Zeghmati depuis Oran : La quête de justice, devise où se fondent toutes les revendications    Bordj Bou-Arreridj : Installation du nouveau président de la Cour eu Procureur général    Dans le cadre du suivi de l'activité gouvernementale : Bensalah et Bedoui examinent la situation politique et socio-économique du pays    Climatiseurs DualCool et ArtCool : Les nouveaux nés de LG    Bourses : L'Europe finit en hausse, portée par les espoirs de relance    Importations: Des matériels roulants en souffrance au niveau des zones sous-douanes débloqués    Sahara occidental : Bolton n'est pas le seul responsable américain à ne plus vouloir ignorer le conflit    Chine : Réunion du PCC pour analyser la situation économique    Rencontre Poutine-Macron : La Russie ne souhaite pas un scénario à la Gilets jaunes à Moscou    Ligue 1 (2e journée) : L'USMA tient bon à Constantine, le MCA remporte le derby face au PAC    ATP: Le Sud-Coréen Lee, le 1er joueur sourd à gagner un match sur le circuit    Saison estivale à Blida: Plusieurs programmes de loisirs au profit des enfants nécessiteux    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Le chef de l'Etat appelle à faire avancer le processus de dialogue    Karim Younes ne baisse pas les bras    37 décès et 1.919 blessés en une semaine    Des étudiants déterminés    Etat d'urgence dans deux provinces de l'Est    L'ONM demande la dissolution du FLN    Nouvelle publication    Galatasaray : Falcao est attendu demain    Un match contre ses détracteurs    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Johnson brandit la fin immédiate de la libre circulation des personnes    Le ministère de la Santé nous écrit    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le massacre des Rohingyas continue
L'ONU dénonce les violences «atroces» dont ils font l'objet en Birmanie
Publié dans El Watan le 01 - 03 - 2017

L'envoyée spéciale des Nations unies pour les droits de l'homme en Birmanie, Yanghee Lee, a rendu public, lundi, un rapport des plus accablants sur la Birmanie. Yanghee Lee s'est entretenue avec des dizaines de réfugiés rohingyas arrivés ces dernières semaines au Bangladesh. Les Nations unies dénoncent une vaste entreprise de répression «généralisée et systématique» menée essentiellement par l'armée à l'encontre des Rohingyas et ayant abouti à un «nettoyage ethnique» et «très probablement» à des crimes contre l'humanité.
Les Rohingyas qui ont fui les exactions en Birmanie pour se réfugier au Bangladesh ont été victimes de viols et d'assassinats «atroces» perpétrés par l'armée birmane, a rapporté une responsable de l'Onu qui s'est entretenue avec des membres de cette minorité musulmane. A l'issue d'une visite de quatre jours au Bangladesh, où elle les a rencontrés, Yanghee Lee, l'envoyée spéciale de l'Onu en Birmanie, a jugé que les violences subies par les réfugiés rohingyas étaient «bien plus répandues» que ce qu'elle pensait jusqu'alors.
«Tous les récits que j'ai entendus sont atroces, sans aucune exception», a-t-elle déclaré dans un communiqué. Une réfugiée rohingya lui a ainsi raconté que sa maison avait été incendiée, alors que son fils était toujours à l'intérieur. «Elle l'a entendu appeler son nom en hurlant. Elle est parvenue à le secourir, mais des cicatrices sont désormais gravées sur tout son corps — des cicatrices que j'ai vues de mes propres yeux», a expliqué Mme Lee.
Les réfugiés ont aussi évoqué des soldats tuant leurs victimes en leur tranchant la gorge, des viols collectifs et des enfants en bas âge jetés au feu. En un peu plus de quatre mois, environ 73 000 musulmans rohingyas sont arrivés au Bangladesh. Ils ont fui la campagne engagée à leur encontre par l'armée birmane en octobre dernier dans l'Etat Rakhine (ouest) après des raids meurtriers de groupes armés contre des postes-frontières.
Les Nations unies dénoncent une vaste entreprise de répression «généralisée et systématique» menée essentiellement par l'armée à l'encontre des musulmans rohingyas et ayant abouti à un «nettoyage ethnique» et «très probablement» à des crimes contre l'humanité. Les Rohingyas sont sans aucun doute actuellement la minorité la plus persécutée au monde.
La minorité la plus persécutée au monde
Sur le terrain, les soldats et les policiers, qui sont déployés dans l'ouest de la Birmanie, obéissent au chef de l'armée et non pas au gouvernement d'Aung San Suu Kyi. En revanche, la prix Nobel de la paix et son équipe dirigent les ministères des Affaires étrangères et de l'Information, des ministères responsables de communiquer sur cette crise. Et depuis cinq mois, cette communication se résume au déni pur et simple des faits.
La présidente Aung San Suu Kyi a d'ailleurs été vivement critiquée pour son silence complice durant ces derniers mois, détruisant ainsi l'image de démocrate qu'elle a durement bâtie sous l'ancien régime militaire. Les témoignages recueillis par les Nations unies, les ONG et la presse sont pourtant concordants et accablants pour les autorités birmanes. Les Rohingyas sont considérés comme des immigrants illégaux et vivent formellement comme des apatrides.
La citoyenneté birmane leur est déniée. Ils sont fréquemment ciblés par des nationalistes bouddhistes (90% de la population birmane) qui avaient orchestré une série d'attaques meurtrières à leur encontre en 2012. L'Etat d'Arakan, sur la côte occidentale du pays, où vivent la plupart des Rohingyas (plus d'un million), est régulièrement le théâtre de flambées de violence.
Des conflits aigus avec la majorité bouddhiste en 2012 avaient conduit des dizaines de milliers de Rohingyas dans des camps, où leurs conditions de vie hautement précaires ont été dénoncées par les ONG de défense de droits de l'homme, qui n'hésitent pas à qualifier la situation de nouvel apartheid. Le pape François a pour sa part dénoncé à plusieurs reprises la situation des musulmans rohingyas, affirmant notamment qu'ils avaient été torturés et tués «simplement parce qu'ils voulaient vivre leur culture et leur foi musulmans».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.