Coupe de la Ligue: le NAHD, l'OM et le NCM passent en 8es de finale    Décès d'Idris Deby : l'Algérie suit avec une grande préoccupation les événements en cours au Tchad    Le Conseil de sécurité appelé à accélérer la décolonisation du Sahara occidental    MCA : Brahmia, nouveau président    Lancement de l'opération de vaccination anti-covid dans les wilayas et les institutions sahraouies    Nette hausse des exportations gazière au 1er trimestre 2021    Le pari électrique officialisé    Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Nahda participera avec une trentaine de listes    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    Le front anti-Rachad se consolide    Constantine: réception du tunnel de Djebel Ouahch "durant l'année 2025"    Ceferin fustige    Mourinho n'est plus entraîneur des Spurs    Délocalisation de l'AGE bis de la FABB à l'ESSTS    Hausse des prix : Rezig évoque les «spéculateurs»    Accidents de la route: 25 morts et 1322 blessés en une semaine    Gâteau de crêpes    Mécontentement    Naïma Ababsa    "Les stocks des produits alimentaires ont atteint un niveau rassurant"    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Un sans-papiers algérien expulsé de France    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    Tamazight avance doucement, mais sûrement    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Hadj Merine ne s'enflamme pas    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Boumala victime de son paradoxe    Brèves    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    HCA: Une célébration dans la fierté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un bien commun
Publié dans El Watan le 21 - 04 - 2009

Tamazight est le bien commun de tous les Algériens, au-delà des ancrages territoriaux ou linguistiques. C'est une langue qui, dans la variété de ses expressions, transcende l'espace des terroirs – avec ce que cela peut supposer d'enfermement dans la singularité – pour s'élever au stade majeur de la cohésion identitaire de la nation. La reconnaissance et la consécration de tamazight sont des avancées déjà significatives, mais dont l'ampleur ne pourra être mesurée que lorsque la langue aura la valeur d'usage la plus étendue. A ce titre, nul ne peut douter que c'est d'abord l'école algérienne qui donnera à tamazight tout son retentissement pédagogique, car c'est une langue qui, à travers ses constituants, même les plus divers, peut être enseignée. Il ne serait pas compréhensible que l'anglais, l'espagnol, ou l'allemand soient plus aptes à être appris que tamazight, qui représente pour les Algériens un lien identitaire. Sans que pour autant les notions de compétititon ou de concurrence inter-linguistiques entrent en ligne de compte.
Si la possibilité est donnée de pouvoir lire Goethe, Shakespeare ou Cervantes dans le texte, pourquoi n'en irait-il pas autant pour Mohand Si Mhand, ou la belle poésie de Matoub Lounès ou Lounis Aït Menguellat ? Une langue est vivante lorsque elle est partagée.
Tamazight peut être érigé en vecteur d'apprentissage pour peu que les institutions qui ont la mission d'élargir son implantation dans les sphères d'acquisition du savoir mettent cette langue en adéquation avec les progrès de la science et des technologies nouvelles. Il est évident que cela ne se fera pas du jour au lendemain, car pour en arriver à l'évolution qui est aujourd'hui celle de tamazight, il a fallu un combat sur la longue durée. Les avancées restent donc relatives mais appréciables au regard de résistances fortes et de réticences qui persistent encore. En fait, la promotion, la préservation de tamazight, son inscription dans le champ pédagogique, ne se suffiraient pas à elles-mêmes si la langue n'était pas appuyée par un sentiment de vivre ensemble librement consenti à l'échelle d'une nation. C'est l'école qui a la capacité de forger ce sentiment du vivre ensemble qui est avant tout une posture d'appartenance entre citoyens d'un même pays qui ne peuvent pas avoir de complexes à s'exprimer dans une langue qui les rassemble plutôt qu'elle ne les divise. Il est important, pour cela, que la langue échappe aux pièges d'une radicalité à la finalité souvent politicienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.