FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix du mouton inaccessible pour les petites bourses
Publié dans El Watan le 20 - 09 - 2015

A peine quelques jours nous séparent de la célébration de la fête de l'Aïd El Adha fixée à jeudi prochain, les pères de famille à faibles revenus sont dans l'expectative, tourmentés par la flambée des prix dans les marchés à bestiaux. Ils ont beaucoup de mal à faire face aux dépenses liées à la célébration de cette fête religieuse, dont le sacrifice du mouton demeure l'acte rituel principal pour agrémenter les festins rassemblant ainsi la famille entière autour de la même table.
Aussi, le mouton acheté la veille de l'Aïd devra rendre le sourire et la joie aux enfants. Pour avoir un aperçu des prix affichés au niveau du soi-disant souk à bestiaux de Médéa, on s'est rendus, jeudi dernier, sur le site situé sur les hauteurs du quartier Cheracheria, à quelques encablures du centre-ville de Médéa.
A notre arrivée sur les lieux, on était déjà confrontés à un impressionnant et pénible embouteillage s'allongeant sur plusieurs kilomètres, accentué par un stationnement anarchique sur les deux côtés de la chaussée trop étroite, et ce, en l'absence totale de service d'ordre, laissant des adolescents se proclamant gardiens faire leur loi. Le chemin sinueux et escarpé mène au sommet de la colline, où une plateforme a été aménagée pour la circonstance en point de vente du cheptel.
La pente raide et dangereuse donne beaucoup de mal et de vertiges aux chauffeurs de camionnette transportant les têtes d'ovins et de caprins, croisant difficilement d'autres véhicules sur leur chemin du retour. Les nombreux acheteurs, qui affluaient de toutes les directions, n'avaient pas d'autre choix que de se convertir en alpiniste pour atteindre le sommet de cette colline dite Setara à leurs risques et périls.
Des moutons jusqu'à 70 000 DA
Plusieurs citoyens, revenus bredouilles du site, ont dû certainement renoncer à l'idée de répondre aux vœux de leur progéniture en leur achetant le fameux bélier aux longues cornes. Car les prix, cette année, oscillent entre 30 000 et 70 000 DA, et encore plus si la bête est forte. Une véritable saignée pour les bourses des ménages qui ont été déjà ébranlées, il y a quelques jours à peine, par la rentrée scolaire.
Un enseignant interrogé sur place nous déclare qu'il est là depuis plus de deux heures, tournant en rond, faisant tout le marché, ne trouvant jusqu'à présent aucun mouton qui réponde aux économies en sa possession, soit trop petit pour son prix où trop cher.
C'est une véritable hémorragie des portefeuilles ! ls sont hors de prix pour notre pouvoir d'achat. Un autre, très déçu, se mêle à la discussion : «Je ne comprends pas ce qui se passe dans notre pays. Les prix ont presque doublé par rapport à l'année passée. Pourtant, il s'agit d'un produit provenant de notre élevage.»
De leur côté, les éleveurs se défendent, pointant du doigt le secteur de l'agriculture qui n'avait pas pris, selon eux, les dispositions nécessaires au moment opportun pour endiguer la flambée des prix des aliments de bétail, laissant les intermédiaires spéculateurs faire leur beurre sur le dos des éleveurs.
Cette situation anachronique va priver de nombreuses familles aux revenus modestes d'accomplir ce rite religieux. Certaines familles, qui se rabattaient autrefois sur la brebis malgré sa vente interdite pour le sacrifice de l'Aïd en raison de son poids qui varie entre 25 et 30 kg et aussi pour son prix relativement moins élevé, ne le font plus. Cette opportunité n'est malheureusement pas aussi accessible aux bourses moyennes.
D'autres citoyens n'ont d'autre choix que de se rabattre sur les caprins pour le rituel de l'Aïd, étant donné que leurs prix n'ont pas tellement augmenté. Enfin, pour certains «rusés», ils attendront, dit-on, l'avant-dernier jour de la fête pour décider ou pas de l'achat du fameux mouton. Ils espèrent une chute des prix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.