BECHAR : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    SIDI OTHMANE (SAYADA) : Les citoyens dénoncent les coupures d'électricité    UNITES INDUSTRIELLES POLLUANTES A ORAN : 15 usines déjà mises en demeure    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT : Plus de 60 tonnes de déchets collectés à Oran    Ansu Fati marque l'histoire du Barça    Messi reprend l'entraînement, Dembélé partiellement    La JSK prend option pour la qualification    Ultime dérogation pour Cherif El-Ouazzani    Les Espagnols sur le toit du monde    L'homme qui a raté le "navire" de Karim Younès    Zerouati ordonne l'installation de filtres pour la cimenterie de Béni-Saf    Mise sous mandat de dépôt de 22 manifestants    Plus de 600 millions DA pour le développement du secteur des ressources en eau    L'Algérie n'est pas à l'abri    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    Le rockeur américain Eddie Money décède à l'âge de 70 ans    Naissance des "Scouts libres"    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Mohamed Charfi à la tête de l'Autorité des élections    Concertation à Béjaïa pour un appel à une grève générale    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    De l'envol à la faillite d'Aigle Azur : Les raisons d'un crash    Logement : la situation empire, comment y remédier ?    Faible taux de participation et indécision totale    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Des habitations sous la menace d'un éboulement: Des habitants de Kouchet El Djir interpellent le wali    Le parti de Benflis: La présidentielle est «la voie la plus réaliste»    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Selon le FFS: La crise a «atteint un stade dangereusement critique»    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Intempéries au centre: Des inondations et des coupures d'eau et d'électricité    L'absence de liberté et de souveraineté persiste    La guerre en Syrie tire à sa fin    Poissons morts découverts aux abords du barrage de Taksebt    De mal en pis !    L'Algérie avait bien avant tiré la sonnette d'alarme…    Rencontres photographiques de Bamako    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    Les Houthis revendiquent une attaque de drones    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Graves révélations de l'avocat du journaliste Adlène Mellah : L'arrestation s'est faite sur la base de réquisitions du 18 février 2018
Publié dans El Watan le 18 - 12 - 2018

Arrêtés le 9 décembre non loin de l'Opéra, à Alger, où ils prenaient part à un rassemblement de soutien aux artistes poursuivis en justice, le journaliste Adlène Mellah, le photographe Abdelaziz Ladjal et Abdelhafid Negrouche, un citoyen qui était à la cafétéria Tantonville, font l'objet d'une comparution immédiate après deux jours de garde à vue au commissariat de Bab El Oued.
Seul Adlène Mellah a été placé sous mandat de dépôt, alors que les deux autres mis en cause ont été laissés en liberté provisoire pour les mêmes inculpations d'«attroupement sur la voie publique», «incitation à l'attroupement», «désobéissance et outrage à la force publique».
L'avocat du journaliste se déclare scandalisé par le contenu des deux réquisitions sur la base desquelles la police est intervenue en cette journée du 9 décembre pour disperser quelques artistes regroupés devant l'Opéra et procéder à l'arrestation de trois personnes, dont le journaliste. «Lisez-bien le contenu de ces deux réquisitions signées par le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh. Les deux sont datées du 13 février 2018 et leur destinataire est le contrôleur Noureddine Berrachedi, chef de la sûreté de wilaya d'Alger (qui n'est plus en poste depuis plus de cinq mois) auquel il est demandé d'utiliser la force publique dès le mercredi 14 février 2018 pour empêcher tout rassemblement ou marche de protestation non autorisés, tenus par des organisations syndicales sur le territoire de la wilaya d'Alger.
Ces réquisitions ont été faites lors des marches des médecins résidents à Alger», explique maître Amine Sidhoum, en se demandant «si la force publique a besoin d'une formation sur la procédure ou si elle fait exprès pour détruire ce qui reste des institutions de l'Etat».
L'avocat ne met pas de gants pour s'en prendre aux services de police qui, selon lui, ont violé le code de procédure pénale. «Ils arrêtent trois personnes, dont le journaliste Adlène Mellah, pour les mêmes griefs et avec des réquisitions illégales, les présentent au juge, qui les inculpe sans voir sur quelle base ils ont agi. Plus grave encore, le magistrat place le journaliste en détention et met en liberté provisoire les deux autres. Peut-on justifier les griefs et les décisions du juge avec des réquisitions datées de février 2018 et de surcroît destinées à un officier de police qui n'est plus en activité depuis quatre mois. Il y a là une flagrante violation de la loi. Les arrestations sont arbitraires et la procédure de comparution immédiate et d'inculpation nulle et non avenue», dénonce l'avocat.
Très en colère, il exhibe un autre document trouvé dans le dossier judiciaire. Il s'agit d'un rapport écrit à la main par un policier et adressé à son chef hiérarchique. Il rend compte du contenu de la discussion entre Adlène Mellah et son épouse, durant sa garde à vue au commissariat. «Comment pourrais-je croire qu'un policier puisse ignorer que la communication entre un prévenu et un de ses proches au niveau de la garde à vue est protégée par l'article 51 bis du code de procédure pénale.
Les policiers savent qu'ils n'ont pas le droit d'écouter les personnes qu'ils mettent en garde à vue. Ils savent que la violation de l'article 51 bis est passible de sanction. Alors non seulement l'agent n'a pas respecté la loi, mais en plus il rédige un rapport à son chef hiérarchique pour l'informer de ce qu'il a entendu, et ce rapport se retrouve dans le dossier judiciaire. Où sommes-nous ? Y a-t-il un état de droit dans ce pays ?» lance Me Sidhoum. Pour ce dernier, le procès d'aujourd'hui «va dévoiler de graves entorses à la loi».
A rappeler qu'Adlène Mellah est déjà sous le coup d'une poursuite judiciaire en raison de ses écrits sur son site électronique. Il avait été placé sous mandat de dépôt durant plus de deux semaines, puis remis en liberté provisoire en attendant son procès prévu au mois de février prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.