Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le communiqué du Premier ministère    104 nouveaux cas et 9 décès    86% des Algériens sont inquiets    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Mellal veut éviter la surenchère    "Je suis optimiste pour la reprise des compétitions"    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Les élus fustigent l'exécutif    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    "ADN" de la Franco-Algérienne Maïwenn parmi les 56 films retenus    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    L'épreuve    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Vers un intérimaire à la tête du MPA    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Santé des océans : La communauté des universitaires se mobilise
Publié dans El Watan le 11 - 09 - 2018

Si la mer, vue du rivage, continue à «danser le long des golfes clairs», sous la surface, c'est une tragédie qui se joue : «A force d'être mangée par l'homme, la mer se meurt…», co-écrivaient en 2008 dans leur livre Une mer sans poissons, Philippe Cury, éminent chercheur en biologie océanographique, directeur de recherche à l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et directeur du Centre de recherche halieutique méditerranéenne et tropicale (CRH) et Yves Miserey, célèbre journaliste scientifique (Figaro). Par ses agissements irresponsables, «l'homme est en train de transformer les océans du globe en désert liquide».
Dix ans plus tard, les prémices d'«une gouvernance mondiale, seule à même de rétablir la productivité des océans», les signes d'une quelconque volonté d'«améliorer la santé des océans ou encore d'une ‘mobilisation générale contre la déstabilisation inquiétante de tout l'écosystème marin et ses méfaits sur le climat'» qu'ils recherchaient, ces deux scientifiques français les auraient-ils perçus au cours des travaux de la conférence scientifique de haut niveau qui ont pris fin hier ?
Peut-être… Organisée par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) et la Plateforme océan et climat (POC), cette conférence, sous le thème «De la COP21 à la décennie des Nations unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030)», a rassemblé, deux jours durant, les 10 et 11 septembre, au siège de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) à Paris, des chercheurs, des universitaires, ainsi que des représentants d'institutions et d'organisations intervenant dans le domaine océanographique.
A ces participants, s'ajoutent plusieurs centaines d'universitaires, venus des quatre coins du globe, dont l'Algérie — enseignants du département des sciences de la mer et biologie marine, chercheurs des laboratoires d'écobiologie des milieux marins et littoraux et de bioressources marines de l'université Badji Mokhtar Annaba, entre autres, avons-nous appris de sources universitaires.
L'opportunité s'est ainsi offerte d'échanger et de débattre avec les conférenciers, toutes disciplines de recherche confondues — étude de l'océan : physique, biologie, chimie, géologie, hydrographie, sciences de la santé et sciences sociales, ainsi que génie, sciences humaines et recherche multidisciplinaire — des récents progrès scientifiques autour des interactions océan/climat/biodiversité et de proposer une réflexion sur les liens entre science et politique, et ce, dans la perspective du lancement de la Décennie des Nations unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030).
D'autant que, «depuis la COP21, est-il précisé dans un communiqué publié par la COI, de nouvelles connaissances ont amélioré notre compréhension des interactions entre l'océan, le climat et la biodiversité. Le bien-être des écosystèmes marins est reconnu comme essentiel pour lutter contre les changements climatiques, soulignant la nécessité de soutenir les sciences océaniques, qui jouent un rôle majeur dans la réalisation de l'Agenda 2030».
Partant, les initiateurs du regroupement parisien estiment, aujourd'hui plus que jamais, nécessaire la recherche par la communauté scientifique mondiale et les décideurs politiques. «Quels moyens faut-il mettre en œuvre afin de passer de la science à l'action ?» C'est dans cette perspective qu'a été proclamée la «Décennie onusienne» visant, surtout, à «mobiliser les acteurs intéressés du monde entier autour d'un cadre commun qui mettra la science au service des pays dans leur mise en œuvre de l'Objectif de développement durable sur l'océan».
La communauté mondiale détant particulièrement interpellée, dans la mesure où elle est invitée à tracer «une feuille de route scientifique et technologique sur les dix prochaines années pour mener, ensemble, vers l'océan dont nous avons besoin pour l'avenir que nous voulons», insistent les organisateurs de la conférence.
D'où le choix des thèmes : «De la science à l'action : quelle contribution de la Décennie des Nations unies pour les sciences océaniques ?», «De la science à l'action : quelles politiques?» et «Recherche académique : quelles contributions à la Décennie des Nations unies pour les sciences océaniques ?».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.