L'Etat signe les décrets validant les avenants de ces contrats    La démocratisation est-elle soluble dans le pétrole ?    Mise en garde contre l'impact des réseaux sociaux sur la cohésion de la société    Pas d'entente actuellement sur l'interdiction des armes nucléaires    Mahrez absent du déplacement de Gaborone    MCA - CABBA délocalisé au stade Omar-Hamadi    13 personnes sauvées en 24 heures à Constantine    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Remise des prix et hommage à Moussa Haddad    Des clichés immortalisant la beauté de l'Algérie    Judo / Open africain 2019 de Dakar : les Algériens Rebahi et Ezzine en or    Détérioration du passage «provisoire» sur l'oued Tamendjar à El Ancer (Jijel) : Financer en urgence un pont vital    Faire du partenariat avec les start-up "un chantier ouvert" à toutes les volontés sincères    "El-Mouggar-2019", point de départ du processus d'intégration économique africaine    Présidentielle du 12 décembre : signature par les médias de la charte d'éthique des pratiques électorales    France 24, Le Drian et Tebboune ..!    Marches pacifiques à Batna, Tébessa et Bordj Bou Arreridj    PRESIDENTIELLE : Bengrina promet un développement global    Tebboune lâché par son Directeur de campagne    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Les 5 candidats signent la Charte d'éthique    LOGEMENTS AADL 2 : Ouverture du site pour le retrait des attestations de pré-affectation    SE PLAIGNANT DE LEUR SITUATION : Les imams menacent de recourir à la grève    Belkacem Sahli trompé par son notaire    mca : Sakhri «On a eu l'accord de Medouar pour jouer le CABBA à Bologhine»    NAHD : Saoudi : «Prêts à saisir la justice pour récupérer le bilan»    JSK : Mohamed Al Tubal nouvelle recrue    Les Chiliens appelés aux urnes pour voter une nouvelle Constitution    Les manifestants durcissent leur mouvement    Le pays "ne sera plus le même" après la contestation    Qui est responsable, Air France ou Czech Airlines ?    Une élue FLN écartée de l'exécutif de l'APW    Appel à un sit-in devant le siège de Total à Montréal    Les assurances du ministère de la Santé    Un livre révèle l'infiltration des Emirats en Algérie    La sexualité dans la société arabo-musulmane : tabou, obsession, honte et honneur    "J'ai voulu raconter cette ville qui m'habite encore"    Participation de quatre artistes algériens    Ouverture prochaine d'une direction régionale de l'Onda à Béchar    El Harrouch: Camion contre voiture, 3 morts et 2 blessés    Pour fraude fiscale de plus de 670 milliards de centimes: Cinq personnes arrêtées dont trois employés des impôts    Agressions et vols, deux arrestations    Ligue 1 - Match retard PAC - USMBA: Encore une bourde de la LFP !    Human Rights Watch: La «vague d'arrestations vise à affaiblir toute tentative d'opposition»    Concours de la calligraphie arabe    Chikhi Kamel-Eddine, nouveau P-dg    Belkaroui et Zerdoum suspendus trois matchs    La présence américaine en Syrie conduirait à une résistance armée populaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La confusion perdure en Libye
Publié dans El Watan le 20 - 03 - 2016

«Nous avons déjà convenu avec la direction de la sécurité de Tripoli sur la mobilisation d'une unité de l'armée et un régiment de police pour protéger le gouvernement à Tripoli», a indiqué El Sarraj à la sortie de sa rencontre avec le chef du gouvernement tunisien, Habib Essid, hier à Tunis. «La mission du comité des arrangements sécuritaires prend fin avec l'entrée du gouvernement à Tripoli», a-t-il ajouté.
El Sarraj veut entrer à Tripoli avec le soutien de la communauté internationale, malgré le refus d'une bonne partie des belligérants, aussi bien à l'Est qu'à l'Ouest libyens.
A l'Est, le Parlement de Tobrouk refuse d'entériner le gouvernement El Sarraj, avant l'amendement de l'accord de Skhirat concernant la nomination de l'état-major de l'armée. C'est le Parlement qui a désigné le général Haftar à la tête de l'armée. Le Parlement veut garder ses prérogatives et préserver la hiérarchie militaire comme elle se présente aujourd'hui. A l'Ouest, le gouvernement de Khalifa Ghouayl, issu du Congrès national général (CNG), refuse l'accord de Skhirat et se considère comme étant la seule autorité légitime en Libye. Ghouayl est soutenu par le président du CNG, Nouri Bousahmine, et quelques leaders de milices comme Salah Badi, originaire de Misrata. Par contre, plusieurs autres forces, à Tripoli et Misrata, sont favorables à l'entrée du gouvernement El Sarraj à Tripoli, comme le président nommé au Conseil d'Etat, Abderrahmane Souihli.
Situation de fait accompli
«Ce sont surtout les Frères musulmans, leur Parti de la justice et de la construction (PJC) et la ville de Misrata qui sont favorables à cette démarche, dans la mesure où ils sont fortement représentés dans le gouvernement El Sarraj», explique le politologue libyen Ezzeddine Aguil, qui considère que la partie n'est pas encore gagnée pour El Sarraj et Kobler. Aguil s'interroge par ailleurs sur la réaction de Abdelhakim Belhaj : «Le patron du parti El Watan mais, surtout, le chef d'une forte milice qui domine l'aéroport et la base militaire de Myitiga à Tripoli ont cosigné, la semaine dernière, un mémorandum contre le gouvernement El Sarraj avec des personnalités comme Mahmoud Jibril, président de l'Alliance des forces nationales.»
Pour expliquer son soutien à l'entrée d'El Sarraj à Tripoli, malgré la non-application des clauses de l'accord de Skhirat — notamment l'obtention de la confiance du Parlement de Tobrouk —, Kobler dit qu'il ne s'agit pas de vérifier les papiers d'une ambulance qui va intervenir en situation d'urgence. «Il s'agit surtout d'organiser les forces qui vont s'opposer à l'avancée de Daech en Libye», ajoute Kobler. Laquelle affirmation a suscité l'interrogation du politologue Aguil : «La politique du fait accompli et l'utilisation de milices pour protéger le gouvernement El Sarraj sont-elles la bonne solution pour légitimer ce gouvernement en Libye ?»
Réserves de l'Est
La démarche entreprise par El Sarraj et Kobler est contestée par les forces politiques et militaires de l'Est libyen, notamment à Benghazi. Ce rejet s'est renforcé après les victoires enregistrées ces dernières semaines par les troupes du général Haftar contre Daech et de Fajr Libya à Benghazi, quasi libérée. «Les milices de Daech et de Majliss choura Benghazi sont encerclées dans trois petites enclaves à Sabri (marché aux poissons), Gaouarcha et l'usine de ciment», rapporte la journaliste de dune-voices, Hanin Baraassi, présente sur place à Benghazi.
D'autres informations en provenance de l'Est libyen et relayées par dune-voices font état que Haftar est en train de monter une force militaire pour libérer Syrte. Lequel régiment serait rallié par d'anciens soldats de toutes les régions libyennes. «Haftar est déjà incontournable en Libye. S'il parvient à attaquer Syrte, il deviendra l'homme de la nouvelle libération», estime le politologue Ezzeddine Aguil. Mais, s'interroge-t-il, en a-t-il les moyens ? La situation libyenne est encore confuse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.