Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Est-ce la fin de l'anarchie ?
Publié dans El Watan le 04 - 10 - 2015

Le rapport sur la saison estivale établi par la commission de l'hydraulique, agriculture, forêts, pêche et tourisme de l'assemblée populaire de la wilaya de Jijel et les débats qui ont suivi sa présentation mercredi dernier à l'occasion de la 3ème de cette assemblée, ont convergé vers un constat peu reluisant quant au déroulement de la dernière saison estivale. L'anarchie caractéristique depuis quelques années dans la wilaya à cause des squats des plages, chaussées, trottoirs et autres espaces dans une impunité totale, a été fortement relevée en dépit des timides tentatives du directeur du tourisme d'enjoliver la situation de la dernière «souffrance» estivale.
Bien plus, l'intervention du wali, est allée dans le sens tracé par la commission de l'APW – qu'il ne manquera pas d'ailleurs de féliciter le travail – précisant tout de même qu'il ne s'agit pas là de la seule responsabilité du secteur du tourisme appelant à l'occasion l'implication à l'avenir de tout le monde à savoir les directeurs de l'exécutif, les présidents d'APC, chefs de daïras et services de sécurité.
D'aucuns ont qualifié la préparation de la saison estivale de bricolage projetant à l'occasion la dégradation des équipements sensés être opérationnels sur le littoral et particulièrement près des plages autorisées à la baignade.
Ces dernières ne représentent que 44% des 50 plages existantes dans la wilaya alors que la simple réalisation des équipements nécessaires en ferait des espaces surveillés. Il y a lieu à ce propos de relever que 12 décès par noyade sur les 18 enregistrés durant la dernière saison estivale se sont produits dans des plages non surveillées. La commission de l'APW a relevé par ailleurs la non-conformité de près de 5% des analyses bactériologiques des eaux de baignade notamment dans des plages surveillées et autorisées à la baignade comme celle de Kotama dans la ville de Jijel qui reçoit les rejets des eaux usées de l'oued Kantara.
On notera aussi les rejets existants à Ouled Bounar (Jijel), Les Aftis et Rocher Noir (El Aouana), Sidi Abdelaziz, El M'Zaïr (El Kennar) et Plage Rouge (Ziama Mansouria). Pour la propreté d'une manière générale, la situation a été catastrophique ont affirmé les élus de l'APW s'étonnant par la même sur le manque de suivi du travail des agents engagés pour cette opération qui n'a été constatée sur le terrain que durant le mois de juin !
Le plan de circulation à revoir
L'exaspérante situation de la circulation automobile durant la saison estivale a été pointée du doigt afin que des solutions soient trouvées notamment à l'entrée de la ville de Jijel, au centre-ville, au carrefour de Bordj Blida (El Aouana) et enfin à Dar l Oued (grottes Merveilleuses) et Ghar el Baz (Ziama Mansouria).
Si pour Ghar El BAz le directeur des travaux publics, a justifié le retard de la réception du viaduc en cours de construction, il reste que les autres points nécessitent des mesures urgentes pour atténuer les souffrances des estivants. Pour la ville de Jijel, la commission a recommandé de revoir le plan de circulation de la ville jugé inadéquat. Avec le retard dans le démarrage des trémies prévues dans la ville, les embouteillages auront assurément encore des jours devant eux.
Le wali qui n'est arrivé dans la wilaya qu'à la mi-août, a déclaré à propos de la saison estivale que «ce n'était joli à voir du tout» et d'ajouter qu'il espère que la prochaine saison «ne sera pas comme celle qui vient de s'achever.» Désormais, dira-t-il «chacun son boulot». Des directives ont été données précisera-t-il pour que l'année prochaine tout sera organisé minutieusement en mettant à contribution tout le monde.
La location des parasols ne fera aux bouts des plages selon une formule qu'on trouvera, affirmera-t-il, mais il n'est pas question que les plages soient occupées tranchera-t-il. Le wali abordant les retombées sur les collectivités dira que ce qu'ont pu encaisser nos communes est ridicule alors que des milliards sont gagnés sur le dos de l'état puisqu'il s'agit d'espaces publics !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.