Journée d'études en prévision de l'élaboration de l'avant-projet de politique nationale globale de prévention contre la corruption    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Omari exhorte les agriculteurs à s'organiser dans des coopératives spécialisées    La loi sur les hydrocarbures porteuse de 2 messages substantiels pour les investisseurs    Réseaux sociaux: les journalistes appelés à la vigilance pour éviter le piège des fake news    Tissemsilt: marche de soutien à l'élection présidentielle du 12 décembre    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Production oléicole à Tizi Ouzou : 18,2 millions de litres d'huile attendues    Ténès: Le diabète mobilise    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    Plus de 50.000 euros et un pistolet automatique saisis    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Procès houleux de Adlène Mellah et ses deux coprévenus : Une peine de 3 ans de prison requise par le parquet
Publié dans El Watan le 19 - 12 - 2018

Le tribunal de Bab El Oued était cerné, hier matin, par des policiers en civil et en uniforme. Pourtant, il n'y avait pas foule autour de la cette juridiction, érigée au milieu des habitations, devant laquelle le journaliste Adlène Mellah, le photographe Abdelaziz Laadjal et Abdelhafid Benekrouche ont été déférés.
Arrêtés lors d'un rassemblement de soutien au rappeur Réda City 16, organisé par des artistes le 9 octobre dernier devant l'Opéra, à Alger, les trois mis en cause sont poursuivis pour «attroupement non autorisé sur la voie publique», «désobéissance et outrage à des officiers dans l'exercice de leur fonction». Adlène Mellah a été placé sous mandat de dépôt, alors que les autres ont été mis en liberté provisoire. C'est vers 13h30 que les trois prévenus sont appelés à la barre. La salle n'arrivait plus à contenir le monde qui affluait, malgré les filtres dressés par les policiers. Au moins une trentaine d'avocats sont constitués.
La magistrate tente difficilement de ramener à chaque fois le calme et la sérénité dans la salle. Pendant plus de deux heures, le collectif de la défense va essayer de convaincre le tribunal des «vices de forme» qui, selon eux, conduisent à «la nullité» de la procédure. D'abord les deux réquisitions signées par le wali d'Alger le 13 février 2018 et transmise à un chef de sûreté de wilaya, limogé de son poste depuis plus de cinq mois, puis «l'absence de l'ordonnance de mise sous mandat de dépôt dans le dossier, le non-respect de certaines obligations en matière de procédure, en passant par l'inexistence sur le procès-verbal d'audition du nom de l'officier de la police judiciaire». La réponse aux griefs est donnée par le procureur, avant que la parole ne soit donnée aux prévenus. Adlène Mellah va subir une cascade de questions. Les plus nombreuses sont celles du procureur, suscitant tantôt la colère des avocats tantôt celle du prévenu. Le représentant du ministère public va tenter de piéger le prévenu en essayant de démontrer que ce dernier n'a aucune relation de travail contractuelle avec un organe de presse et n'a pas été poursuivi en tant que journaliste. Un débat houleux s'en est suivi, notamment sur la question de la carte de presse qui, selon le procureur, «est totalement différente de la carte professionnelle délivrée par un organe de presse».
Le climat électrique qui régnait suscitait à chaque fois des échanges de propos entre la juge et les avocats, ou entre eux et le procureur. Ce dernier, après avoir exposé les faits et les inculpations retenues, requiert une peine de trois années de prison assortie d'une amende de 10 000 DA contre les trois mis en cause, avant que la trentaine d'avocats ne se succèdent à la barre pour plaider la relaxe. En début de soirée, alors que Me Bouchachi poursuivait sa plaidoirie, la juge le somme à plusieurs reprises de «rester dans les faits». Ses confrères se solidarisent. Ils décident de se retirer. La magistrate va suspendre l'audience durant une quinzaine de minutes avant de revenir pour annoncer la mise en délibéré de l'affaire. Elle a décidé de se contenter des six plaidoiries et a annoncé que le verdict sera connu le 25 décembre. Nous y reviendrons demain avec plus de détails…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.