Réunion du Gouvernement: Des mesures d'urgence pour l'industrie et l'agriculture    Le président de la CIPA: «L'objectif premier c'est de combattre la bureaucratie»    Habitat: Les logements LPL font jaser    Revirement ou tactique ? Mohamed VI feint l'apaisement    Lamamra en Egypte: Libye, Tunisie et coopération au menu    Le président Kaïs Saïed rassure: «La Tunisie est sur le bon chemin»    Football - Ligue 1: La relégation hante les esprits    La bonne affaire pour l'Afrique ?    Analyses médicales, tests antigéniques et PCR: Les assurances sociales appelées à faire plus    Un dentiste dément les rumeurs: «Aucun danger de l'anesthésie buccale sur les vaccinés»    Richesses humaines ensevelies    La démocratie en terre d'islam : «Allah ghaleb est inscrit sur tous les fronts» !    Mettez fin à l'occupation du Sahara occidental    Le dinar reprend du poil de la bête face au dollar    Abdelkrim Fergat aux repêchages    Cinquième or pour Dressel    Le trophée pour Zverev    Le temps des solidarités    Alger-Tripoli    Les grandes urgences du secteur de l'industrie    On vaccine les zones d'ombre    Les médecins de la diaspora attendent le feu vert    50000 Employés risquent le chômage    Le formidable élan de solidarité des Algériens    37 décès et 1.172 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 200.000 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire    L'ONU salue une « réalisation historique » en Libye    Mémoire et traumatisme de guerre    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Le TNA et le Cadc optent pour le virtuel    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre prochain    L'échec de Flissi    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Tennis : Djokovic repart bredouille, et blessé    L'AS FAR valide son billet    Les prix à la consommation en baisse de 1,1% sur un mois en juin    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Retrait de l'accréditation en Algérie    Al Arabia interdite en Algérie    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie-Chine : Si loin de l'esprit de Bandung
Publié dans El Watan le 27 - 05 - 2016

Alors que la polémique sur le montage financier du futur port commercial à El Hamdania(1) a fait resurgir la peur de voir les Chinois mettre la main sur un secteur stratégique, Nadia Chettab, professeure d'économie à l'université Badji Mokhtar d'Annaba, a rappelé mardi lors d'une conférence présentée à l'Institut français d'Alger, combien la stratégie de la Chine en Afrique, «mondiale», est «bien loin de l'esprit de Bandung».
Youcef Benabdellah, professeur à l'Ecole nationale supérieure des statistiques et d'économique appliquée (Enssea), aussi présent à la rencontre résume l'idée plus crûment : «L'Afrique est en train de changer de maître avec l'illusion d'un meilleur partage venant d'un pays autrefois pauvre. Mais cette époque-là est revolue. Sur les 54% de croissance mondiale générés par les BRICS chaque année, 42 points sont réalisés par la Chine. Autrement dit, elle a aujourd'hui le rôle des Etats-Unis d'il y a 20/25 ans.» Depuis la crise de 2008, la Chine a mis fin au modèle de croissance extravertie pour se recentrer sur son marché intérieur et lancer de nouveaux processus de coopération à l'international.
Premier fournisseur de l'Algérie depuis 2013, Pékin a signé 15 protocoles d'accord avec Alger et réussi pour la première fois en 2015 à obtenir une participation de l'Algérie au sommet du Forum sur la coopération Chine-Afrique (FOCAC). Les échanges commerciaux entre les deux pays sont passés de 200 millions de dollars en 2000 à 10 milliards en 2014 — avec un net avantage au profit de la partie chinoise. Faut-il se méfier de Pékin ? Voilà en tout cas ce qu'il faut savoir.
Les aides que la Chine accorde à l'Afrique n'en sont pas vraiment
Le dispositif d'aide à l'Afrique repose sur deux grands principes, la non-ingérence et des relations diplomatiques très fortes, et sur le Forum de coopération Chine-Afrique. Ce dernier dispose de fonds d'aide extérieure géré par deux institutions : le ministère des Finances et la banque publique China Exim Bank. «Pendant que le premier propose des prêts sans intérêt et des aides sans contrepartie, la seconde fait des offres très alléchantes de prêts à taux préférentiels, précise Nadia Chettab. Sauf qu'à l'arrivée, ces aides n'en sont pas vraiment. Car c'est la Chine qui désigne les projets qu'elle va financer dans le pays qui est censé profiter de l'aide.
Et elle ne choisit bien sûr que des projets rentables. Elle injecte de l'argent qui revient ensuite dans ses caisses par remboursement pendant que le pays à qui elle prête ne reçoit, lui, que des infrastructures.» Preuve que tout est pensé pour que l'argent reste en Chine : le mécanisme de prêt aux pays dits «à risques», ou prêt contre ressources. En clair, pendant que l'Exim Bank prête l'argent et que les entreprises chinoises réalisent les travaux, la Chine prélève les ressources naturelles du pays pour les revendre sur le marché international et ainsi rembourser la banque.
La Chine n'investit pas,elle fait de la prestation de service
Contrairement à l'image qu'elle cherche à donner, la Chine investit très peu – elle se classe 6e investisseur en Afrique – et ses IDE se concentrent sur très peu de secteurs : le minier, les industries manufacturières, et la construction. En Algérie, par exemple, la Chine n'investit que dans les hydrocarbures. Son déploiement s'appuie sur des leviers stratégiques qui sont ses entreprises publiques, très puissantes et très actives à l'international. Elles sont à l'origine de 70% des IDE dans le monde.
Si les chiffres officiels font état de 793 entreprises chinoises en Algérie, ce sont des entreprises-réseaux, c'est-à-dire des filiales. Au total, on ne peut vraiment compter qu'une centaine d'entreprises. La Chine regarde avant tout l'Afrique comme un réservoir de matières premières nécessaire à sa croissance et un débouché pour son industrie manufacturière. Le transfert de savoir-faire et de technologies ne fait pas partie des contrats.
Comme le soulignaient Serge Michel et Michel Beuret dans leur livre La Chinafrique, «La Chine voit plus loin. Ses objectifs dépassent les anciens précarrés coloniaux et elle déploie une vision continentale à long terme. Certains n'y voient qu'une stratégie (…). D'autres croient sincèrement aux partenariats «gagnant-gagnant», (…). De fait, la Chine ne fait pas que s'emparer des matières premières africaines. Elle écoule aussi ses produits simples et bon marché, retape les routes, les voies ferrées, les bâtiments officiels.»
La Chine a inversé la structure des importations algériennes
«Au fil des années, l'augmentation continue des importations a apporté des changements structurels dans notre économie, relève l'enseignante. Tout ce qui a été perdu par les pays de l'OCDE a été pris par la Chine.» Les importations en valeur ont été multipliées par 24, à un rythme annuel moyen de 37,6% contre 16,9% pour le reste du monde. Problème : avec la Chine, la balance commerciale est systématiquement négative et à partir de 2007, le déficit commence à se creuser, passant d'un peu plus de 264 millions à plus de 2,5 milliards de dollars.
L'Algérie n'est pas bien armée pour résister
«Contrairement à d'autres pays africains, l'Algérie n'a jamais profité des lignes de crédit accordées par la Chine. Elle a même financé sur son propre budget toutes le prestations de service, comme la construction de l'autoroute Est-ouest et la grande mosquée», relève Nadia Chettab. Pourtant, l'Algérie pourrait méditer «la façon dont un pays comme la Chine a opéré les transformations structurelles dans son économie», note par ailleurs Youcef Benabdellah. «La Chine est aujourd'hui capable de servir des marchés low-cost et des marchés plus sophistiqués en proposant deux types de produits. Pendant que nous, nous continuons à exporter nos ressources naturelles.» Nadia Chettab.en est pourtant convaincue : «L'avenir de l'économie algérienne est lié à la Chine.
Elle peut être un tremplin à condition qu'elle délocalise ses entreprises. Elle ne pourra pas se substituer eux partenaires traditionnels de l'Algérie que sont la France, l'Union européenne ou les Etats-Unis. La solution est dans la diversification. D'autant que la restructuration des parts de marché entre les fournisseurs traditionnels de l'Algérie et la Chine montre bien que le démantèlement tarifaire ne compense pas toujours le différentiel de compétitivité entre la Chine et l'Union européenne.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.