PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Barreau d'Alger. Sit-in demain devant la cour
Publié dans El Watan le 17 - 06 - 2007

A ce titre, le bâtonnat de la capitale a exhorté tous les membres à être présents, vêtus de leurs robes, dès la matinée. Cette action a été décidée lors d'une assemblée extraordinaire des avocats, mercredi dernier, tenue après neuf jours de protestation contre «l'exclusion de la défense de la nouvelle cour d'Alger», a déclaré maître Selini, bâtonnier et président en même temps de l'Union nationale des barreaux d'Algérie (UNBA).
Selon l'avocat, «le fait d'avoir boycotté les audiences de la cour durant plus d'une semaine n'a pas poussé les autorités judiciaires à ouvrir le débat autour de la question des conditions de l'exercice de la profession dans les tribunaux et les cours d'Algérie». Selon lui, le changement de conception apporté à la nouvelle mouture reflète la marginalisation et l'exclusion des avocats du domaine de la justice. «Tous les espaces prévus au début pour les avocats ont été enlevés. Il n'y a ni bureaux, ni salles de conférences, ni bibliothèques, infrastructures nécessaires et importantes pour le bon fonctionnement de la justice. L'avocat a besoin d'espace pour préparer son dossier, se concentrer avec ses collègues et prévoir même des réunions. Souvent, il est appelé à passer plus de temps dans les tribunaux et les cours». Maître Selini compte beaucoup sur la participation massive de ses confrères au sit-in de demain, afin de «montrer aux autorités que nous attendons toujours un geste pour ouvrir le dialogue et régler définitivement cette crise».
Il a noté à propos des 10 jours de boycott de la cour d'Alger que les résultats n'ont été perçus que par les citoyens «qui durant cette période ont eu des jugements plus cléments et plus humains à leur égard. Les magistrats ont réagi avec plus d'humanisme, vu qu'ils ont jugé sans la présence des avocats. Néanmoins, aucune décision allant dans le sens de nos revendications n'a été prise. Aucune volonté d'ouvrir le dialogue n'a été exprimée pour l'instant. C'est le statu quo, comme c'est le cas pour les revendications de l'Union des barreaux, et qui ont fait l'objet d'une journée de protestation le 10 juin dernier sur l'ensemble du territoire national». Maître Selini a affirmé que les robes noires veulent une justice, dans laquelle elles occuperont une grande place.
Dans ce cadre, l'assemblée extraordinaire de l'Union des barreaux, prévue les 21 et 22 juin à Alger, devra décider des mesures à prendre et des actions à engager rapidement pour riposter à la situation de stand-by dans laquelle est figée la chancellerie, refusant tout dialogue avec les avocats. La crise risque à ce rythme de se prolonger dans le temps, dont les conséquences ne sont assumées que par les justiciables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.