Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Les (mauvaises) manières du «discours»    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Le bouclier juridique    Vers une seconde conférence internationale    Réception de 3.400 doses    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    9 personnes ont péri noyées    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Retour sur les principaux changements    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chaque nouvelle met en exergue un personnage
Amina Mekahli présente son dernier recueil à Oran
Publié dans El Watan le 23 - 12 - 2018

C'est au niveau du Café littéraire du centre de documentation économique et social d'Oran (CDES) qu' Amina Mekahli, poétesse, écrivaine et chroniqueuse, a présenté, lundi dernier, son nouvel ouvrage, pour la première fois à Oran.
Il s'agit de Les éléphants ne meurent pas d'oubli, un recueil contenant 7 nouvelles, paru à la fin du mois d'octobre dernier aux éditions ANEP. La rencontre a été suivie d'un débat, puis d'une vente-dédicace.
Les 7 nouvelles traitent, dans leur majorité, de l'épineuse question de la rupture amoureuse, a fortiori dans une société conservatrice, où parfois le fait de prononcer le mot «amour» peut être tabou. En effet, le seul fait d'évoquer le mot amour peut constituer une «honte» pour la famille, l'entourage, voire le voisinage, surtout s'il est prononcé par la gent féminine.
Chacune des sept nouvelles met en exergue un personnage, que ce soit Dassine et Yacine, Kahina et Kamel, Fella et Salah, l'obscure M'haji et Safia, le célèbre présentateur radio White Angel et la vieille aux cheveux en désordre, Selim et la femme qui vivait avec les anges, et enfin le vieux Jamil et l'inconnu qui lisait Tolstoï.
Lors des débats qui ont suivi, l'auteure est longuement revenue sur les différentes histoires racontées dans son ouvrage, où le comportement de l'être humain et sa réaction devant la question de l'amour sont très fragilisés face aux interdits, à la violence et au rejet de la société. Pour elle, ces 7 nouvelles sont en fait 7 vies et 7 ruptures.
Chacune d'elles va révéler des personnages qui semblent venir «d'un monde disparu dans le brouillard de l'oubli». De ce fait, ces personnages se trouveront, finalement, enfermés dans des souvenirs. Ces personnages, précise la 4e de couverture, qui sont «enfermés dans le train des souvenirs, nous plongent dans le tunnel de leur mémoire et nous guident vers leurs destinées étranges et fragiles».
Native de Mostaganem, l'auteure, Amina Mekahli, compte dans son parcours littéraire deux autres romans, Le secret de la Girelle (2016) et Nomade brûlant (2017), les deux édités chez l'ANEP. Elle a obtenu en 2017 le Prix international de la poésie LS Senghor à Milan, en Italie, pour son poème Je suis de vous. Elle a, par ailleurs, collaboré dans différents recueils collectifs, dont le dernier, De l'humain pour les migrants, sous la direction de Jean Leznod.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.