BECHAR : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    SIDI OTHMANE (SAYADA) : Les citoyens dénoncent les coupures d'électricité    UNITES INDUSTRIELLES POLLUANTES A ORAN : 15 usines déjà mises en demeure    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT : Plus de 60 tonnes de déchets collectés à Oran    Ansu Fati marque l'histoire du Barça    Messi reprend l'entraînement, Dembélé partiellement    La JSK prend option pour la qualification    Ultime dérogation pour Cherif El-Ouazzani    Les Espagnols sur le toit du monde    L'homme qui a raté le "navire" de Karim Younès    Zerouati ordonne l'installation de filtres pour la cimenterie de Béni-Saf    Mise sous mandat de dépôt de 22 manifestants    Plus de 600 millions DA pour le développement du secteur des ressources en eau    L'Algérie n'est pas à l'abri    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    Le rockeur américain Eddie Money décède à l'âge de 70 ans    Naissance des "Scouts libres"    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Mohamed Charfi à la tête de l'Autorité des élections    Concertation à Béjaïa pour un appel à une grève générale    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    De l'envol à la faillite d'Aigle Azur : Les raisons d'un crash    Logement : la situation empire, comment y remédier ?    Faible taux de participation et indécision totale    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Des habitations sous la menace d'un éboulement: Des habitants de Kouchet El Djir interpellent le wali    Le parti de Benflis: La présidentielle est «la voie la plus réaliste»    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Selon le FFS: La crise a «atteint un stade dangereusement critique»    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Intempéries au centre: Des inondations et des coupures d'eau et d'électricité    L'absence de liberté et de souveraineté persiste    La guerre en Syrie tire à sa fin    Poissons morts découverts aux abords du barrage de Taksebt    De mal en pis !    L'Algérie avait bien avant tiré la sonnette d'alarme…    Rencontres photographiques de Bamako    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    Les Houthis revendiquent une attaque de drones    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Tant que la double parité du dinar existe, il y aura toujours des transferts illicites de devises»
Abderrahmane Benkhalfa. Ancien ministre des Finances
Publié dans El Watan le 08 - 12 - 2018

– Comment expliquer ce phénomène de transfert illicite de devises ?
D'abord, il faut savoir que le transfert illicite de devises se fait soit par la surfacturation à l'export, soit par une minoration de la valeur à l'import. Dans les deux cas, il s'agit d'une devise qui est prélevée des réserves de change. C'est une utilisation abusive de la ressource. Elle est interdite par la loi. Les opérations de sortie de devises par des trabendistes ou des commerçants, ou de simples citoyens sont différentes des deux premières.
Il s'agit d'argent qui ne provient pas des réserves de change, mais qui n'a pas été déclaré par ses propriétaires au moment de quitter le territoire national. C'est une infraction à la loi. Je pense que ce phénomène est marginal. Nous sommes loin de ce qui se passe par exemple en Amérique latine ou comme dans certains pays africains où l'on assiste à une évasion massive de devises.
Tant que nous avons un marché avec une double parité du dinar l'une officielle et l'autre informelle qui atteint les 150% de sa valeur, il y aura toujours ce genre de transfert illicite. Il faut traiter à la source le problème à travers une «rezma» (baluchon, ndlr) de mesures et non pas uniquement par des actes monétaires.
On ne traite pas un phénomène économique par des mesures juridiques. Si ce problème s'amplifie, c'est qu'il y a une dégradation de la confiance en le dinar, à laquelle il faut faire face. Il n'y a pas que ce type de transfert de devises.
– Selon les services de sécurité, tous ces fonds avaient pour destination la Turquie. Avez-vous une explication ?
C'est sûr que ce flux d'argent n'allait pas être versé dans des comptes, parce que les banques sont regardantes sur l'origine. Il est destiné soit à l'achat commercial de produits du marché parallèle, soit à l'acquisition de biens immobiliers. Si ce phénomène prend de l'ampleur, cela devient une source d'inquiétude. Il faut un traitement structurel curatif, à travers la consolidation du dinar.
Il faut une thérapie globale et non monétaire. Cette évasion de devises est le reflet d'un manque flagrant de confiance en notre dinar. Ce qui est inquiétant. Le contrôle ne sert à rien, s'il n'est pas adossé à d'autres mesures, comme inverstir dans le lobbying, l'image de notre monnaie et de notre pays, etc. Des pays moins solides financièrement que le nôtre, qui n'ont à peine que deux mois de réserves ont un marché financier attractif qui attire toujours des capitaux.
– Ne pensez-vous pas que la chute de la valeur de la monnaie turque et l'appel lancé par la Turquie pour encourager l'injection de fonds dans son économie sont la raison de ce flux de devises vers ce pays ?
Si notre pays n'est pas attractif, il ne faut pas reprocher aux autres de l'être. Il faut se dire pourquoi nous ne sommes pas attractifs et à partir de cela, trouver les solutions. Nous devrions nous demander comment un pays comme le nôtre, avec les fondamentaux les plus solides dans le pourtour de la Méditerranée, n'arrive pas à attirer les capitaux, alors que d'autres Etats très vulnérables vivant des crises endémiques, je peux citer comme exemple l'Egyte, le Maroc, la Tunisie et bien d'autres pays sont plus attractifs. Aucune des réserves des pays de notre région n'a une marge comme celle de l'Algérie. L'image de notre pays est sous-dimensionnée. C'est aux Algériens de la soigner et de la rendre plus attractive.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.