L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le sens des mots
Publié dans El Watan le 05 - 05 - 2009

Les Etats-Unis, de façon désormais systématique, désignent l'Algérie comme l'un des pays où la contrefaçon industrielle et le piratage informatique se pratiquent à une vaste échelle. A telle enseigne que c'est une bien maigre consolation de la voir associée sur la liste noire d'autres pays réputés contrevenants, aux côtés de la Russie et de la Chine. Les Etats-Unis défendent les intérêts de leurs firmes qui dominent un marché colossal et n'entendent rien céder sur le monopole de fait qu'ils exercent. Il n'est pas gratifiant pour un pays, en tant qu'entité, d'être classifié aussi rapidement comme pays pirate. Cela supposerait que le pays en question a défini la piraterie comme une voie de développement et d'accumulation de richesses. Cela pourrait relever de l'amalgame simpliste et réducteur. Ce qui ne peut pas être nié, c'est que le phénomène existe. Même aux Etats-Unis, la contrefaçon et le piratage informatique sont à l'œuvre. Cela ne peut pas faire l'objet d'une globalisation pour autant. Figurer sur une liste noire suscite des préjugés et des raccourcis dont le plus commun consisterait à assimiler tous les Algériens à des pirates. La propriété intellectuelle, le copyright, ne peut pas faire l'objet de transgression, mais le meilleur moyen de l'éviter et de le combattre est d'inscrire les initiatives dans un partenariat institutionnel du constat, au-delà duquel rien de significatif n'est entrepris. Il reste le problème de l'accès aux nouvelles technologies que leurs concepteurs vendent au prix le plus coûtant.
La piraterie informatique ne peut pas être justifiée, mais elle est dans ce cas de figure suscitée par les producteurs mêmes qui prétendent la dénoncer. Il suffit pour cela de voir à quelle hauteur, pour un utilisateur non institutionnel, se situe le prix d'un logiciel. Les rapports à des prix aussi élevés ne sont pas les mêmes selon qu'il s'agisse de pays en voie de développement ou occidentaux. Il en va de même pour le téléchargement qui a pu défrayer la chronique politique et diviser les opinions dans nombre de pays européens. Cela rappelle aussi, toutes proportions gardées, le débat sur le médicament générique. Les Etats-Unis pourraient être fondés à estimer qu'il existe en Algérie, ou dans tout autre pays, des réseaux dédiés à la contrefaçon industrielle ou au piratage informatique. Ils ne peuvent pas affirmer de façon lapidaire que c'est le pays tout entier qui est pirate et de l'inscrire pour cela sur une liste noire maléfique. C'est un manque de respect pour ce pays, ses citoyens et ses autorités disqualifiées comme inaptes à assurer la défense de la propriété intellectuelle. Dans ce genre de situation, aussi complexe pour les uns et les autres, il est important de savoir ce que l'on dit, car les mots doivent avoir un vrai sens même lorsqu'ils viennent des Etats-Unis. A plus forte raison lorsque le mot liste noire renvoie à un épisode de sinistre mémoire, celui de la chasse aux sorcières.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.