Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Habitat précaire à Aokas : Un immeuble en quête de réparation
Publié dans El Watan le 14 - 07 - 2009

Les habitants du bloc 18 (EPLF) dans la cité des 215 logements à Aokas font face à un problème qui reste, disent-ils, depuis des années sans solution, cela même si les services concernés assurent de leur coté avoir répondu à leurs doléances.
Ces résidents affirment en tout cas que leur immeuble, au vu des dégradations qu'il présente, reconstitue une menace pour leur sécurité. Leurs doléances ont été consignées dans un PV de constat établi le 03 janvier 2007, à leur demande, par les services techniques de l'APC. Il y est fait état des constatations suivantes : écoulement des eaux sur les plafonds et murs extérieurs ; une partie des murs extérieurs (façade) sur le point de s'écrouler, ce qui représente un danger imminent à la sécurité des résidents et passants. Les membres de la commission ont préconisé « dans l'immédiat la fermeture de l'accès, la réparation de la charpente en tuile, les descentes d'eaux pluviales et la réfection des parties dégradées ». Il y a péril en la demeure de l'aveu même des habitants et des riverains qui ont eu à déplorer des chutes de tuiles qui auraient pu avoir des conséquences fâcheuses n'était le seul hasard qui a épargné la tête des passants qui empruntent le fameux accès dont la fermeture a été préconisée par les services techniques.
Les parents d'élèves habitant cette partie de la cité ont des craintes quant à leurs enfants, exposés à ces chutes porteuses de tous les dangers, en particulier en hiver où les rafales de vents sont violentes en ces lieux. Pour le chargé du service après-vente à l'EPLF de Béjaïa, les doléances des requérants ont été totalement prises en charge. Documents à l'appui, il cite les réaménagements déjà apportés : la réfection des enduits au mortier de ciment sur les murs de façade avec piquage des enduits détériorés et réparation des gouttières et descentes d'eau. Il assure avoir reçu l'association de la cité dont il a expliqué aux membres les règles régissant la copropriété. Il nous explique d'autre part que les dégradations constatées au 5e étage de l'immeuble en question sont conséquentes à des modifications opérées dans un appartement du même niveau.
Chose que démentent les occupants de l'immeuble qui soutiennent qu'en fait de modifications, il ne s'agit que d'un faux-plafond et que les dégradations signalées à qui de droit restent encore à réparer. Cependant, le chargé du service après-vente n'en démord pas. Pour lui, l'EPLF a correctement rempli les obligations contenues dans le cahier des charges. S'agissant de la toiture et l'étanchéité, il soutient qu'après trois années à compter de la réception définitive de l'ouvrage, ces services ne répondent pas quant aux éventuelles réparations. Il invoque, pour étayer son propos, la responsabilité civile décennale comme le stipule l'article 554 du code civil ainsi que d'autres articles relatifs à l'assurance en matière de construction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.