CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    483 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Covid-19/sétif: appel aux volontaires médecins et paramédicaux pour prêter main forte au staff médical en activité    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    TIZI OUZOU : Vers l'ouverture de deux nouveaux services Covid-19    TAMANRASSET : Un terroriste capturé à In M'guel    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Cap sur les mines    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    La classe politique sort de sa léthargie    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Démission du ministre de la Justice    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Un recrutement en catimini    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rareté des orthophonistes pose problème
Journée mondiale du bégaiement à Blida
Publié dans El Watan le 22 - 10 - 2009

Ils sont onze orthophonistes à exercer dans le secteur de la santé au niveau de la wilaya de Blida pour une population dépassant le million d'habitants.
Un chiffre en deçà de la forte demande de ces spécialistes dans la prévention et la rééducation des différentes formes des troubles du langage ainsi que les troubles spécifiques d'apprentissage, tels que la dyslexie, la dyscalculie, la dysgraphie et la dysorthographie. Le bégaiement, dont la journée mondiale est célébrée le 22 octobre de chaque année, est surtout l'occasion pour les non-bégayants de prendre conscience des difficultés relationnelles qu'entraîne ce handicap. Moqueries des camarades de classe et des copains du quartier, pression des parents ne comprenant pas ce phénomène, repli sur soi sont autant de phénomènes préjudiciables pour la vie des enfants surtout atteints de ce trouble. Selon des estimations, 1% de la population mondiale bégaierait, soit environ 60 millions de personnes, alors qu'un enfant sur quatre souffre de ce trouble que l'on rencontre souvent chez les garçons que les filles. Toutefois, et même si les spécialistes n'ont pas encore déterminé les causes de ce trouble du langage, il est possible de le contrôler ou de le guérir par des traitements orthophoniques et psychologiques. Malheureusement, une bonne prise en charge de cette pathologie chez nous se fait encore désirée. « Le bégaiement dit physiologique apparaît à l'âge de trois ans avec l'apparition du langage. En essayant d'imiter le langage des adultes, l'enfant va commencer à avaler des mots et à saccader son parler », explique Mme Naït Kaci Fouzia, orthophoniste.
Il existe aussi une autre forme de bégaiement dit génétique. Celui-ci peut apparaître, comme le souligne notre interlocutrice, suiteà un choc émotionnel. Le bégaiement par imitation peut lui aussi s'installer chez l'enfant pour devenir par la suite un véritable trouble. Les psychologues orthophonistes de la wilaya de Blida, tous concentrés au niveau du CHU Frantz Fanon et de Ben Boulaïd, font face à une demande toujours croissante qui demande des conditions de travail adéquates et un matériel psychométrique spécifique. Les orthophonistes de l'unité hospitalière Ben Boulaïd prennent en charge les enfants dans des conditions déplorables qui ne permettent en aucun cas un bon suivi. A cela s'ajoute « le manque de motivation des enseignants qui ne collaborent pas avec nous pour mieux aider l'enfant dans la rééducation du trouble », déplore Melle Hernoufi Hadjer, orthophoniste au niveau de l'unité en question. S'il existe des orthophonistes au niveau du chef-lieu de la wilaya, il n'en est rien au niveau des daïras et communes. Aucun spécialiste n'exerce à Mouzaïa, ni à Oued El Alleug, ni à El Affroun, pour ne citer que ces villes dont le nombre de la population ne cesse de s'accroître. Pourtant, leur apport, surtout en milieu scolaire, est plus qu'une nécessité, un droit. « L'échec scolaire est souvent lié au bégaiement », affirme Melle Hernoufi. Si la règlementation en matière de couverture sanitaire scolaire exige la présence d'un orthophoniste dans l'équipe médicale de l'UDS (Unité de dépistage scolaire), la réalité sur le terrain est toute autre et elle pénalise l'enfant scolarisé, puisque le bégaiement va constituer pour lui un véritable handicap, faute d'une prise en charge. L'université de Blida forme, à elle seule, une centaine d'orthophonistes par an, mais la grande majorité d'entre eux ne sont pas recrutés, faute de postes budgétaires et ce, en dépit de leur « grande » utilité dans la société. Une enseignante, ayant à son actif une trentaine d'années d'expérience professionnelle à Blida, atteste que, durant toute sa carrière, le psychologue n'est passé qu'une seule fois dans son établissement ! « La seule solution pour moi est de faire apprendre à mes élèves atteints de troubles du langage le chant, afin qu'ils puissent se libérer de leur complexe, en attendant des jours meilleurs », nous informera- t-elle d'un air impuissant. .
Abdelkader L., Mohamed Benzerga


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.