La chute finale    Report du procès de Tahkout au 6 juillet    Sonatrach et ENI signent plusieurs accords    Le wali envisage de recourir au confinement partiel par localité    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Du sens du patriotisme en Algérie    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La tablette et les diplômés chômeurs    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    La FAF s'est fixé une date butoir    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19 entreprises françaises au Salon du BTP de Annaba
Publié dans El Watan le 06 - 12 - 2014

Cela dénote que le jumelage entre les villes des deux pays, telles que Annaba et Saint-Etienne, n'est désormais plus limité aux échanges culturels mais aussi aux affaires économiques.» C'est ce qu'a déclaré, à El Watan, Franck Simaer, le nouveau consul général de France à Annaba, en marge d'un déjeuner organisé jeudi dans la salle Philippe Muray de la résidence consulaire.
A ce propos, le jeune diplomate, qui depuis quatre mois est consul général en titre à Annaba, estime : «Le renforcement de la diplomatie économique entre la France et l'Algérie est ma raison d'être à la tête du consulat général de France à Annaba. Il va sans dire que cela nécessite une facilitation de la mobilité entre les deux pays, incontournable pour le soutien aux éventuels projets économiques mixtes, notamment dans la région nord-est de l'Algérie.»
Communicatif et accueillant, le nouveau consul général a été tout ouïe à ses invités de Annaba, Constantine, Skikda et Guelma, essentiellement des femmes et des hommes d'affaires qui n'ont pas hésité à aborder cet aspect. Il en est ainsi de Tayeb Sahtouri, président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) Seybouse de Annaba, qui s'est interrogé sur la réticence des hommes d'affaires français à investir dans la région de Annaba.
Faciliter l'octroi des visas
«Moi-même et mon épouse étions réticents à nous y installer de par l'image médiatique véhiculée par la presse étrangère. Sitôt venu, j'ai eu un choc positif qui m'a amené, ainsi que ma femme, à changer radicalement d'avis. C'est le cas pour les chefs des entreprises françaises.
A l'occasion du prochain Salon, ces derniers constateront la réalité qui est toute autre.
Je serai là pour les assister et répondre à toutes leurs interrogations pour d'éventuelles affaires à saisir dans la région. Ils seront entendus et accompagnés dans toute la mesure de mes moyens», a expliqué Franck Simaer. Inévitable, le sujet des visas a eu également sa part des discussions où le même diplomate a promu plus d'une mesure allant dans le sens de la facilitation. «Je suis d'un tempérament facilitateur. Je ne lésine pas sur l'effort et les moyens pour régler plusieurs problèmes ayant trait au visa.
Par exemple, je me suis mis d'accord avec le recteur de l'université de Sidi Amar pour qu'il délivre une attestation accompagnant le dossier de chaque enseignant demandeur de visa. Cela simplifie totalement la procédure. La mobilité des membres d'une même famille est un autre problème à régler. Cela est valable pour d'autres catégories.
Cependant, cet effort sera consenti non sans abandonner les procédures de contrôle d'usage au niveau du centre TLS et au service visa du consulat», a-t-il promis. Au terme de cette rencontre, le nouveau consul de France a rappelé que «des efforts ont déjà été consentis dans ce domaine, où on enregistre un taux d'acceptation de demandes de visa de 75%, soit quelque 70 000 visas accordés par année».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.