Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Tant que la double parité du dinar existe, il y aura toujours des transferts illicites de devises»
Abderrahmane Benkhalfa. Ancien ministre des Finances
Publié dans El Watan le 08 - 12 - 2018

– Comment expliquer ce phénomène de transfert illicite de devises ?
D'abord, il faut savoir que le transfert illicite de devises se fait soit par la surfacturation à l'export, soit par une minoration de la valeur à l'import. Dans les deux cas, il s'agit d'une devise qui est prélevée des réserves de change. C'est une utilisation abusive de la ressource. Elle est interdite par la loi. Les opérations de sortie de devises par des trabendistes ou des commerçants, ou de simples citoyens sont différentes des deux premières.
Il s'agit d'argent qui ne provient pas des réserves de change, mais qui n'a pas été déclaré par ses propriétaires au moment de quitter le territoire national. C'est une infraction à la loi. Je pense que ce phénomène est marginal. Nous sommes loin de ce qui se passe par exemple en Amérique latine ou comme dans certains pays africains où l'on assiste à une évasion massive de devises.
Tant que nous avons un marché avec une double parité du dinar l'une officielle et l'autre informelle qui atteint les 150% de sa valeur, il y aura toujours ce genre de transfert illicite. Il faut traiter à la source le problème à travers une «rezma» (baluchon, ndlr) de mesures et non pas uniquement par des actes monétaires.
On ne traite pas un phénomène économique par des mesures juridiques. Si ce problème s'amplifie, c'est qu'il y a une dégradation de la confiance en le dinar, à laquelle il faut faire face. Il n'y a pas que ce type de transfert de devises.
– Selon les services de sécurité, tous ces fonds avaient pour destination la Turquie. Avez-vous une explication ?
C'est sûr que ce flux d'argent n'allait pas être versé dans des comptes, parce que les banques sont regardantes sur l'origine. Il est destiné soit à l'achat commercial de produits du marché parallèle, soit à l'acquisition de biens immobiliers. Si ce phénomène prend de l'ampleur, cela devient une source d'inquiétude. Il faut un traitement structurel curatif, à travers la consolidation du dinar.
Il faut une thérapie globale et non monétaire. Cette évasion de devises est le reflet d'un manque flagrant de confiance en notre dinar. Ce qui est inquiétant. Le contrôle ne sert à rien, s'il n'est pas adossé à d'autres mesures, comme inverstir dans le lobbying, l'image de notre monnaie et de notre pays, etc. Des pays moins solides financièrement que le nôtre, qui n'ont à peine que deux mois de réserves ont un marché financier attractif qui attire toujours des capitaux.
– Ne pensez-vous pas que la chute de la valeur de la monnaie turque et l'appel lancé par la Turquie pour encourager l'injection de fonds dans son économie sont la raison de ce flux de devises vers ce pays ?
Si notre pays n'est pas attractif, il ne faut pas reprocher aux autres de l'être. Il faut se dire pourquoi nous ne sommes pas attractifs et à partir de cela, trouver les solutions. Nous devrions nous demander comment un pays comme le nôtre, avec les fondamentaux les plus solides dans le pourtour de la Méditerranée, n'arrive pas à attirer les capitaux, alors que d'autres Etats très vulnérables vivant des crises endémiques, je peux citer comme exemple l'Egyte, le Maroc, la Tunisie et bien d'autres pays sont plus attractifs. Aucune des réserves des pays de notre région n'a une marge comme celle de l'Algérie. L'image de notre pays est sous-dimensionnée. C'est aux Algériens de la soigner et de la rendre plus attractive.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.