Exploitation de l'or: respecter le cahier des charges pour préserver cette richesse minière    Benbouzid: le ministère disposé à consolider les relations avec les associations des cancéreux    Retour en classe. Les Etudiants Vont-ils Faire leur Rentrée?    Le gouvernement sahraoui condamne "les allégations mensongères" du PM marocain    Laïb destitué de la présidence de l'USM El Harrach : Un directoire prend les commandes    CR Belouizdad : Saâd s'engage pour 4 ans    CAN-U20 : Les Verts entament un stage à Alger    FLN : Baadji soutient le projet de révision de la Constitution    Boukadoum reçu par le chef du Gouvernement tunisien    Covid-19: 146 nouveaux cas, 102 guérisons et 5 décès    Des peines de prison pour usurpation de fonction au ministère de la Justice    Atletico Madrid : Simeone juge les débuts de Luis Suarez    INVESTIGATIONS LIEES A LA CYBERCRIMINALITE : Des juges algériens prennent part à un atelier international    STATIONS SERVICES : Vers la suppression de l'essence super avec plomb    Real Madrid : Toni Kroos blessé !    Organisation d'examens pour les étudiants résidant dans le Sud    L'UNOA boycotte l'activité judiciaire au niveau national    Lutte contre la rage: atteindre l'objectif de "zéro cas" en Algérie    Naples : Revirement de situation pour Koulibaly ?    Amaaaar ! Parloir ! C'est pour la passation de consignes !    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    Adel Kansous, nouveau P-dg de l'Anep    Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Belhoucini à Umm Salal, c'est fait !    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Visite du président du gouvernement espagnol    Hamidou appelle à la promotion d'un tourisme responsable et durable    Les partenaires sociaux pas très convaincus    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    "Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"    Actucult    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mutisme !    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les contaminations continuent de baisser    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La confusion perdure en Libye
Publié dans El Watan le 20 - 03 - 2016

«Nous avons déjà convenu avec la direction de la sécurité de Tripoli sur la mobilisation d'une unité de l'armée et un régiment de police pour protéger le gouvernement à Tripoli», a indiqué El Sarraj à la sortie de sa rencontre avec le chef du gouvernement tunisien, Habib Essid, hier à Tunis. «La mission du comité des arrangements sécuritaires prend fin avec l'entrée du gouvernement à Tripoli», a-t-il ajouté.
El Sarraj veut entrer à Tripoli avec le soutien de la communauté internationale, malgré le refus d'une bonne partie des belligérants, aussi bien à l'Est qu'à l'Ouest libyens.
A l'Est, le Parlement de Tobrouk refuse d'entériner le gouvernement El Sarraj, avant l'amendement de l'accord de Skhirat concernant la nomination de l'état-major de l'armée. C'est le Parlement qui a désigné le général Haftar à la tête de l'armée. Le Parlement veut garder ses prérogatives et préserver la hiérarchie militaire comme elle se présente aujourd'hui. A l'Ouest, le gouvernement de Khalifa Ghouayl, issu du Congrès national général (CNG), refuse l'accord de Skhirat et se considère comme étant la seule autorité légitime en Libye. Ghouayl est soutenu par le président du CNG, Nouri Bousahmine, et quelques leaders de milices comme Salah Badi, originaire de Misrata. Par contre, plusieurs autres forces, à Tripoli et Misrata, sont favorables à l'entrée du gouvernement El Sarraj à Tripoli, comme le président nommé au Conseil d'Etat, Abderrahmane Souihli.
Situation de fait accompli
«Ce sont surtout les Frères musulmans, leur Parti de la justice et de la construction (PJC) et la ville de Misrata qui sont favorables à cette démarche, dans la mesure où ils sont fortement représentés dans le gouvernement El Sarraj», explique le politologue libyen Ezzeddine Aguil, qui considère que la partie n'est pas encore gagnée pour El Sarraj et Kobler. Aguil s'interroge par ailleurs sur la réaction de Abdelhakim Belhaj : «Le patron du parti El Watan mais, surtout, le chef d'une forte milice qui domine l'aéroport et la base militaire de Myitiga à Tripoli ont cosigné, la semaine dernière, un mémorandum contre le gouvernement El Sarraj avec des personnalités comme Mahmoud Jibril, président de l'Alliance des forces nationales.»
Pour expliquer son soutien à l'entrée d'El Sarraj à Tripoli, malgré la non-application des clauses de l'accord de Skhirat — notamment l'obtention de la confiance du Parlement de Tobrouk —, Kobler dit qu'il ne s'agit pas de vérifier les papiers d'une ambulance qui va intervenir en situation d'urgence. «Il s'agit surtout d'organiser les forces qui vont s'opposer à l'avancée de Daech en Libye», ajoute Kobler. Laquelle affirmation a suscité l'interrogation du politologue Aguil : «La politique du fait accompli et l'utilisation de milices pour protéger le gouvernement El Sarraj sont-elles la bonne solution pour légitimer ce gouvernement en Libye ?»
Réserves de l'Est
La démarche entreprise par El Sarraj et Kobler est contestée par les forces politiques et militaires de l'Est libyen, notamment à Benghazi. Ce rejet s'est renforcé après les victoires enregistrées ces dernières semaines par les troupes du général Haftar contre Daech et de Fajr Libya à Benghazi, quasi libérée. «Les milices de Daech et de Majliss choura Benghazi sont encerclées dans trois petites enclaves à Sabri (marché aux poissons), Gaouarcha et l'usine de ciment», rapporte la journaliste de dune-voices, Hanin Baraassi, présente sur place à Benghazi.
D'autres informations en provenance de l'Est libyen et relayées par dune-voices font état que Haftar est en train de monter une force militaire pour libérer Syrte. Lequel régiment serait rallié par d'anciens soldats de toutes les régions libyennes. «Haftar est déjà incontournable en Libye. S'il parvient à attaquer Syrte, il deviendra l'homme de la nouvelle libération», estime le politologue Ezzeddine Aguil. Mais, s'interroge-t-il, en a-t-il les moyens ? La situation libyenne est encore confuse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.