent les ministères des Affaires étrangères et de l'Information, des ministères responsables de communiquer sur cette crise. Et depuis cinq mois, cette communication se résume au déni pur et simple des faits.
La présidente Aung San Suu Kyi a d'ailleurs été vivement critiquée pour son silence complice durant ces derniers mois, détruisant ainsi l'image de démocrate qu'elle a durement bâtie sous l'ancien régime militaire. Les témoignages recueillis par les Nations unies, les ONG et la presse sont pourtant concordants et accablants pour les autorités birmanes. Les Rohingyas sont considérés comme des immigrants illégaux et vivent formellement comme des apatrides.
La citoyenneté birmane leur est déniée. Ils sont fréquemment ciblés par des nationalistes bouddhistes (90% de la population birmane) qui avaient orchestré une série d'attaques meurtrières à leur encontre en 2012. L'Etat d'Arakan, sur la côte occidentale du pays, où vivent la plupart des Rohingyas (plus d'un million), est régulièrement le théâtre de flambées de violence.
Des conflits aigus avec la majorité bouddhiste en 2012 avaient conduit des dizaines de milliers de Rohingyas dans des camps, où leurs conditions de vie hautement précaires ont été dénoncées par les ONG de défense de droits de l'homme, qui n'hésitent pas à qualifier la situation de nouvel apartheid. Le pape François a pour sa part dénoncé à plusieurs reprises la situation des musulmans rohingyas, affirmant notamment qu'ils avaient été torturés et tués «simplement parce qu'ils voulaient vivre leur culture et leur foi musulmans».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.