Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



« Alger nous a tous réunis, nous les Africains… »
Jacob Desvarieux. Leader, guitariste et chanteur du groupe kassav
Publié dans El Watan le 16 - 07 - 2009

Après une absence qui aura duré 24 ans, le groupe français Kassav de Zouk, originaire des Antilles, s'est produit mercredi soir sur l'esplanade de Riadh El Feth, comme en juillet 1985 sur cette même scène, à l'occasion de la Fête de la jeunesse. Nous avons rencontré Jacob Desvarieux, fondateur, leader, guitariste et chanteur de Kassav.
Cela fait 24 ans que le groupe Kassav ne s'est pas produit en Algérie...
Entre temps, je suis venu en Algérie. Mais pas en concert. Je suis venu une fois pour une émission de télévision (H'na Fi H'na). Et un de nos musiciens (Kassav) qui est algérien, Hamid Belhocine, m'avait invité parmi les artistes évoluant dans ce programme TV de divertissement. Sinon, on est venu en concert, effectivement, il y a 24 ans. Cela fait longtemps ! (rires).
Des retrouvailles, ça se célèbre...
(Rires). Je trouve que 24 ans d'absence, c'est beaucoup. On aurait dû venir plus souvent en Algérie, quoi ! Bon, on ne nous a pas invités, voilà ! Surtout qu'on a fait les pays francophones d'Afrique, ainsi que l'Angola, le Cap Vert, le Maroc et la Tunisie où on s'est produit un grand nombre de fois. L'Algérie, pourquoi une fois tous les 24 ans ? Si on attend deux ans pour revenir... (rires).
Et là, c'est le Panaf'2009, l'Afrique en fête...
Là, il y a une bonne ambiance. Justement, j'ai rencontré des gens que je connaissais déjà et qu'on croise souvent comme Ismaël Lo et des groupes que je découvre avec bonheur. J'ai vu un groupe malgache et une troupe tanzanienne, hier et avant-hier. Même des formations de musique algérienne. On ne connaît que les artistes algériens vivant en France. On profite du festival Panaf'2009.
Vous avez croisé tout à l'heure Salif Keita dans le hall de l'hôtel...
Oui, je l'ai croisé. Il va jouer tout à l'heure. J'ai travaillé pour lui, un remix pour une maison d'édition américaine. En fait, même lui je ne l'ai pas vu (rires). Ce festival est une aubaine et de bon augure parce qu'on ne se voit jamais.
Et c'est à Alger que vous le retrouvez...
(rires). Oui, on se retrouve à Alger. Panaf'2009 oblige ! Alger nous a réunis ! Tous les Africains !
Jacob, vous avez travaillé avec Khaled sur l'album Ya Rayi...
Oui, absolument. C'est là que j'ai écouté et découvert des musiques venues d'Algérie. Sur le coup, je disais à Khaled : « Mais attend, ça c'est de la salsa ! » Et lui me répondait : « Mais non, c'est le son de tel village en Algérie. » Alors, de toute façon, les gens qui font de la salsa, il viennent d'où ? D'Afrique ! C'est normal qu'on retrouve des similitudes. Sur l'album Ya Rayi de Khaled, j'ai travaillé sur deux titres où j'avais posé des cuivres etc. J'ai travaillé aussi avec ses musiciens pour d'autres projets. Je me suis dit : « Pourquoi on ne s'est pas rencontrés avant ? » (rires) Khaled, c'est un Africain, sa musique est africaine. Même les Antillais viennent d'Afrique. On a la même racine commune musicale. Que vous alliez à Cuba, aux Antilles françaises ou encore dans n'importe quel pays d'Afrique. Evidemment, cen'est pas la même musique, ce sont des cousines. Il n'y a pas de raison qu'on ne s'entende pas. Si Khaled joue à Cuba, à Saint-Domingue ou en Martinique, il n'aura pas de problème.
Vous aussi, vous ne serez pas dépaysé...
Nous aussi, si Kassav joue au Kenya, il n'aura pas non plus de problèmes. Le groupe Kassav, par essence, est synonyme de fête... C'est-à-dire que nous avons un message positif. Evidemment qu'on exprime toujours la fête. Le zouk est arrivé au début des années 1980 où tous les créateurs internationaux faisaient sortir leur angoisse, leur mal de vivre de par une ambiance plutôt dépressive. Aussi avons-nous dit : « Nous, nous sommes sur terre, nous somme contents d'être là. Bon, il existe des problèmes, bien sûr ! C'est dur de vivre. Mais il y a plein de choses qui nous donnent envie de continuer à vivre. » Personne n'a envie de partir, de mourir... Cela nous touche quand notre musique remonte le moral des gens dans les moments difficiles ou de déprime. Nous, on aime bien et on est contents. On est pas dépressifs, non, ça va.
La biguine antillaise et le zouk ont fait le tour du monde. Même Santana s'y colle...
Nous (Kassav), nous venons d'une île de 450 000 habitants – c'est la population d'un quartier d'Alger – d'où sont sorties des musiques qui ont fait le tour du monde, des champions sportifs, entre les footballeurs et les boxeurs, les misses, les écrivains, les grands chefs cuisiniers... Je trouve qu'on est quand même très productifs, quoi ! (rires). Beaucoup d'Africains se sont inspirés de notre musique pour faire évoluer la leur. Ils sont nombreux ceux qui sont arrivés. Je vois Magyc System...Ils ne font pas la musique de Kassav, ils font leur musique. Je suis content, oui ! (rires)
Kassav a 30 ans de carrière au compteur...
C'est beaucoup, oui ! (rires). Il ya très peu de groupes qui arrivent jusque-là. On a eu de la chance que les membres du groupe soient motivés pour la même vision. On voulait tous faire de Kassav un grand groupe dans le monde. On a encore du boulot. On est toujours ensemble parce qu'on essaie d'y arriver. On essaie de faire la musique de notre coin et de la faire découvrir au monde entier.
Et ce soir, ça se passe à Alger...
Oui, ce soir, on va mettre le feu à Alger... et le mettre très haut !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.