PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



kings creole !
Publié dans El Watan le 16 - 07 - 2009

L'auteur qui a commis ce «tapage nocturne» n'est autre que le grand groupe français de zouk, originaire des Antilles, Kassav. Et il a «explosé l'audimat» ! Une foule massive et en or est venue faire la fête avec Kassav, enfin à tout casser…la baraque. Et pour Kassav, ce concert était empli d'une charge émotionnelle car il y a voilà 24 ans, que le groupe ne s'est pas produit en Algérie. Des retrouvailles sur les mêmes lieu et espace de l'Esplanade de l'OREF. Kassav y avait donné alors un concert en juillet 1985, à l'occasion de la fameuse Fête de la musique aux côtés de Touré Kunda, Salif Keita, Alpha Blondy, Mory Kanté, Eddie Palmieri, T34 ou encore Raïna Raï. Des retrouvailles avec Kassav se célébrant au sein d'un gigantesque événement culturel panafricain et en prime, un 14 juillet, fête nationale de la France.
Du coup, Kassav a offert un «trip» (voyage) insulaire musicalement parlant. Alger-Les Antilles ! Une destination, un transport, un port attachant en partance pour cette musique et danse endiablée. Celle du zouk, biguine antillaise, calypso, dancehall et autre pop. Aussi, Kassav, enfin la bande…originale de Jacob Desvarieux, Jocelyne Berouard démentira le postulat de «l'immobilisme musical» : «Nous pas bouger ! Au contraire, ça a bougé de là et de l'Afrique, ça a même tremblé, vibré quoi ! Les 13 membres de Kassav dans leur élément ont jeté un bon sort sur le public. Une magie noire et autre vaudou qui le surchauffera avec des titres aussi remuants que démentiels comme Siyé Bwa, Siwo, Zouk La Sé Sel Médikaman Nou, Mwen Malad Aw, Bel Kréati, Soulajé Yo, Wèp, Mwen Alé, An Mouvman, Carnaval des Antilles ou encore Kolé Séré, la version originale reprise par Philippe Lavil. Bref, c'était show, chaud bouillant. «C'est avec un grand bonheur que de me trouver à Alger et de vous retrouver. Nos chansons parlent d'amour et je comprends l'amour que vous portez à l'Algérie. Et nous avons passé un moment d'amour, ici, à Alger !» remerciera Jocelyne Beroard son bon public ! Kassav, ce sont des Kings Creole !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.