Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Des instructions à concrétiser dans les «meilleurs délais»    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Peaux de banane !    Lamamra: «La Palestine est la clé de la paix»    L'heure de vérité    Du coke russe pour le haut-fourneau    Les étudiants en costume de startupeurs    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    Un coup de piston et...    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    La bombe Benkirane    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    D'importantes réalisations socio-économiques et des indicateurs prometteurs    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Tlemcen: une encontre sur la société civile, la promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Tenue mercredi à Alger de la 10e session de la Commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération    Le développement sportif et les performances des JM d'Oran mis en relief    Rage: onze décès enregistrés en 2021    La tension monte d'un cran au Maroc    Borne et les préoccupations de l'heure    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    ASO Chlef: Des ambitions à la hausse    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une saison estivale totalement ratée
La population de Chetaïbi exprime son désarroi
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2009

En ce début de saison estivale, l'hygiène du milieu fait grandement défaut à Chétaïbi, au grand désarroi des premiers estivants et surtout de la population, laquelle ne trouve aucune explication à cette situation.
Et cela concerne, surtout, la seule et unique plage du village. Elle est dans un état, le moins que l'on puisse dire, d'insalubrité totale. Le constat est amer, avilissant : toutes sortes de détritus, débris de verre, tessons de bouteilles, boîtes de conserve, plastique, troncs d'arbres, jonchent les lieux. A cela, il faut ajouter les eaux usées se déversant à ciel ouvert au niveau de cette plage pour aller mourir dans la mer, dans laquelle se baignent les vacanciers. En outre, les chemins menant à la calanque et à la baie Ouest, l'une des plus belles au monde, sont devenus carrément, a-t-on constaté sur place, un dépotoir où l'on jette, pêle-mêle, des tas d'ordures ménagères dégageant des odeurs nauséabondes qui agressent le flair. Et pour couronner le tout, la présence en force des ovins et bovins.
Les rares baigneurs rencontrés encore sur les lieux après les émeutes (marins-pêcheurs contre garde-côtes) ayant dernièrement secoué le village, s'interrogent sur « l'absence totale des autorités de la ville où l'on signale également des batailles rangées entre des groupes d'individus du côté des pavés du port ». Mieux encore, cette infrastructure portuaire qui était, il n'y a pas si longtemps, le temple des touristes durant les soirées d'été, est aujourd'hui aux mains des toxicomanes qui règnent en véritable caïds. D'ailleurs, la consommation de boissons alcoolisées et de drogue s'y fait au grand jour, selon des vacanciers. Un jeune chômeur du village a tenu à dénoncer le manque d'intérêt pour le secteur du tourisme, générateur de richesses et d'emploi, affiché par les pouvoirs publics. « Au moment où d'autres régions développent un nouvel esprit pour attirer le maximum de touristes, à l'image de nos voisins de la Marsa (Skikda), ce n'est pas le cas malheureusement pour Chétaïbi, qui est totalement en décalage dans ce domaine », dit-il.
Dans ce contexte, d'autres villageois relèvent le manque d'investissements conséquents, susceptibles de faire sortir leur village du marasme. Ils affirment qu'en matière de tourisme, Chétaïbi est en chute libre. Le manque d'infrastructures d'accueil (hôtels et restaurants) se fait énormément sentir. Les touristes n'ont à leur disposition, en fait, que la location d'appartements, hors de prix pour beaucoup d'entre eux. Ce déficit est l'une des raisons d'ailleurs qui pousse les vacanciers à aller voir ailleurs, selon les villageois, qui indiquent que « le nombre de touristes est chaque année revu à la baisse sans que les responsables du secteur en tirent les conclusions ». Pourtant, ce ne sont pas les projets qui manquent ici et là. Un minimum aurait certainement permis de faire sortir Chétaïbi de cet isolement qui en dit long, par ailleurs, sur la politique de développement local dans la wilaya de Annaba, même si, il est vrai, il n'y a jamais eu de véritable politique relative au tourisme dans le pays en général.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.