Algérie-Maroc : la (maigre) réponse de Bouteflika à Mohamed VI    Ould-Abbès toujours secrétaire général    Arrestation d'un ex-maire et député    Le FLN et le RND en rouleaux compresseurs    Où est passé le dinar ?    Le renseignement douanier au menu du dialogue 5+5    Les Verts face à leur destin    «Je vois un changement par rapport au passé»    Taoussi vers la porte de sortie    Sachez que…    Création d'un centre de chirurgie pédiatrique en Algérie    Un trentenaire retrouvé pendu chez lui à Belkheïr    Entre blagues, caricatures et ironiques retours de bâton    Bab-el-Oued chouhada    Raser sa barbe ? Pas question !    Le temps n'a pas d'âge    Nouvelles d'Oran    24 heures    Football - Ligue 1: Le NAHD surprend l'ESS, l'ASAM respire    Lutte contre le commerce de stupéfiants: Six dealers arrêtés et des psychotropes saisis    Mostaganem: Des malades en danger    Pour la fréquence élevée d'effets secondaires: Retrait définitif de deux traitements anti-cancéreux    Qui a tué John Fitzgerald Khashoggi ?    Sécurité des vols: L'UGTA défend Air Algérie    ASM Oran: Sid Ahmed Slimani à la barre technique    Colloque sur la «Sira ennabawiya»: Plaidoyer pour l'unité dans l'Islam    USA : La production record de pétrole brut tire les stocks à la hausse    Atelier de formation de gestion associative    Succès des premiers tests des projets e-éducation et e-santé via Alcomsat-1    Zetchi appelle les Verts à faire preuve de combativité sur le terrain    La JSMB se neutralise à domicile avec l'ESM    Violences après le match USMA-CSC: 30 personnes arrêtées et 10 policiers blessés    La production du fer et de l'acier relancée    Déces : Le journaliste d'El Khabar Mohamed Cherak n'est plus    Le traité constitutif de l'UA doit "être préservé de toute révision"    43e Eucoco : Mme Feroukhi souligne le rôle de la conférence dans la sensibilisation sur le conflit    Une délégation de la Fédération internationale des journalistes, en visite à Ramallah    Washington vote contre une résolution de l'ONU condamnant Israël sur le Golan    Conférence de Palerme sur la Libye : Les divisions étalées au grand jour    3e phase de la 24e opération de relogement d'Alger: Quelques 70 familles seront relogées lundi prochain    Affaire Skripal : Zakharova qualifie de "blague" la nouvelle enquête de Bellingcat    La tenue d'un vote de défiance contre May "probable"    Noureddine Bedoui : "Les valeurs de l'ANP sont un précieux acquis à préserver "    Hamadou Lazhar, élu candidat du FLN    Da Méziane, c'est le «Djihad», l'engagement et la modestie personnifiés    La 2e édition s'ouvre à Alger    CNAL et Commission de visionnage des films    La nouvelle pièce "Sekta" de Tounès Aït Ali présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn Beïda (Oum El Bouaghi) : L'EMAB au bord de l'asphyxie
Publié dans El Watan le 16 - 01 - 2010

L'entreprise de menuiserie aluminium et bois de Aïn Beïda (EMAB) vit, depuis plusieurs années, une situation dramatique du fait des charges et des dettes fiscales et parafiscales qui l'accablent.
Créée en 1976, l'EMAB, anciennement société nationale du liège et du bois (SNLB), occupe une superficie totale de près de 14 ha. Construite par l'entreprise allemande BUM, la SNLB avait employé au départ 600 personnes entre ouvriers, techniciens et cadres administratifs, qui avaient pour la plupart bénéficié d'une formation à l'étranger. En phase opérationnelle, l'usine a réalisé pour le compte de nombreuses sociétés, notamment celles chargées de la construction, des portes, fenêtres et vasistas. Même des particuliers y ont eu recours pour la fabrication de tout ce qui relève de la menuiserie. Les vrais problèmes de l'entreprise ont commencé en 2001, et ce suite au dégraissement des effectifs, lié soit au départ volontaire des uns, soit à la retraite pour d'autres. Contrairement à la CABAM de Aïn M'lila, qui a pu « surfer » sur la crise économique d'alors, l'EMAB de Aïn Beïda n'a pu éluder certaines contraintes. Avec sa filialisation en entreprise nationale de menuiserie générale de production (ENMGP), elle a hérité d'un lourd découvert, ce qui a influé négativement sur son rendement et sa productivité.
Aujourd'hui, elle emploie 90 personnes uniquement, dont plus de la moitié est affectée à la sécurité et à l'administration. Sa situation financière est telle qu'elle ne peut ni acheter la matière première, essentielle à sa survie, ni s'acquitter des dettes fiscales et parafiscales, comme nous a confié un ouvrier. Par ailleurs, le syndicat et le comité de participation de l'entreprise souhaitent un assainissement financier, ou du moins le report du paiement des dettes afin de permettre à celle-ci d'activer et d'honorer les marchés engagés avec les promoteurs et/ou entrepreneurs du bâtiment, condition sine qua non à une réelle relance de l'usine. En marge du 7e congrès de l'UGTA, tenu dernièrement à Oum El Bouaghi, le PDG (groupe bois) n'a pas éloigné la possibilité de sauver l'entreprise. Cela va-t-il se traduire par une aide financière conséquente, à même de sauvegarder l'outil de travail de l'entreprise ? Toutes les propositions seront étudiées localement et en haut lieu pour éviter la fermeture de l'usine, l'un des premiers fleurons de l'industrie naissante à Aïn Beïda. Pourvu qu'elle ne connaisse pas le même sort que l'Elatex, l'Ecotex, la SNAI et la SNTR, toutes quatre dissoutes au grand dam de plusieurs centaines de travailleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.